Mot-clé - Valeurs

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 8 avril 2014

Les enjeux philosophiques fondamentaux du libéralisme

Douglas RasmussenL'adversaire du libéralisme n'est pas seulement à gauche. Il est aussi à droite, chez ceux qui lui opposent une vision « communautariste » de la société politique.

Notre ami Douglas Rasmussen saisit l'occasion que lui offrent les arguments développés par les communautariens contre le libéralisme pour résumer sa conception « métanormative » de l'ordre politique et philosophique libéral. (Il s'agit en l'occurrence d'une réponse à un livre édité par le sociologue israélo-américain Amitai Etzioni).

Cet article de Douglas Rasmussen est sans doute l'un des textes contemporains les plus achevés pour dissiper les malentendus sur la véritable manière dont liberté, politique et éthique s'articulent au sein d'une pensée libérale classique.

Publié sous la direction d’Amitai EtzioniThe Essential Communitarian Reader est un livre décevant, dont le sujet n’est pas clairement circonscrit. Il ressemble parfois davantage au programme d’un parti politique qu’à un recueil d’articles sérieux ayant pour but de discuter le paradigme politique dominant en Occident depuis deux siècles.

Lire la suite

mercredi 25 septembre 2013

Europe 2014 : recentrer l'Union européenne sur l'essentiel ?

Chamoux2.jpgLe Traité de Rome imposait à ses membres une triple liberté : libre circulation des hommes, des biens et des capitaux au sein de la communauté économique européenne. Cette triple liberté généra l'essentiel des progrès réalisés au sein de l'Union, progrès principalement sensibles grâce à l'ouverture des échanges économiques qui ont accru notre niveau de vie et notre bien-être matériel depuis les années 1960.

Il n'a guère été souligné que ces trois libertés reposent sur des valeurs propres à notre civilisation, des valeurs qui transcendent la quête utilitariste du bonheur matériel. Ce socle commun, implicite dans les Traités communautaires, comprend notamment : l'autonomie de la personne humaine et le respect de la cellule élémentaire à partir de laquelle se construisent toutes les sociétés respectables : la famille.

A l'occasion de la prochaine échéance électorale européenne qui se rapproche, il nous parait important de réaffirmer l'importance de ce socle commun car c'est autour de lui que s'est construite l'Europe occidentale, depuis le début des temps modernes. Précisons ce qu'implique ce socle fondateur.

Lire la suite

jeudi 25 avril 2013

Mariage pour tous : pour un référendum, dès maintenant ou en 2017

Philippe NemoPhilippe Nemo développe les arguments de fond, politiques et philosophiques, qui justifient la demande d'un référendum, nonobstant le vote de la loi.

Beaucoup de choses ont été dites sur le fond de la loi Taubira, et l’on n’a certes pas épuisé le sujet, tant cette loi aventureuse et utopique est porteuse de malheurs sociaux gravissimes et en partie encore inaperçus.

La question la plus urgente, aujourd’hui, est cependant celle de la forme. Qui a fait cette loi, avec quelle légitimité ?

Lire la suite

mercredi 13 mars 2013

Changement de civilisation

Marc SuivreEmportée par son élan et sa bonne conscience progressiste, c’est en ces termes que Christiane Taubira, notre toujours mesurée Ministre de la Justice, qualifia la mesure phare du quinquennat Hollande : le mariage pour tous.

Tous les rétropédalages du monde n’y ont rien changé, c’est bien vers un changement de civilisation que se dirige notre Président tout mou.

Le problème c’est qu’il n’a pas été élu pour ça.

Lire la suite

lundi 29 octobre 2012

Lettre ouverte aux "Pigeons" présents et futurs pour les convaincre de passer à l’action

Philippe Nemo Nombreux sont les chefs d’entreprise, cadres, économistes, « experts », journalistes économiques, qui votent à gauche. C’est là un sujet permanent d’étonnement pour le philosophe que je suis qui, par métier, connaît les idéologies et sait que, dans le système intellectuel du socialisme, l’économie de marché n’a pas de place.

D’où vient donc que les praticiens de l’économie soient si nombreux à se faire des illusions sur les intentions de la gauche à leur égard ?

Lire la suite

samedi 4 août 2012

2 juillet 2012 : "Business and the Market for Ideas", séminaire autour de Fred Smith

De passage à Paris pour quelques jours, Fred Smith, Président et fondateur du think tank américain Competitive Enterprise Institute (localisé à Washington) est venu nous entretenir (en anglais) sur son thème de prédilection : "Business and the Market for Ideas : How Capitalism can be Defended".

Ci-dessous, la traduction française de son introduction, suivie de la présentation (en anglais) du plan et du résumé de sa présentation, ainsi que de l'enregistrement vidéo de la discussion qui a suivi la conférence.

Lire la suite

dimanche 17 juin 2012

Le salaire ne doit pas dépendre du mérite

Corentin de Salle Le footballeur Eden Hazard « mérite »-t-il son salaire de 500.000€ par mois ?

