Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 3 août 2015

Lettre ouverte au Pape François sur le changement climatique

Marko.jpgLes risques associés à l’indigence et à des politiques énergétiques erronées sont bien plus importants et plus graves que les hypothétiques dangers dus au changement climatique. Une richesse adéquate permet aux hommes de prospérer dans un large éventail de climats ; la pauvreté, elle, sape toute prospérité humaine, même dans le meilleur des climats.

Votre Sainteté,

Si le sort de nos frères humains, de la nature et de notre environnement est d’une importance capitale, il est tout aussi impératif, dans une démarche se revendiquant de la science, que les règles fondamentales de celle-ci soient scrupuleusement respectées. Force est de constater en lisant votre encyclique, Laudato Si', dont la parution à quelques mois de la prochaine congrégation sur le changement climatique à Paris (COP21) donne un signal fort d’encouragement aux dirigeants de notre monde et aux organismes alarmistes non-gouvernementaux, que vous avez choisi de vous aligner sur les thèses officielles basées sur les conclusions du GIEC (groupe intergouvernemental sur l’étude du climat).

Lire la suite...

mardi 27 janvier 2015

"Je suis Charlie", un erreur stratégique

Tout le monde a salué le « sans-faute » de François Hollande dans sa gestion de l'après 7 janvier. Je pense au contraire qu'il a fait une faute aux conséquences désastreuses, et que s'y ajoutent des erreurs d'analyse.

La manifestation quasi unanime, responsables de nombreux pays en tête, fut un grand moment. Même l'Arabie en était ! Hypocrisie ? Cela montre en tout cas qu'on n'ose pas s'opposer officiellement à  certaines valeurs ... et surtout que tous les pays ont compris qu'ils pourraient eux aussi être victimes du terrorisme.  

Un « sans-faute » de François Hollande donc ? Pas à mon avis : le slogan « je suis Charlie » n'étais pas limpide et son ambiguïté est apparue les jours suivants. Beaucoup l'ont compris comme « je suis avec les victimes ». Mais il signifie aussi « Nous sommes avec le journal », interprétation confirmée par le million d'euros donné pour le relancer. Or l'État n'a pas à « être » un journal particulier, il doit seulement protéger la liberté d'expression. D'autant que ce journal n'est pas n'importe lequel, mais est spécialisé dans des caricatures féroces à destination d'un public assez restreint. Il ne reflétait donc en rien des idées majoritaires ou pouvant être brandies comme représentant la France et ses idées.

Lire la suite...

lundi 19 janvier 2015

Liberté et responsabilité d'expression : le rôle du libre-arbitre

Bessard.jpg Dans l'usage d'une société civilisée, le libre arbitre de chacun détermine ce qui peut être dit en quelles circonstances. Tel est l' important rappel à la responsabilité individuelle sur lequel insiste Pierre Bessard, Directeur de l'Institut Libéral basé à Genève, dans un texte dont la version originale a été publiée dans L'Agefi.

Les événements tragiques récents de Paris ont invité à une réflexion sur la liberté d'expression. Et si aucune provocation par les mots ou l'image ne peut jamais justifier d'y répondre par les armes, il convient de s'interroger, avec un peu de recul, sur l'usage de ladite liberté dans une société civilisée. Il ne fait aucun doute que la liberté de pensée, la liberté scientifique, la liberté d'expression et d'émission de la pensée sont des valeurs fondamentales qui ont permis à l'humanité les progrès spectaculaires réalisés notamment depuis les Lumières et la révolution industrielle.

Lire la suite...

jeudi 15 janvier 2015

Etre ou ne pas être Charlie ? Une réponse philosophique

Au lendemain du drame de Charlie Hebdo, Damien Theillier a publié sur son site Nicomague II, une courte et remarquable synthèse de la manière dont les libéraux approchent la problématique de la liberté d'expression. Quelques principes fondamentaux qu'il n'est pas inutile de rappeler dans le climat actuel d'exacerbation des sensibilités.

