Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 10 juin 2014

Hollande et la réforme territoriale : tout changer pour ne rien changer...

La “réforme” annoncée par l’Elysée semble avoir été conçue à la va-vite, sans analyse de fond des tares de notre modèle, pour donner aux électeurs l’illusion que le gouvernement agit en profondeur tout en se contentant de gratter le vernis du fonctionnement de notre société.

Tel est le verdict que nous livre notre ami Vincent Bénard, qui, professionnellement, connait toutes les arcanes de la vie administrative et politique en région.

Il nous dresse les grandes lignes de ce que pourrait être un véritable projet libéral de réforme territoriale et administrative.

Le président Hollande vient d’annoncer une réforme du “millefeuille” institutionnel territorial Français, et ses ministres se sont succédés à l’antenne pour affirmer que cette réforme permettrait 10 milliards d’économies annuelles. Les médias, quant à eux, se sont focalisés sur la mesure la plus spectaculaire, le regroupement du nombre de régions de 22 à 14. 

Mais pour savoir si la réforme a des chances d’avoir les effets escomptés, il convient de se livrer à une analyse plus détaillée des éléments du communiqué de l’Elysée du 2 juin.

Cette analyse se déroulera en trois temps: 1 - Diagnostic du fonctionnement actuel du millefeuille; 2 - Maux auxquels la réforme présentée répond, ou pas; 3 - Grandes lignes d’une proposition alternative plus ambitieuse

Lire la suite...

vendredi 28 mars 2014

Les mensonges de la lutte contre l’étalement urbain, et ses conséquences perverses

La politique française actuelle d'aménagement du territoire, cherchant à limiter la création de terrains constructibles, est justifiée principalement au nom de la nécessaire “lutte contre l’étalement urbain”, qui menacerait l’existence des terres agricoles pour les générations futures. Pourtant, des études factuelles montrent que ce discours alarmiste n’a aucune justification, mais que les effets pervers de ces politiques sont, eux, bien réels.

Le sujet ne fera jamais la une des campagnes politiques, mais il donne lieu, parfois, à quelques manchettes écolo-alarmistes de nos journaux. Il s’agit de l’étalement urbain, contre lequel tout politicien se doit d’annoncer qu’il lutte, sous peine d’être taxé d’être un fossoyeur du développement durable et de l’agriculture réunis. Vous avez forcément lu un titre d’article de presse vous expliquant que l’équivalent d’un département français était mangé par la ville tous les dix ans. Et cette lutte contre l’étalement urbain est un des piliers fondant les lois dites “Grenelle de l’Environnement”.

Lire la suite...

vendredi 6 décembre 2013

Transferts clandestins et injustices cachées du Capitalisme socialisé à la française - un exemple emblématique

Cet exemple est celui de la loi SRU dont notre ami Vincent Bénard décortique les effets pervers du durcissement dans ce texte très documenté.

Il nous y démontre comment la logique de l'Etat régulateur "social démocrate" tel qu'on le pratique chez nous débouche sur un dévoiement de la démocratie dont tirent avantage certaines clientèles de lobbies et groupes de pression, sur le dos non seulement des contribuables mais aussi de ceux-là mêmes auxquels le législateur dit venir en aide.

Bien que ce ne soit pas relié à l’actualité brûlante, j’aimerais revenir sur la loi SRU et sa disposition la plus emblématique, l’obligation, pour les communes de plus de 3 500 habitants, de compter 20% (à son lancement) puis 25% de logements sociaux dans leur parc de logement.

Lire la suite...

dimanche 19 février 2012

L'Etat et la politique du logement... ou l'Art d'entretenir la pénurie

Henri LepageParmi les soixante propositions présentées par François Hollande dans son discours du 22 janvier, il y en trois qui concernent la politique du logement – directement inspirées, d'ailleurs, par le rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal-logement en France.

Une semaine plus tard, ce fut le tour de Nicolas Sarkozy d'ouvrir sa prestation télévisée du 29 janvier par l'annonce de plusieurs mesures d'urgence visant à accroître l'offre foncière constructible.

Lire la suite...

lundi 30 janvier 2012

F. Hollande et la politique du logement : recettes pour un désastre !

Vincent BénardParmi les soixante propositions de François Hollande il y en a trois qui concernent la politique du logement. A quelques détails près, celles-ci sont directement inspirées par le Rapport-mal logement 2011 publié par la Fondation Abbé Pierre il y a tout juste un an.