En apparence pertinente, cette question ne peut recevoir de réponse dans l’absolu.

Pourquoi ? Car, pour évaluer le mérite d’une activité, il faut toujours se baser sur un système de valeurs. Or, nous ne vivons plus dans une société structurée par un système de valeurs unique.

Lire la suite

dimanche 3 juin 2012

Mariage homosexuel : dépasser le Pour et le Contre

Guillon1.jpg Après une première pièce versée au débat il y a quelques semaines (voir le texte de Jean Tevilo), voici la réponse de notre ami Pierre-Marie Guillon, auteur d'un remarquable petit livre consacré à cette question.

La question du mariage homosexuel témoigne de nos difficultés à pratiquer la démocratie.

D’abord, parce que ce problème pourrait recevoir une solution simple, propre à ne blesser personne. Or nul n’en propose, ce qui montre que notre société se satisfait plus de luttes partisanes que de concertation et de bonne entente.

Lire la suite

jeudi 1 mars 2012

Contre le mariage gay et la reconnaissance juridique de l'homoparentalité

Homoparentalite.jpgPuisqu'il est question de placer "les valeurs" au centre de la campagne électorale, eh bien discutons-en - même si cela implique d'aborder des sujets politiquement incorrects !

Depuis une douzaine d’années on a pris l’habitude d’utiliser les termes d’homosexualité ou d’hétérosexualité à tel point que personne ne parle plus de d'orientation sexuelle normale ou d'orientation sexuelle déviante. Certains sympathisants de la cause homosexuelle refusent en effet l’emploi du terme « normal » quand il s’applique à la sexualité, ne tolérant pas que l’on puisse porter un jugement sur les orientations sexuelles et donc, en particulier, réfléchir au sujet du mariage gay et l’homoparentalité.

Lire la suite

mercredi 22 février 2012

Post sociale-démocratie : laisser agir la philanthropie privée

Jean-Pierre ChamouxDans un essai paru en fin 1981, Pierre Rosanvallon annonçait "La crise de l'Etat-Providence". En réalité, il n'en était rien : l'Etat-Providence subissait seulement une poussée de croissance ; l'histoire des années Mitterrand l'a prouvé ! Mais, sous la plume d'un homme connu pour son engagement à gauche, ce titre était provocateur pour le régime socialiste qui ressentait les premiers effets de ses largesses électorales.

Aujourd'hui, la crise étant consommée, il est temps de revenir sur l'argumentation de cet ouvrage et de lui opposer une vision libérale de la Providence !

Lire la suite

jeudi 26 janvier 2012

Libéralisme, altruisme et assistance

Me Patrick SimonNous sommes pour la baisse des impôts. Le reproche qu'on nous oppose alors est le suivant : c'est égoïste de ne pas aider les pauvres, c'est contraire à la charité chrétienne ou à la générosité. Nous serions pour les cadeaux aux riches etc.…

J'ai plusieurs fois expliqué que la baisse des impôts, comme la réduction des dépenses publiques et notamment des dépenses inutiles et improductives étaient également de l'intérêt des gens modestes.

Lire la suite

mardi 29 novembre 2011

Valeurs et responsabilité individuelle : la sociologie est-elle une science ?

Me Patrick SimonJe recommande la lecture d'un article de Raymond Boudon dans la dernière revue "Commentaire". Il s'intitule "La sociologie comme science". C'est le titre de son dernier livre.

Le professeur Boudon, membre de l'Institut, est un sociologue réputé mondialement et probablement le plus remarquable en France actuellement.

Lire la suite

samedi 23 avril 2011

France-Libye : les exigences de la puissance d'humanité

Yves RoucauteEn contrepoint de l'opinion de Richard Ebeling sur les évènements de Libye, ci-dessous l'éditorial de notre ami Yves Roucaute publié dans Le Figaro du 11 mars 2011. Trait_html_691a601b.jpg

Doit-on s’inquiéter de voir la France retrouver en Libye le chemin de sa grandeur, celui des nouvelles exigences de la puissance d’humanité ?

Lire la suite

vendredi 8 avril 2011

Morale, capitalisme et nature humaine

Edouard ChanotPubliée sur Le Bulletin d'Amérique, l'excellent site récemment mis en ligne sous la direction d'Edouard Chanot, son rédacteur en chef, ci-dessous la traduction d'un remarquable texte de deux professeurs américains, Arthur C.Brooks et Peter Wehner, qui définit de manière lumineuse les fondements de la philosophie politique libérale. Trait_html_691a601b.jpg

Au cœur de tout système social, politique et économique on retrouve une certaine image de la nature humaine – pour paraphraser le chroniqueur du XXème siècle Walter Lippmann.

Les suppositions avec lesquelles nous allons commencer, et qui ont trait à la manière dont cette image est développée, déterminent la vie que nous menons, les institutions que nous construisons, et les civilisations que nous créons. Elles font office de première pierre.