Tout m’oppose à Charlie. Ses valeurs ne sont pas les miennes. 1° Je suis catholique, donc la cible d’attaques fréquentes de Charlie. 2° Je soutiens le libre marché, le droit de propriété et la liberté économique : tout ce que Charlie justement déteste. 3° Je n’aimais pas Bernard Maris, l’économiste du pouvoir en place, le chantre du collectivisme et de la sociale-démocratie (qu’il repose en paix). Quand il m’arrivait de l’entendre sur France Inter, je le trouvais mauvais et malhonnête intellectuellement. Pour autant, je considère la pluralité des opinions politiques comme légitime et je ne déteste pas l’humour satirique de Charlie Hebdo, très français en fait, dans la veine de Voltaire, de Rabelais.

Lire la suite...

vendredi 21 mars 2014

Islamophobie et extrémistes musulmans : un message venu du Maroc

Nous pensons utile de communiquer cette réaction au texte d'Yves Montenay publié il y a quelques semaines, parce qu'il donne un avis de l'extérieur. Il s'agit d'une universitaire marocaine profondément biculturelle, pétrie de culture française et de culture arabo-musulmane et qui souhaite garder l'anonymat.

Yves Montenay est d'accord avec elle sur l'idée générale, à savoir le renforcement réciproque des extrêmes, mais pas forcément sur tous les détails. Il a rajouté entre parenthèses l'explicitation de certaines allusions.

En tant que Marocaine biculturelle, je voudrais embrayer sur le débat lancé par Yves Montenay chez Turgot et qui a continué dans les Échos .

L'histoire nous enseigne que la civilisation occidentale est le syncrétisme de toutes les civilisations de l'Asie, de l'Europe et de l'Afrique et des idées de toutes les religions et croyances de ces contrées depuis l'Antiquité, avec certes, la prédominance de la composante judéo-chrétienne. 

Lire la suite...

vendredi 24 janvier 2014

Musulmans modérés, sécularisation et occidentalisation

Yves Montenay Notre ami Yves Montenay est de retour et relance la discussion sur l'islam avec un article où il répond à ceux qui, parmi nous, considèrent que la masse des musulmans modérés ne pourra jamais constituer une réponse efficace à la menace du pan-islamisme.

Il y a un terme qui est mal vu par les camps opposés, celui de « musulmans modérés ».

Les musulmans « non modérés » ironisent : « on est musulman ou on ne l'est pas », comme le répète notamment le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, justement longtemps considéré comme modéré, mais à qui le pouvoir a visiblement tourné la tête et fait perdre la modération qui l'avait amené au pouvoir.

Lire la suite...

samedi 28 décembre 2013

"Bon" ou "mauvais" capitalisme : le Pape François et l'économie

Me Jean-Philippe Delsol Jean-Phillipe Delsol vient de publier, sur le site de l'IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales, dont il est le directeur), une réaction aux propos diffusés par le Pape François dans son exhortation apostolique du mois de novembre.

Une remarquable analyse qui précise clairement comment comprendre et répondre aux navrantes expressions économiques que l'on retrouve sous la plume du nouveau Pape.

En ce temps de Noël, il paraît opportun d’évoquer le message du Pape François dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium du 24 novembre 2013. Avec beaucoup de force, il annonce la joie de l’Evangile, une joie qui doit rayonner au cœur de tous les hommes. Avec beaucoup d’humanité, il exhorte, précisément chacun d’entre nous à redoubler d’attention aux pauvres et à œuvrer en leur faveur. Heureux rappel, y compris au sein même de l’Eglise, heureuse exhortation à l’attention de tous et notamment de ceux qui ont des responsabilités économiques.

Hélas, et par une confusion que nous aurions aimé ne pas rencontrer dans un texte de cette qualité, il s’en prend en même temps à l’économie de marché.

Lire la suite...

mardi 11 décembre 2012

Code civil : séparons le mariage de l'Etat !

Damien ThellierSeconde contribution au débat sur la réforme des articles du code civil relatifs au mariage : celle de Damien Thellier, le fondateur et président de l'Institut Coppet.

Après la séparation de l'Eglise et de l'Etat, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout et revendiquer sans crainte la séparation du mariage et de l'Etat.

