Depuis le 20 juin, date à laquelle notre précédent papier consacré à la crise de la dette publique grecque a été mis en ligne, les événements se sont précipités. Ils prennent d’ailleurs la direction que nous avions anticipée.

Le seul élément de surprise que nous y décelons vient de la vitesse à laquelle la séquence d’éclatement probable de l’Euroland semble se mettre en place.