Mot-clé - Théorie du genre

Fil des billets

lundi 25 mars 2013

20 mars 2013 : "Théorie du genre et subversion du droit", conférence de Drieu Godefridi à l'Assemblée nationale

Très belle conférence que celle de notre ami Drieu Godefridi venu nous parler de "l'étrange empire de la théorie du genre sur l'évolution du droit contemporain" à l'occasion de la parution de son dernier ouvrage : "De la violence de genre à la négation du droit" (Texquis éditeur).

La théorie du genre, dans la forme la plus aboutie, nie la naturalité du sexe pour n’y voir qu’une construction purement culturelle.

Lire la suite

mercredi 13 mars 2013

Changement de civilisation

Marc SuivreEmportée par son élan et sa bonne conscience progressiste, c’est en ces termes que Christiane Taubira, notre toujours mesurée Ministre de la Justice, qualifia la mesure phare du quinquennat Hollande : le mariage pour tous.

Tous les rétropédalages du monde n’y ont rien changé, c’est bien vers un changement de civilisation que se dirige notre Président tout mou.

Le problème c’est qu’il n’a pas été élu pour ça.

Lire la suite

lundi 25 février 2013

Les philosophies du genre et leur fondement politique

Aguettant.jpgCi-dessous, une note signée Alexis Aguettant pour compléter les textes de notre ami Drieu Godefridi et mettre en perspective les débats autour du genre, de la parité, de l’égalité homme-femme, de la non-discrimination, de la revendication du « mariage pour tous»,….

Aujourd’hui, les philosophies du genre gagnent du terrain. Les philosophies dominantes en la matière peuvent être définies comme des idéologies en ce qu’elles posent que l’être humain doit systématiquement revendiquer le droit de construire librement son identité, cela en raison, semble-t-il, du fondement même de la démocratie moderne : l’individu roi et souverain.

Lire la suite

mercredi 13 février 2013

Théorie du genre : l’insoutenable légèreté de la droite française

Drieu.jpgQui est responsable de l’entrée de la théorie du genre dans le droit français ?

La théorie du genre soutient que la notion de sexe est culturelle de part en part. Que la distinction des sexes est sans ancrage biologique, donc arbitraire et modulable. Qu’en outre, le modèle hétérosexuel exerce une violence littéralement innommable sur les modèles sexuels et les genres alternatifs. Qu’il est donc temps, et légitime, de « défaire le genre », pour reprendre le titre de l’un des ouvrages de la prêtresse contemporaine du genre, Judith Butler, en éradiquant toute référence au masculin et au féminin, deux genres parmi une sarabande infinie de variations possibles (trans, queer, drag, butch, garou, dyke, fem, etc.)

Lire la suite