Les partisans du « mariage pour tous » ont tendance à identifier leur combat avec celui de la liberté individuelle. Malheureusement, c’est exactement le contraire. La redéfinition du mariage par l’État menace gravement les libertés individuelles. Si vous n’êtes pas d’accord avec cette redéfinition du mariage, quand celle-ci sera imposée par la loi, aurez-vous le droit de le dire ?

Lire la suite...

dimanche 23 septembre 2012

Internet et la protestantisation des musulmans

Yves Montenay L'arbre des violences et menaces islamistes ne doit pas cacher la forêt des autres évolutions du monde musulman. Yves Montenay développe un thème déjà évoqué dans nos colonnes.

Les "nouveaux" médias et la diffusion brutale de leurs supports ("smartphones" notamment) accélèrent la "protestantisation" des musulmans, avec son progrès intellectuel et ses guerres de religion. Cela au triple sens d’éclatement religieux, d’opposition à l’ordre établi et de progrès économique.

Lire la suite...

dimanche 11 mars 2012

Pays musulmans : les facteurs de l'islamisme

Yves MontenayPourquoi des musulmans sont-t-ils devenu islamistes ?

Pour certains c'est un faux débat : si être islamiste, c'est gouverner au nom de la religion, tous les gouvernements des pays musulmans ont toujours été islamistes.

Mais c'est tout aussi vague que de dire que tous les gouvernements européens, jusqu'à leur laïcisation, étaient « christianistes ».

Lire la suite...

mardi 29 novembre 2011

Valeurs et responsabilité individuelle : la sociologie est-elle une science ?

Me Patrick SimonJe recommande la lecture d'un article de Raymond Boudon dans la dernière revue "Commentaire". Il s'intitule "La sociologie comme science". C'est le titre de son dernier livre.

Le professeur Boudon, membre de l'Institut, est un sociologue réputé mondialement et probablement le plus remarquable en France actuellement.

Lire la suite...

jeudi 8 septembre 2011

Le Coran et les musulmans : quelle lecture retenir ?

Yves MontenayIl se trouve que j'ai eu quasi simultanément sous les yeux trois textes s'appuyant sur le Coran pour justifier des analyses très différentes.

Ma réflexion sur ces trois textes est un prolongement des débats sur l'islam et les musulmans qui ont déjà eu lieu sur ce site.

Lire la suite...

jeudi 7 juillet 2011

Le 16 juin 2011 : "Les musulmans libres", séminaire de philosophie autour d'Alain Laurent.

Ci-dessous l'enregistrement vidéo de la dernière séance du séminaire de philosophie animé par Alain Laurent, organisé par l'Institut Coppet en collaboration avec l'Institut Turgot. Thème de la réunion du jeudi 16 juin : "les musulmans libres".

.

Lire la suite...

jeudi 19 mai 2011

Désir de Providence et servitude volontaire

Gérard DréanComme tous les animaux supérieurs, chacun d’entre nous nait infiniment faible et totalement dépendant de ses parents, au moins jusqu’à son adolescence.

Au début, c’est instinctivement que nous nous en remettons à eux et que nous cherchons à attirer leur sollicitude.

Lire la suite...

jeudi 12 mai 2011

Libre ou non d’adhérer à l’Eglise

Drieu GodefridiJ’ai souvent trouvé surprenant le spectacle d’une Eglise catholique sommée par des escouades d’intellectuels et de commentateurs athées de prendre position en faveur de telle ou telle cause, ou de cesser de défendre telle valeur ou théorie.

Après tout, l’Eglise n’est pas une démocratie, mais une organisation privée à laquelle on est libre, ou non, d’adhérer.

Lire la suite...

samedi 23 avril 2011

France-Libye : les exigences de la puissance d'humanité

Yves RoucauteEn contrepoint de l'opinion de Richard Ebeling sur les évènements de Libye, ci-dessous l'éditorial de notre ami Yves Roucaute publié dans Le Figaro du 11 mars 2011. Trait_html_691a601b.jpg

Doit-on s’inquiéter de voir la France retrouver en Libye le chemin de sa grandeur, celui des nouvelles exigences de la puissance d’humanité ?