Lire la suite

jeudi 20 mai 2010

Débat sur la burqa : contre l'interdiction

Drieu Godefridi Drieu Godefridi réplique à l'article de son ami Corentin de Salle. Trait_html_691a601b.jpg

L’analyse de Corentin de Salle est remarquable par sa mise en résonance de deux lignes d’argumentation, l’une juridique, l’autre philosophique.

Par son caractère affirmatif, la burqa, explique C. de Salle, risque de chasser les citoyens non musulmans de quartiers qui leur seraient devenus inhospitaliers, ce qui est contraire à la vision positive de l’ordre public qu’il propose.

Lire la suite

jeudi 25 février 2010

LOPSI, HADOPI : le péché d'orgueil politique

Jean-Pierre Chamoux à l'Institut TurgotLa tentation dirigiste n'a décidément pas été abandonnée par nos hommes politiques: plus le monde réel leur échappe et plus ils persistent à concentrer leur soif de contrainte sur leurs proches concitoyens...

Peu importe, après tout, que le vrai monde soit hors de leur portée; ces proches-là, au moins, ne sont pas comme la réalité qui leur échappe: ils sont tenus par le terrain national, ils échappent d'autant moins à la volonté de leurs édiles que le pays vieillit et que ses habitants deviennent moins mobiles! 

Nous sommes ainsi corvéables : par la taxe carbone, par les sanctions Hadopi et par les nouvelles amendes que prévoit la Lopsi...

Cela change-t-il le monde pour autant?

Lire la suite

dimanche 20 décembre 2009

Vers un nouveau paganisme : la famille, l'Occident et le reste du monde

Professeur Deepak LalDerrière ce titre quelque peu énigmatique, un texte qui a fait l'objet d'une présentation lors de la réunion de la Société du Mont Pèlerin, à Stockholm, en Août 2009, et dont le thème était "l'avenir de l'Etat providence".

Il est signé Deepak Lal, un économiste d'origine Hindoue, qui a fait toute sa carrière en Angleterre et aux Etats-Unis, mais qui est aussi un spécialiste de l'histoire comparée des civilisations.

Président de la société du Mont Pélerin, le professeur Deepak Lal replace la problématique de l'Etat-providence dans le cadre d'une recherche sur les origines historiques de ce qui fait la spécificité de l'Occident. Un grand texte, original, aux conclusions inattendues et provocatrices, qui ne pouvait être écrit que par un savant dont l'expérience personnelle se situe à l'intersection de deux grandes cultures. Trait_html_691a601b.jpg

Bienvenue en Suède – le paradis social-démocrate qui pourrait bien constituer l’avenir commun de l’Occident. Il est on ne peut plus approprié que le comité d'organisation ait mis en place un instructif et important programme visant à analyser comment la liberté et les marchés s’en tireront dans les Etats Providence occidentaux.

Lire la suite

samedi 14 novembre 2009

Débat sur la morale : l'étatisme, agent corrupteur du capitalisme


Profitant de la crise actuelle pour exciter les penchants anti-capitalistes d'une partie de l'opinion, nos gouvernements, au niveau national, ou mondial, prétendent prendre des mesures visant à "réformer" le système financier, et à le rendre plus "moral". 

Sont visés les "paradis fiscaux", qui permettent aux banques d'amoindrir le racket fiscal pesant sur leurs clients, les bonus des traders, dont le rôle dans le déclenchement de la crise est pour le moins difficile à définir (j'y reviendrai un autre jour), réglementer les "hedge funds", qui n'ont joué absolument aucun rôle dans le déclenchement de la crise, et ainsi de suite. 

Naturellement, l'entreprise de "moralisation" menée par l'état ne prétend pas s'arrêter au secteur financier mais s'étendre à tout le "capitalisme", qui serait par essence sauvage et indifférent au sort de l'individu et de l'environnement, et qui, suprême inconvenance, essaie de réduire sa facture fiscale par tous les moyens.

Lire la suite

dimanche 4 octobre 2009

Une vision iconoclaste de l'histoire économique : les "valeurs" aux origines de la croissance.

Deirdre McCloskey à Stockholm, Août 2009Deirdre McCloskey est une économiste libertarienne américaine connue pour ses travaux non conformistes en matière d'histoire économique, mais aussi de critique méthodologique.

Son exposé présenté lors de la réunion européenne de la Société du Mont Pélerin à Stockholm, à la mi-août ( sous le titre : ''pourquoi les économistes ne peuvent pas expliquer la révolution industrielle'" ) remet en cause bien des schémas reçus, même parmi ceux auxquels nous adhérons. Il vaut la peine d'être lu et discuté.

Trait_html_691a601b.jpg

Nous devons expliquer l'enrichissement étonnant des pays bourgeois de 1800 à nos jours, tel que le passage de la Norvège de 3 $ par jour en 1800 à 137 en 2006. L'explication ne peut être d'ordre économique. Si cela était une affaire de commerce, d'investissement, d'incitations économiques – le phénomène serait apparu plus tôt, ou en d'autres endroits.

Lire la suite