Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 26 octobre 2012

La Sécu face au défi des innovations et de l'allongement de la vie : pourra-t-on encore se soigner demain ?

Patrick de CasanoveLe coût de la santé inquiète beaucoup de personnes à cause du prix des nouveaux traitements et de l’allongement de la vie.

On veut trouver la preuve de cette augmentation dangereuse des coûts dans le déficit chronique de la Sécu et dans la dette sociale en croissance permanente. (C’est ce qu’on voit).

Or ce déficit et cette dette prouvent seulement que le système est structurellement mauvais et voué à l’échec (Ce qu’on ne voit pas).

Lire la suite...

vendredi 12 octobre 2012

"La Main Invisible" , la santé et le rôle de l'état

Autre temps fort de cette rentrée littéraire libérale,  la publication, par le collectif "La Main Invisible", du livre "Libres !" auquel ont travaillé ensemble pendant neuf mois 100 auteurs, sur 100 sujets concrets et pratiques remettant la liberté au coeur des processus de solution de nos problèmes de société.

Ci-dessous, à titre d'échantillon, la contribution de notre ami le Dr Guy-André Pelouze sur "Le système de soins". 

Le fossé appelé dette qui se creuse chaque année depuis 36 ans entre notre dépense publique et les recettes de prélèvements obligatoires n’épargnera pas le monopole étatique qui finance le système de soins.   

Lire la suite...

mardi 18 septembre 2012

"Sécu : Comment faire mieux ?"

Patrick de CasanoveLe livre de notre ami Patrick de Casanove, "Sécu : Comment faire mieux - Propositions d'un médecin de famille", vient de paraître aux éditions TATAMIS. Patrick a demandé à Henri Lepage d'en faire la préface. C'est elle qui est reproduite ci-dessous.

Voici un travail qui mérite d’être soutenu et connu. Patrick de Casanove est médecin généraliste dans une ville du Sud-ouest ; mais il est aussi le Président du Cercle Frédéric Bastiat , une association landaise très active dont l’objet est de maintenir la mémoire et de faire connaître l’œuvre d’un des plus grands auteurs libéraux français de tous les temps, Frédéric Bastiat (mort en 1850).

Lire la suite...

dimanche 1 juillet 2012

Une population dévitalisée

Corentin de SalleSi tant de Belges sont déprimés, ce n’est peut-être pas parce qu’ils sont abandonnés au jeu des forces brutales du marché mais, tout au contraire, parce qu’ils sont prisonniers d’un système d'Etat-providence qui les dévitalise.

Nous sommes, affirmait Spinoza (1632-1677), constamment sujets à des «ocursus», c’est-à-dire à des «rencontres » (de personnes, d’êtres, d’objets, d’idées, de principes, de systèmes, etc.) dont certaines nous affermissent et dont d’autres nous détruisent.

Lire la suite...

mardi 19 juin 2012

Quelques contrevérités sur la santé, la maladie et l'économie (1)

Guy-André PelouzeComme pour d'autres sujets, lors de la dernière campagne électorale pour l'élection présidentielle, le débat sur le système de soins n'a pas eu lieu.

La raison principale, comme en économie, et pour d'autres débats sociétaux, est le fait que la gauche, l'extrême gauche et les médias ont imposé une grille de lecture des problèmes du système de soins qui interdit tout débat.

Lire la suite...

dimanche 27 mai 2012

Cascades d'opinion et "politiquement correct" : le citoyen face à l'art de la manipulation informationnelle

Lemennicier.jpgEn se posant en victime des médias et en dénonçant leur jeu dans la campagne électorale, Nicolas Sarkozy a mis le doigt sur un véritable problème : celui du rôle des "cascades d'opinion" dans le déroulement des processus qui commandent le fonctionnement du marché politique.

Il y a quelques années, dans le cadre de ses travaux sur l'analyse économique des origines de la réglementation publique, Bertrand Lemennicier a consacré un long papier à la présentation de ce concept. C'est ce texte que nous reproduisons ci-dessous. Il prend comme point d'application le marché et la réglementation des produits à risque. Mais c'est aussi une analyse qui renouvelle profondément l'étude des mécanismes de la vie politique dans le cadre de nos sociétés contemporaines.

Ce travail permet notamment de mieux comprendre ce qui se cache en vérité derrière l'aspect totalitaire d'un phénomène social comme "le politiquement correct".

Lire la suite...

dimanche 22 janvier 2012

Santé publique 2022 : le délire de l'Etat-nounou...

Guy-André Pelouze Agence Euroland Press - De notre correspondant à Paris (Euroland), Janvier 2022 :« Les commerçants en alimentation seront tenus pour responsables des accidents cardio-vasculaires et des cancers de leurs clients, et seront punis en conséquence".