Lire la suite...

dimanche 20 mars 2011

Vers une « protestantisation » de l’islam ?

En posant cette question - qui surprendra et indignera peut-être certains protestants - je veux dire : "ce qui s'est passé en Occident à l'époque de la Renaissance peut-il nous aider à comprendre l'islam d'aujourd'hui et ses évolutions possibles ?"

Jusqu'à la Renaissance, les monde européen et musulman étaient comparables à plusieurs titres, notamment celui du développement technique, économique, éducationnel et par leur même imprégnation de la vie sociale par la religion.

Lire la suite...

mardi 21 décembre 2010

le 4 novembre 2010 : Florin Aftalion présente son livre "L'autre Jérusalem"

"L'autre Jérusalem" est le titre de son dernier livre que Florin Aftalion est venu présenter lors d'une réunion à l'Institut Turgot, le jeudi 4 novembre 2010.

.

Un incident technique a fait que les dix premières minutes de cette réunion ne sont pas sur la vidéo. Elles ont cependant été enregistrées en audio. Vous pouvez les écouter en cliquant sur la barre d'écoute ci-dessous

Lire la suite...

jeudi 9 décembre 2010

Débat : réponse aux "immigrationnistes"...

Yves Egal Nul autre sujet que l'immigration ne suscite autant de passion et si peu de débat, car celui-ci est interdit par un terrorisme intellectuel, qui fonctionne comme tous ses prédécesseurs, communiste, nazi ou fasciste, grâce à un contrôle de la parole publique exercé par la violence.

Ainsi, celui qui transgresse le tabou de l'immigration est stigmatisé par tous les médias, sans exception, ce qui a le double avantage de rappeler que ce sujet est interdit et de maintenir la peur de transgresser cet interdit.

Tout terrorisme intellectuel se renforce par son fonctionnement.

Lire la suite...

dimanche 5 décembre 2010

Pour l’immigration musulmane

André Teissier du CrosJe vous invite à regarder l’Union Européenne (500 millions d’habitants, dont 15 millions de musulmans, dont 10 millions rien qu’en France et en Allemagne) avec les yeux d’une femme du monde musulman proche : celui dit arabe (330 millions) ; l’iranien (77 millions) ; et le turc (76 millions).

Je dis bien : une femme, celle qui fait et élève des enfants. Elle s’appelle Ahlam, c'est-à-dire l’ingénieuse, l’imaginative, la rêveuse… Elle a trois enfants encore très jeunes.

Lire la suite...

mardi 26 octobre 2010

Une analyse de l’islam partiellement fondée, mais globalement fausse

Yves Montenay lors d'une réunion à l'Institut Turgot (avril 2009)J’ai été destinataire d’un document qui me semble l’occasion de « déminer » un débat pollué par de faux problèmes, alors que les vrais sont déjà suffisamment graves.

Voici, en deux mots, ce que ce document dit : Ne concevoir l’islam que comme une religion est un piège mortel pour les Européens : l’islam, totalitarisme guerrier, utilise notre conception de la « religion » comme cheval de Troie pour la conquête subversive de l'Europe.

Lire la suite...

vendredi 10 septembre 2010

Libéralisme et religion : l'originalité américaine

Jerry O'DriscollCi-dessous un texte, très court mais très instructif, de notre ami Jerry O'Driscoll, écrit en commentaire à un article où le professeur Mario Rizzo réfléchit sur la manière de faire découvrir et d'enseigner le libéralisme aux jeunes. Trait_html_691a601b.jpg

Mario Rizzo a mis le doigt sur la plupart des points importants du libéralisme classique ; la dimension morale est particulièrement importante.

Lire la suite...

mercredi 8 septembre 2010

Débat : où est le « véritable » islam ?

Yves Montenay lors d'une réunion à l'Institut Turgot (avril 2009)Lucien Oulahbib s’élève contre le projet de construire une mosquée près des tours détruites du World Trade Center de New York, et pour cela se livre à une réflexion générale sur l'islam.

