Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 26 novembre 2013

De la taxation à la spoliation : l'inexorable soviétisation de la société française

Marc SuivreChaque jour que Dieu fait, nous nous enfonçons un peu plus sûrement dans la crise, par la grâce d’une Présidence normale autoproclamée. Pourtant, pareil aveuglement, pareille persistance dans l’erreur, pareil acharnement à nier les évidences, ne relève pas de la normalité, mais de la pathologie.

« Le socialisme arrive très rapidement à court de l’argent des autres » disait Margareth Thatcher en s’inspirant librement de Winston Churchill. Malheureusement pour nous, il semble que nos socialistes aient décidé d’appliquer ce principe jusqu’à l’absurde.

Lire la suite...

mercredi 10 avril 2013

Margaret Thatcher, le combat d’Antigone

Corentin de SalleRonald Reagan disait de Margaret Thatcher qu’elle était « the best man in England ». Viriliser le personnage en raison de ses qualités qui seraient autant de mâles vertus est une erreur fréquente: en réalité, cette figure politique exceptionnelle - sans doute l’une des plus influentes du XXèmesiècle - était, en un certain sens, authentiquement féminine. Par maints aspects, elle rappelle Antigone.

Ce qui fait toute la beauté du combat d’Antigone, c’est qu’elle refuse toute forme de compromis et que, sûre de son bon droit, elle accepte de défendre sa cause jusqu’à la mort si nécessaire.

Lire la suite...

vendredi 2 novembre 2012

Pour s'en sortir, multiplier les lois Périssol...

Me Patrick SimonDepuis mai dernier, notre pays subit une crise de découragement, une perte de confiance en lui-même.

Le nombre des grandes entreprises qui ont adopté des plans sociaux et réduisent leur personnel est impressionnant et la situation devient préoccupante. Les médias se font souvent l'écho de ce pessimisme et, à les entendre, on finirait par croire que le déclin français est inéluctable, qu'il est en quelque sorte inscrit dans notre nature.

Or il n'en est rien.

Lire la suite...

mercredi 31 octobre 2012

Politique budgétaire : Harvard contredit le FMI et la Fed

Vukovic.jpgCi-dessous la traduction d'un article récemment publié sur le site de l'Adam Smith Institute par l'un de ses chercheurs, Vuk Vukovich.

Quelle approche est la plus efficace pour assurer le redressement des finances publiques ? Vaut-il mieux agir en réduisant les dépenses de l'Etat, ou en augmentant les impôts ? La querelle bat son plein. Chacun a son idée. Souvent contradictoire avec celle du voisin. Mais qu'en dit l'histoire ? Quelles sont les leçons de l'expérience ?

C'est ce qu'ont cherché à savoir trois économistes italiens – Alberto Alesina, Carlo Favero et Francesco Giavazzi – dans une étude qui vient d'être publiée par l'Université de Harvard, (et dont les résultats vont exactement à l'encontre de ceux du FMI et de la Fed, si bruyamment diffusés par le gouvernement et les médias français. NdT).

Lire la suite...

lundi 15 octobre 2012

30 ans de décentralisation, quel bilan? ? quelles perspectives ? Les réponses d'un responsable politique libéral

A l'occasion des "états généraux de la démocratie locale", le magazine Online Atlantico a posé à trois personnalités des questions sur le bilan de la décentralisation et ses perspectives. Parmi les personnes interrogées, Aurélien Véron, Président du Parti Libéral Démocrate, dont vous trouverez ci-dessous l'intégralité des excellentes réponses. 

Question : Pendant deux jours, les élus ont pris la parole sur le prochain "acte de la décentralisation", à l'occasion des Etats généraux de la démocratie locale. Ce prochain acte de décentralisation est-il vraiment une bonne nouvelle ? Quel est le bilan des 30 ans de  décentralisation ?

Lire la suite...

mercredi 2 mai 2012

La "règle d’or" : ce qu’elle doit être, ce qu’elle implique et ce qu’il faut en attendre

Le candidat François Hollande a dit qu'il n'en voulait pas. Philippe Jaunet, spécialiste de droit public, revient sur le dossier de "la règle d'or" pour nous proposer un document complet et inédit qui analyse comment il faudrait s'y prendre pour que cette réforme remplisse réellement son office.

Depuis 1974, la France n’a connu que des budgets en déficit, sans que l’État ne tienne compte des rares possibilités qu’il avait d’apurer ses dettes.

Les effets pervers de cette situation sont suffisamment connus pour qu’on s’y attarde trop longtemps : vivre à crédit, c’est transmettre la charge des dépenses actuelles aux générations futures, tout en plaçant la Nation à la merci de ses créanciers.  

Lire la suite...

mercredi 13 juillet 2011

L’indispensable "refondation sociale"

Alain Madelin à l'Institut Turgot« Mettre la société en mouvement », telle est pour François Hollande la mission du prochain Président de la République.

L’expression (d’ailleurs empruntée à Jacques Delors) est heureuse. A rebours des tonitruantes annonces du retour de l’Etat, elle fixe le cap d’une société civile plus libre et plus responsable

Lire la suite...

samedi 8 janvier 2011

Retraites : la prochaine réforme est bien partie

Alain MadelinL’objectif est atteint, la réforme est votée et promulguée.

Mais loin du tumulte de la bataille, un nouveau rendez-vous a été discrètement fixé : un amendement du Sénat prévoit pour 2013 une « réflexion nationale » sur « les conditions de mise en place d'un régime universel par points ou en comptes notionnels ».

