Véronique de RugyAu début du mois d'avril, après qu’un navire ait été capturé  au large de la côte des Somalis, les militaires ont libéré l'équipage  en le prenant d'assaut,  tuant deux des pirates. Tandis que l'équipage était sauvé,  le capitaine du navire  a été tué dans l'attaque,  laissant  une épouse et un fils de 3 ans.

Quand il était apparu que les négociations pour libérer l'équipage étaient tombées dans une impasse,  les commandos français étaient passés à l’action. Le gouvernement français  avait averti le capitaine  ne pas pénétrer  dans le golfe d'Aden, où la piraterie s’est considérablement accrue  depuis quatre ans.  Mais le capitaine avait choisi de ne pas tenir compte du conseil.  Il semble qu’il poursuivait le rêve d’échapper à la société de consommation,  et qu’il n’aurait pas été  découragé.

La plupart de la piraterie, en revanche,  s’appuie sur des rêves bien matériels,  autant  chez les pirates  que chez leurs victimes.  Toutes les parties concernées  cherchent à gagner leur vie  et calculent sans arrêt  les moyens les plus efficaces de le faire. Alors que les touristes  ont parfois été victimes de la piraterie,  la plupart des otages sont les membres d'équipage des navires commerciaux.