Vincent Bénard démontre ici, de manière très précise, comment les généreuses intentions de ces gens noblement motivés ne peuvent conduire qu'à des résultats exactement contraires à leur objectif.

Lire la suite...

jeudi 24 juin 2010

Urbanisme : la solution des péages urbains

Alain Dumait Une commission mixte paritaire (députés et sénateurs) a décidé, le 16 juin 2010, d’inclure dans le projet de loi dit «Grenelle 2», le droit pour une collectivité locale de recourir, si elle le souhaite, à la technique des péages urbains.

Le ministre des transports, Dominique Bussereau, ayant recours à une litote, avait indiqué qu’il y était favorable. On sait que des agglomérations comme Singapour, Stockholm, Milan ou Londres pratiquent déja le péage urbain.

D'aucuns ont exprimé l’idée qu’il s’agirait en fait d’un nouvel impôt à la charge des automobilistes. Ce point de vue doit être nuancé.

Lire la suite...

vendredi 7 mai 2010

Le 17 mars 2010 : "Logement : l'Etat, solution ou problème ?", séminaire avec Vincent Bénard.

Il y a trois ans, sous les auspices de l'Institut Turgot, Vincent Bénard publiait son livre " Logement : crise publique, remèdes privés". C'était avant l'explosion de la grande crise immobilière américaine. Nous lui avons demandé de revenir à l'Institut Turgot pour nous dire en quoi les développements intervenus depuis modifiaient ou au contraire confirmaient ses analyses de l'époque.

.

En même temps que vous écoutez la conférence de Vincent Bénard, nous vous invitons à visionner les slides qui auraient du accompagner son exposé, mais qui, en raison d'un malencontreux incident technique, n'ont pas pu être projetées pendant le séminaire.

Lire la suite...

dimanche 18 avril 2010

Xynthia : comment remettre la notion de responsabilité individuelle au centre du système de gestion des risques

Sauf complication judiciaire, qui n'est pas à exclure, l'état va raser plus de 900 maisons en Vendée et 400 en Charente Maritime, au nom du principe de précaution, habitations dont il a pourtant autorisé la construction dans le passé, et dont la plupart n'ont pas été touchées par la tempête. L'indemnisation des personnes ainsi expropriées devrait imposer plus de 350 millions d'Euros de charge aux contribuables (*).

Si le gouvernement Italien raisonnait comme le nôtre, il ferait raser Venise, et les Pays-Bas évacueraient 19% de leur territoire situé derrière des polders sous le niveau de la mer. Barak Obama ordonnerait de détruire ce qui reste de la Nouvelle Orléans et les Maldives seraient préventivement vidées de leurs habitants.

Lire la suite...

vendredi 12 mars 2010

Loi Grenelle 2 : Comment se logera-t-on après 2012 ?

Jean-Michel BelouveLe parlement s’apprête à voter à une immense majorité la Loi Grenelle 2, monstre juridique où s’emmêlent contraintes de toutes sortes et gabegie d’argent public.

Parmi les dispositions les plus liberticides et dommageables pour la vie quotidienne figurent les mesures anti-étalement urbain. Le but est de raccourcir les temps de trajet quotidien en s’opposant à la propension qu’ont les français d’aller se loger à distance des centres urbains, là où le terrain est moins cher et où on peut satisfaire le rêve, commun à beaucoup d’entre nous, de la maison individuelle avec jardin.

Eh bien ce désir ne pourra plus guère se satisfaire qu’en faisant l’acquisition d’une propriété déjà bâtie aujourd’hui, car de terrains constructibles, on n’en trouvera plus qu’en zone urbanisée.

Lire la suite...

samedi 6 mars 2010

Constructions inondables : les responsabilités de l'hyper-réglementation

Vicent BénardLa tempête qui a provoqué les inondations de l'arc Atlantique était, en terme de vent, moins forte que celle de 1999.

Mais cette tempête s'est conjuguée à des marées d'un coefficient fort, et le coeur dépressionnaire qui l'a accompagné à amplifié la montée des eaux, provoquant une submersion de nombreux ouvrages et leur ruine.

L'événement était donc "envisageable" mais pas nécessairement "prévisible", bien que la tempête ait été très correctement annoncée par Météo France.

Lire la suite...