Ce rendez-vous s’annonce plus apaisé. Car paradoxalement, derrière l’opposition frontale des syndicats et de la gauche, des avancées ont eu lieu, des propositions intéressantes ont vu le jour.

Lire la suite...

lundi 29 novembre 2010

Fillon II : rétablir les comptes de l’Etat, c’est bien; libérer l’économie française, c’est mieux !

Alain DumaitFrançois Fillon est un Premier ministre sérieux, qui a une vision juste de la situation dans laquelle se trouve notre pays.

Hier il disait que l’Etat était bel et bien en faillite, aujourd’hui il annonce 1600 milliards de dette publique, montant qui va continuer à augmenter, au moins jusqu’en 2012.

Et il en tire les conséquences : «il n’y aura plus de dépenses publiques pour financer la croissance».

Ce qui est à moitié convenir que les dépenses publiques ne sont en rien créatrices de croissance. Sinon, ça se verrait…

Lire la suite...

mardi 9 novembre 2010

Après la grève : mensonges et vérité

Michel de Poncins Malgré le vote de la loi, la bataille n'est pas finie et il n'est pas exclu qu'elle se prolonge longtemps.

Il ne faut pas oublier que la promulgation éventuellement prochaine n'empêchera pas un très grand nombre de recours.

Lire la suite...

dimanche 12 septembre 2010

Dette : la chute programmée du social-clientélisme

Charles GaveL'événement de la rentrée sera la publication par Charles Gave de son nouveau livre : "L'Etat est mort ! Vive l'état ! Pourquoi la faillite étatique qui s'annonce est une bonne nouvelle"(chez François Bourin éditeur, début octobre).

Charles présentera son ouvrage fin septembre, lors d'une conférence organisée par l'Institut Turgot à l'Assemblée nationale,

Ci-dessous, un extrait de son introduction. D'autres extraits seront publiés, en avant première, sur le site Turgot au cours des deux prochaines semaines'. Trait_html_691a601b.jpg Ce n’est un secret pour personne, la part de l’État dans l’économie française ne cesse de croître depuis le début des années 1970.

Logiquement, cette «préférence» pour une consommation collective aurait dû être financée par un accroissement des recettes fiscales, c’est-à-dire par un alourdissement des impôts. Il n’en a rien été.

Lire la suite...

lundi 30 août 2010

Compte épargne santé : le modèle singapourien

Guillaume VuillemeyGuillaume Vuillemey vient de passer plusieurs mois en stage à Singapour. Connaissant notre intérêt pour la formule des "comptes d'épargne santé" en tant qu'élément de base nécessaire à une future réforme des systèmes de santé, il en a ramené ce billet. Trait_html_691a601b.jpg

Singapour, cité-État d'environ 5 millions d'habitants, brille par les performances de son système de santé. Les dépenses y sont modérées (3,5% du PIB contre 11,1% en France) tandis que l'espérance de vie y est parmi les plus élevées de la planète (78 à 83 ans selon le sexe, contre 77 à 84 en France et 75 à 80 aux États-Unis). La densité médicale y est faible, mais le pays ne connait pas de pénurie de soins : il accueille chaque année 400 000 patients étrangers, venus d'Asie ou d'Océanie. Le portrait laisse rêveur

Lire la suite...

jeudi 12 août 2010

Pourquoi y a-t-il des socialistes pour soutenir les réformes libérales ?

Leonard LiggioLe 30 juillet dernier, date anniversaire de sa naissance, l'Atlas Economic Research Foundation a parrainé un colloque sur l'héritage de Milton Friedman ; j'ai eu l'honneur d'être l'un de ses orateurs.

Une partie de la discussion portait sur les conférences de Milton Friedman à l'Université Catholique du Chili, et sur l'influence que ce cours avait eue sur les réformes économiques dans ce pays.

Lire la suite...

mercredi 16 juin 2010

Réduction des dépenses publiques : ce que devrait être le programme du gouvernement

François Fillon vient d'annoncer des objectifs - louables mais insuffisants - de réduction des déficits publics. Mais il reste évasif sur les moyens d'y parvenir. 

Fort heureusement, depuis maintenant 7 ans, j'explore sur mon blog "Objectif Liberté"  les possibilités de réformes  libérales qui devraient inspirer un gouvernement courageux et lucide. 

Voici donc la synthèse de ces propositions. 


Lire la suite...

jeudi 8 avril 2010

Deux lois pour une rupture...dès 2011 : libérer la protection sociale, libérer l'enseignement

Lucien Samir OuhlabibIl est dommage que la solution commune à ces deux hommes politiques que sont Villepin et Copé soit encore plus d'étatisation et ce dans le sens négatif d'une soviétisation et non pas d'un renforcement de l'aspect régalien qui n'empiète pas sur la société civile mais au contraire la protège.

Ainsi, lorsque Villepin prône l'élimination du dit bouclier fiscal et que Copé en appelle à la constitution d'un cadre contraignant quant aux dépenses budgétaires et sociales, ils ne touchent pas à l'essentiel : celui de dynamiser le développement des tissus socioéconomique et sociopolitiques, et de leur donner la possibilité de se prendre en charge, de s'émanciper dans l'acte de décision, l'Etat apportant son concours par l'accompagnement et l'expertise, et non par la caporalisation jacobine, quand bien même se ferait-elle au nom d'un passé glorieux.

Lire la suite...