Vaclav Klaus au Parlement européenElu Président de la République Tchèque en février 2003, Vaclav Klaus est un cas unique parmi les chefs d'états de l'Union européenne. Non Vaclav Klaus à Paris le 11 février 2009))seulement il est libéral, et se revendique ouvertement comme tel – ce qui, par les temps présents de crise financière et économique, n'est plus très politiquement à la mode - mais, surtout, il est le seul de tous les chefs d'états européens à exprimer publiquement, et de manière répétée, son désaccord avec la façon dont évoluent les institutions politiques de l'U.E.

Vaclav Klaus était contre le projet de Constitution européenne rejeté par le double non français et hollandais. Aujourd'hui encore, alors même que son pays vient de prendre en charge la Présidence du Conseil de l'Union européenne pour les six prochains mois, il n'hésite pas à se présenter en adversaire résolu du Traité de Lisbonne, version allégée et révisée du défunt projet de Constitution. Une situation inédite et paradoxale qui fait de Vaclav Klaus la cible privilégiée de tous ceux qui, à Bruxelles, et notamment au Parlement européen, n'imaginent l'avenir que dans une conception fédérale de l'Europe, sans autre voie possible.