Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 4 avril 2014

L'incroyable sophisme du salaire minimum légal

Dr Richard EbelingLe 18 mai prochain, les suisses seront appelés à se prononcer sur une proposition de l'Union Syndicale Suisse visant à introduire un salaire minimum dans tous les cantons du pays.

A cette occasion, notre ami Richard Ebeling a rédigé à l'intention de l'Institut Libéral de Genève une excellente note qui rappelle l'extraordinaire confusion conceptuelle à l'origine de l'une des institutions les plus néfastes de notre temps. Retour sur quelques unes des notions les plus fondamentales de l'économie.

Les syndicats proclament connaître ce que doit être le salaire minimum de n’importe quel employé en Suisse : 4000 francs. Pourquoi pas 3900 ou 5000 francs ? Cela relève du mystère. Ce que les syndicats sous-entendent, toutefois, c’est que les employeurs ne sont guidés que par l’appât du gain et exploitent certains de leurs employés en les payant au-dessous de la valeur réelle de leur travail. Cette présomption de connaître ce que serait le salaire minimal « juste » ou « équitable » est en fait le fantôme d’un penseur dont on pensait qu’il avait été relégué depuis longtemps aux poubelles de l’histoire : Karl Marx (1818-1883).

Lire la suite...

lundi 23 juillet 2012

Heures supplémentaires : il n'y avait certainement pas de quoi faire une crise !

Henri Lepage D'après les spécialistes, l'analyse des coûts et avantages du dispositif de défiscalisation des heures supplémentaires mis en place en 2007 ferait apparaître que son rendement économique a beaucoup déçu par rapport aux espoirs qui, à l'origine, étaient placés en lui.

Il a couté (en manque de recettes fiscales) relativement cher par rapport aux dividendes économiques perçus (en termes de contribution au soutien de la conjoncture ou de l'emploi).

Lire la suite...

mercredi 27 juin 2012

Entreprises : à quoi correspondent les grosses rémunérations des PDG ?

L'une des premières décisions du gouvernement socialiste a été d'annoncer le plafonnement des salaires des PDG des entreprises du secteur public. Cette initiative a incité Bertrand Lemennicier à actualiser une étude économique sur la rémunération des patrons qu'il avait affiché sur son site en 2008. 

Il explique en détail à quoi correspond le système de rémunération des dirigeants de grandes entreprises. Une bonne (et longue) leçon d'économie sur un sujet très largement méconnu.

La presse française s’est, à l'époque, scandalisée de la rémunération de J.M.Messier (J2M), ex-PDG de Vivendi Universal, qui gagnait des sommes hors du commun au moment même où l’entreprise voyait les cours de ses actions baisser de moitié. Cette rémunération semblait alors totalement déconnectée des performances de l’entreprise.

Lire la suite...

vendredi 14 octobre 2011

Lettre ouverte à Arnaud de Montebourg, aux protectionnistes et aux dirigistes de tous bords

Cher Arnaud,

 vous avez choisi d’interpeller Martine Aubry et François Hollande sous forme d’une lettre ouverte. Vous prenez l’opinion à témoin. Aussi je souhaite vous répondre et à ma façon éclairer le débat. 

Si je reprends votre lettre au vol, bien que ne m’étant sans doute pas destinée, c’est parce que le libéral que je suis ne peut laisser les arguments qui font votre succès sans réponse.

Lire la suite...

vendredi 29 avril 2011

Les sept péchés capitaux de la prime sur dividendes

Alain Madelin à l'Institut TurgotUne nouvelle fois la France innove… et étonne le monde. Après les 35 heures obligatoires pour tous, voici la prime obligatoire versée aux salariés des entreprises (de plus de 50 salariés) dont les dividendes augmentent.

On a volontiers souligné le caractère « électoral » de cette annonce. Sans doute le moment n’est pas innocent.

Lire la suite...

mercredi 9 mars 2011

L'avenir est aux bons salaires, pas aux bas salaires...

Alain Madelin à l'Institut TurgotParle-t-on de la compétitivité des entreprises qu’aussitôt vient la revendication : «il faut alléger les charges sociales pour baisser le coût du travail.».

C’est d’ailleurs ce qu’ont fait tous les gouvernements depuis le début des années 1990. Les charges sociales, dit-on, sont plus élevées en France que chez beaucoup de nos voisins, notamment l’Allemagne.

L’argument ne vaut pas tripette.

Lire la suite...