Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 4 avril 2014

L'incroyable sophisme du salaire minimum légal

Dr Richard EbelingLe 18 mai prochain, les suisses seront appelés à se prononcer sur une proposition de l'Union Syndicale Suisse visant à introduire un salaire minimum dans tous les cantons du pays.

A cette occasion, notre ami Richard Ebeling a rédigé à l'intention de l'Institut Libéral de Genève une excellente note qui rappelle l'extraordinaire confusion conceptuelle à l'origine de l'une des institutions les plus néfastes de notre temps. Retour sur quelques unes des notions les plus fondamentales de l'économie.

Les syndicats proclament connaître ce que doit être le salaire minimum de n’importe quel employé en Suisse : 4000 francs. Pourquoi pas 3900 ou 5000 francs ? Cela relève du mystère. Ce que les syndicats sous-entendent, toutefois, c’est que les employeurs ne sont guidés que par l’appât du gain et exploitent certains de leurs employés en les payant au-dessous de la valeur réelle de leur travail. Cette présomption de connaître ce que serait le salaire minimal « juste » ou « équitable » est en fait le fantôme d’un penseur dont on pensait qu’il avait été relégué depuis longtemps aux poubelles de l’histoire : Karl Marx (1818-1883).

Lire la suite...

vendredi 7 juin 2013

8 avril 2013 : "L'école autrichienne d'économie", conférence de Gérard Dréan

Le lundi 8 avril 2013, Gérard Dréan était l'invité du cycle annuel de conférences organisé par Alain Madelin. Son sujet : " l'école autrichienne d'économie - les bases théoriques du libéralisme économique".

Lire la suite...

dimanche 17 juin 2012

Le salaire ne doit pas dépendre du mérite

Corentin de Salle Le footballeur Eden Hazard « mérite »-t-il son salaire de 500.000€ par mois ?

En apparence pertinente, cette question ne peut recevoir de réponse dans l’absolu.

Pourquoi ? Car, pour évaluer le mérite d’une activité, il faut toujours se baser sur un système de valeurs. Or, nous ne vivons plus dans une société structurée par un système de valeurs unique.

Lire la suite...

samedi 14 janvier 2012

"Produire français ", une stratégie suicidaire ?

A chaque élection, les mêmes thèmes reviennent en boucle. Aujourd'hui, un de ces "marronniers" de la vie politique est la "relocalisation" de l'industrie française, source de mesures supposées la favoriser, au premier rang desquelles la fameuse TVA sociale. Mais certains candidats imaginent un retour à un protectionnisme bien plus contraignant, qu'il soit européen, voire, pire encore, national. 

Dans la période économique difficile que nous connaissons, de telles politiques protectionnistes, qu'elles soient revendiquées ou masquées, seraient absolument suicidaires. Voyons pourquoi.

Lire la suite...

dimanche 3 juillet 2011

Venise, l'Art, et la mort de l'art

Drieu GodefridiKant soutenait que si la nature peut atteindre au sublime (l’océan en furie), l’art en est incapable.

On lui préférera la conception d’Edmund Burke, car Venise, ville d’art procédant de l’esprit des siècles, jusque dans la puanteur de ses arrière-cours, la liqueur frelatée de ses rios, ses façades ocres, jaunes, lapis-lazuli, roussies, indigos et pelées, le décati des calle éloignées du quartier San Marco et le surréalisme de ses installations militaires...

Lire la suite...

mardi 28 juin 2011

Des droits de propriété sur l'eau : comment faire ?

Henri LepageAvec raison, notre ami Max Falque rappelle qu'on ne peut résoudre efficacement le problème de l'eau que par l'institution de droits de propriété librement échangeables permettant l'émergence d'un véritable marché. Mais comment mettre de tels droits sur l'eau ?

Cette question m'incite à republier le texte qui suit, qui date de 1991 (avant la publication de la loi de 1992 qui a "nationalisé" les ressouces aquifères).

Lire la suite...