Lire la suite...

mardi 5 avril 2011

A propos du Mediator° : Quand la main invisible d’Adam Smith s’applique à la médecine...

Il en va de l’actualité comme de la mode. 
Les évènements se succèdent à grande vitesse, un nouveau fait d’actualité chassant rapidement l’ancien, sans que l’on prenne réellement le temps d’analyser la portée exacte de l’un ou de l’autre. 
Les tsunamis japonais ont vite balayé le déchaînement médiatique issu de l’interdiction de mise sur le marché du Mediator°.

Lire la suite...

jeudi 28 octobre 2010

Brûler la Sécu ?

Guy-André PelouzeOn savait les journalistes français nuls en maths, nuls en matières spécialisées et très fort en culture générale, surtout les sciences sociales !

L'envers des autres journalistes du monde. En voici un excellent exemple.

Sandrine Blanchard , une journaliste du Monde, tire à boulets rouges sur un gynécologue parisien qui a un blog, est en secteur 2 et ne télétransmet pas.

Lire la suite...

mardi 14 septembre 2010

Trois questions à propos de l'assurance maladie

Guy-André PelouzeLe système de soins, et plus globalement la santé des individus, représente la dépense la plus élevée dans les pays développés.

Ceci n'est pas surprenant et correspond à un choix économique rationnel, la vie étant ce que chacun considère à une très large majorité comme ce qu'il a de plus cher.

A côté de cette constatation nous vivons une transformation accélérée des connaissances et des processus de soin.

Lire la suite...

lundi 30 août 2010

Compte épargne santé : le modèle singapourien

Guillaume VuillemeyGuillaume Vuillemey vient de passer plusieurs mois en stage à Singapour. Connaissant notre intérêt pour la formule des "comptes d'épargne santé" en tant qu'élément de base nécessaire à une future réforme des systèmes de santé, il en a ramené ce billet. Trait_html_691a601b.jpg

Singapour, cité-État d'environ 5 millions d'habitants, brille par les performances de son système de santé. Les dépenses y sont modérées (3,5% du PIB contre 11,1% en France) tandis que l'espérance de vie y est parmi les plus élevées de la planète (78 à 83 ans selon le sexe, contre 77 à 84 en France et 75 à 80 aux États-Unis). La densité médicale y est faible, mais le pays ne connait pas de pénurie de soins : il accueille chaque année 400 000 patients étrangers, venus d'Asie ou d'Océanie. Le portrait laisse rêveur

Lire la suite...

jeudi 3 juin 2010

Contresens et propagande sur l'assurance maladie française

La revue Finances Hospitalières a publié, au mois de Mars, un éditorial de J. Grolier sur le système de soins en général qu'il est intéressant de commenter.

Sous le titre "dépenser moins, dépenser mieux" l'auteur s'essaie à une description macro-économique du système de soins. Il critique d'emblée une appréciation commune et trop répandue qui dénoncerait une situation financière déplorable du secteur de la santé en France. Une fois de plus c'est l'amalgame entre santé et système de soins! 

Quoi de plus différent en réalité qu'un système de soins étatisé et la santé un capital personnel que nous entretenons ou dégradons principalement par nos comportements!

Lire la suite...

dimanche 29 mars 2009

Santé et libéralisme : la solution des caisses privées d'épargne-santé

Jean-Luc MiguéPour les économistes libéraux la solution au problème de la dérive générale des coûts de la santé passera par le développement de caisses d’épargne-santé privées (dont nous avons décrit la formule dans notre livre ''Santé publique, santé en danger''). Une étude de l'économiste américain Benjamin Zycher, publiée par le Manhattan Institute for Policy Research(1), vient renforcer cette conviction en montrant que l'expérience des premières caisses privées d'épargne-santé, mises en place depuis la réforme Bush de 2003, et qui couvrent aujourd'hui 6 millions de résidents amércains, a conduit à des résultats conformes aux attentes.

L'élection de Barack Obama signifie que la réintroduction de véritables mécanismes de choix privés au sein du système de couverture des dépenses de santé n'est plus guère à l'ordre du jour, même aux Etats-Unis. Le nouveau Président a en effet clairement fait savoir qu'il voulait copier les systèmes socialisés européens.

Il n'empêche qu'un jour viendra où la faillite inéluctable des régime de santé actuels contraindra à revenir vers la recherche de solutions libérales. C'est pourquoi, même si, sous les effets de la crise, ce jour semble à nouveau s'éloigner, il nous paraît utile de nous arrêter un instant sur les leçons de cette étude, en commençant par un rappel des principales caractéristiques du régime de santé américain (qui est beaucoup moins 'libéral' qu'on le croit souvent en France).

Lire la suite...