L’argument central de ce document est la notion de « vrai islam » (en français, « véritable islam » serait préférable). Pour l’auteur, il s’agit de l’islam de Ben Laden, celui des autres musulmans n’ayant avec ce « vrai islam » que des différences de degré destinées à s’estomper.

Cette qualification de « véritable islam » pour celui de Ben Laden est tout à fait arbitraire.

Lire la suite...

vendredi 27 août 2010

Une grande mosquée à Ground Zero ? Obama se trompe.

Lucien Samir OuhlahbibC'est une très mauvaise idée en réalité puisqu'il sera possible de dire que sans le 11 septembre il n'y aurait jamais eu ce centre, tenu certes par un modéré, du moins paraît-il, un soufi, tendance ultra-minoritaire en Islam, cependant et souvent pourchassé par les autres sectes musulmanes.

Certains, et parce que le soufisme semble être compatible avec la perception eurocentriste de l'islam, voudraient néanmoins encourager cette tendance, dont le rédacteur en chef de Newsweek, Fareed Zakaria.

Lire la suite...

mardi 5 janvier 2010

Cessons de fantasmer sur l'islam : réponses à des stéréotypes dangereux.

Yves Montenay lors d'une réunion à l'Institut Turgot (avril 2009)Yves Montenay nous avait adressé ce texte au lendemain de l'annonce des résultats du référendum suisse sur les mosquées. Le débat sur l'identité française ainsi que la reprise de la menace terroriste lui conservent plus que jamais toute son actualité. Trait_html_691a601b.jpg

La Suisse a voté à 57 % contre le droit de doter une mosquée d'un minaret. Cela me rappelle qu'au Moyen Âge, dans je ne sais quel lieu où les rouquins étaient très minoritaires, on brûlait ces porteurs d'un signe évident du démon, avec l'accord, voire à la demande, de l'immense majorité de la population. Bref c'est ce qu'on appelle en jargon juridique un « abus de majorité ». Or les libéraux sont particulièrement sensibles à ce type d'abus, d'où leur appel au droit naturel.

Certes, comparaison n'est pas raison et il nous faut creuser davantage cette question.

Lire la suite...

mardi 29 décembre 2009

Débat sur l'économie morale : là où Benoît XVI se trompe

Cette période de Noël est particulièrement indiquée pour revenir au débat sur le caractère moral du capitalisme., 

Aux articles que nous avons publiés au cours des derniers mois, nous ajouterons ce texte  paru sur le site  du Mises Institute, le 31 juillet dernier, sous le titre "Caritas in Iustitia Distributiva"

Son auteur, Gabriel Vidal, s'y livre à une analyse critique de la position actuelle de l'Eglise dans le débat sur le capitalisme. Selon lui, le  contenu de l'Encyclique "Caritas in Veritate" constitue un recul par rapport à la pensée d'un des prédécesseurs de Benoît XVI, le Pape Paul VI.

Il y a 40 ans, l’encyclique Populorum Progressio du Pape Paul VI voulait, entre autres objectifs, sauver les gens de la faim, des privations, des maladies et de l'analphabétisme. Elle prônait également de promouvoir leur participation active au processus économique, leur transformation progressive en sociétés instruites, et la consolidation de régimes démocratiques capables de liberté et de paix.

Lire la suite...

dimanche 20 décembre 2009

Vers un nouveau paganisme : la famille, l'Occident et le reste du monde

Professeur Deepak LalDerrière ce titre quelque peu énigmatique, un texte qui a fait l'objet d'une présentation lors de la réunion de la Société du Mont Pèlerin, à Stockholm, en Août 2009, et dont le thème était "l'avenir de l'Etat providence".

Il est signé Deepak Lal, un économiste d'origine Hindoue, qui a fait toute sa carrière en Angleterre et aux Etats-Unis, mais qui est aussi un spécialiste de l'histoire comparée des civilisations.

Président de la société du Mont Pélerin, le professeur Deepak Lal replace la problématique de l'Etat-providence dans le cadre d'une recherche sur les origines historiques de ce qui fait la spécificité de l'Occident. Un grand texte, original, aux conclusions inattendues et provocatrices, qui ne pouvait être écrit que par un savant dont l'expérience personnelle se situe à l'intersection de deux grandes cultures. Trait_html_691a601b.jpg

Bienvenue en Suède – le paradis social-démocrate qui pourrait bien constituer l’avenir commun de l’Occident. Il est on ne peut plus approprié que le comité d'organisation ait mis en place un instructif et important programme visant à analyser comment la liberté et les marchés s’en tireront dans les Etats Providence occidentaux.

Lire la suite...

mardi 3 novembre 2009

L'économie de marché ne peut pas se fonder sur n'importe quel système de valeurs

Sam GreggDepuis 2 000 ans, l'Eglise catholique s’acharne à planter dans l'humus de la civilisation humaine un ensemble d’idées aujourd’hui impopulaires : que la vérité existe ; que celle-ci n’est pas seulement de la variante scientifique ; que l’on peut la connaître par la foi et par la raison ; et qu’elle n'est pas ce que vous voudriez, ou « sentiriez » qu'elle soit.

Tout au long de sa vie, Benoît XVI a insisté sur ces thèmes, justement parce que beaucoup de monde, y compris de nombreux chrétiens, a perdu de vue leur importance.

Il se peut que la plus importante prétention à la vérité de la dernière encyclique papale "Caritas in Veritate" sur la vie économique est que l'économie de marché ne peut pas se fonder sur n'importe quel système de valeurs.

Lire la suite...

samedi 10 octobre 2009

Dialogue sur Islam et Libéralisme

Yves Montenay lors d'une réunion à l'Institut Turgot (avril 2009) Le mardi 13 octobre 2009, à 19h30, l'Institut Turgot reçoit Youssef Courbage, Directeur de recherches à l'INED, et Yves Montenay pour une réflexion sur le thème "Islam et ouverture". En avant-propos à cette réunion nous vous invitons à lire ce document où Yves Montenay dialogue avec François Facchini, Maître de conférence à l'Université de Reims, sur les rapports entre Islam, monde musulman et libéralisme. Trait_html_691a601b.jpg

Ce dialogue cherche à cerner les rapports entre d’une part l’islam, les musulmans et leurs pays avec le libéralisme. Nous distinguons d’emblée dans le terme « musulmans » trois idées : la religion, les individus et les pays où ils vivent, d’où les trois parties de ce dialogue.

.

Lire la suite...

dimanche 27 septembre 2009

L'économie a besoin d'une éthique, mais laquelle ?

Jean-Yves NaudetOn commence toujours la lecture d’une encyclique sociale par l’introduction, sans lire ce qui précède, c'est-à-dire les destinataires de la lettre. Or, les encycliques sociales récentes ont une particularité : elles ne s’adressent pas seulement aux catholiques, mais « à tous les hommes de bonne volonté ». C’est normal, car il s‘agit de réfléchir ensemble à l’organisation de la société et cela concerne tout le monde.

Cela implique, pour le pape, dans la tradition issue de Saint Thomas d’Aquin, de parler non seulement la langage de la foi, mais aussi celui de la raison. Tout homme peut comprendre la philosophie, chacun peut découvrir la loi naturelle inscrite dans son cœur. Tous sont donc invités à lire ce grand texte

Ensuite, une encyclique n’apparaît pas un beau matin, elle s’inscrit dans une histoire, celle de la doctrine sociale de l’Eglise, qui a commencé dans la période récente en 1891 avec ''Rerum novarum''"[Des Révolutions"] de Léon XIII

Lire la suite...

samedi 12 septembre 2009

Le Pape, le rabbin et l'économie morale

Sam GreggÀ notre époque ô combien laïque, il est paradoxal que les déclarations des dirigeants religieux sur des sujets qui vont du mariage à l’économie de marché obtiennent toujours des médias une attention considérable.

Cela rend d'autant plus surprenant que personne ne semble avoir remarqué le parallèle entre l'encyclique de Benoît XVI Caritas in veritate, parue le 7 juillet, et un éditorial provocant de Lord Jonathan Sacks, Grand Rabbin de Grande-Bretagne, dans le Times de Londres deux semaines plus tôt.

Le pape et le rabbin avaient des messages comparables, équivalant à ce qui suit : certains de nos problèmes économiques contemporains traduisent en fait une crise morale plus profonde au sein de la civilisation occidentale; tant que nous ne le reconnaîtrons pas, les changements dans la politique économique et la pratique des affaires n’apporteront que des solutions limitées.

Evidemment, ce n'est pas un message que tous apprécieront. Mais cela ne le rend pas moins exact.

Lire la suite...

mercredi 2 septembre 2009

Le Pape et son Encyclique : quiconque s'attendait à un rejet de l'économie de marché aura été déçu

'Le Père Robert Sirico a été pendant longtemps un habitué régulier des Universités d'été de la nouvelle économie à Aix en Provence. Il est le fondateur et président de l'Acton Institute for the Study of Religion and Liberty - un 'think tank' qui s'efforce de diffuser le message libéral dans les milieux du clergé et des associations de pratiquants catholiques américains. Le commentaire qui suit - sur l'Encyclique papale diffusée au début du mois de juillet - a été publié dans le Wall Street Journal du 10 Juillet. La traduction en a été assurée par François Guillaumat. Trait_html_691a601b.jpg

Dans sa troisième encyclique rendue publique au début du mois de juillet, Caritas in veritate (L’Amour dans la Vérité), le Pape Benoît XVI ne s’attarde pas sur des systèmes spécifiques de l'économie – il ne tente pas de favoriser le programme politique de qui que ce soit : il se soucie de la morale et du fondement théologique de la culture.

Le contexte est bien sûr celui d'une crise économique mondiale - crise qui s’est produite  au milieu d’un vide moral,  où  on avait abandonné l'amour de la vérité  au profit d'un matérialisme grossier.

Lire la suite...

lundi 2 mars 2009

Philippe Nemo, le 10 février 2009 : "laïcisme contre laîcité, le mythe de la République laîque"

Publié il y a quelques mois sous le titre : "Les deux républiques françaises" (PUF), le dernier livre de Philippe Nemo offre une grille de relecture de l'histoire politique français depuis deux cents ans tout à fait exceptionnelle. Son opposition entre deux conceptions antinomiques de la République et de la Démocratie (la vision libérale de "1789" et la vision jacobine - et millénariste - de "1793" - se révèle d'une très grande efficacité pour comprendre la continuité des conflits idéologiques dans ce pays et réinterpréter un certain nombre d'événements politiques dont nous n'avons pas toujours perçu la nature des enjeux. Ce livre représente sans conteste un apport majeur à la pensée politique française contemproraine.

Le mardi 10 février 2009, Philippe Nemo était l'invité de l'Institut Turgot. Nous lui avons demandé de s'expliquer, en tant que penseur libéral, sur sa conception des rapports entre République et laïcité; sujet qui constitue la matière de son troisième chapitre, et qui le conduit à faire le procès de la politique scolaire et universitaire française poursuivie avec une extraordinaire constance par tous les gouvernements républicains qui se sont succédés depuis le début du XXème siècle jusqu'à aujourd'hui.

Philippe Nemo nous a fait une brillante démonstration qui bouscule nombre des idées reçues auxquelles nous a conditionnés notre formation scolaire. On trouvera ci-dessous une vidéo résumée de son intervention, ainsi que l'enregistrement audio intégral de la soirée.

L'essentiel de la discussion a porté sur le rôle de la Franc-maçonnerie dans la politique française. Pour écouter l'enregistement intégral de la soirée avec Philippe Nemo, cliquez ici.

On trouvera également un compte rendu écrit du chapitre que Philippe Nemo consacre au mythe de la République laîque. Ce résumé est du à un jeune étudiant, Roman Bernard, auteur d'une remarquable recension du livre "Les deux Républiques Françaises" publiée sur le site Stalker

Lire la suite...