Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 28 mars 2016

Le 24 mars 2016 : Débat contradictoire Alain Madelin et Gaspar Koenig sur "Revenu minimum : quelle formule ? Propositions et critique".

Le jeudi 24 mars 2016, à l'Assemblée nationale, nous avons reçu Alain Madelin, ancien ministre, Président du Fonds Latour Capital, et Gaspar Koenig, Président du think-tank Génération Libre, pour un débat contradictoire sur le thème : "Revenu minimum : quelle formule ? Propositions et critique". La réunion était organisée en coopération avec l'association Students for Liberty (Paris) dont nous avons accueilli un grand nombre de membres.

Le projet de cette rencontre est né comme une suite à la grande conférence sur le revenu universel organisée le 4 février dernier par Gaspar Koening et son think tank Génération Libre à la salle Gaveau. Au cours de cette réunion étaient intervenus une dizaine d'orateurs venant d'horizons professionnels, politiques et idéologiques très divers, présentant chacun leur propre version de la façon dont pourrait être imaginé le versement à tous d'un revenu de base permettant d'éliminer le plus possible les situations de grande pauvreté. Les débats n'ont cependant pas permis de pousser bien loin l'examen concret des paramètres, contraintes et fondamentaux d'ordre technique, économique et politique à observer pour assurer la réussite d'un tel objectif. D'où l'idée de cette réunion pour aller plus loin dans la discussion.

L'intervention d'Alain Madelin

L'intervention de Gaspar Koenig

Continuation du débat entre A.Madelin et G.Koening

Le résultat a été plus qu'à la hauteur de nos anticipations. Nous avons fait le choix de laisser nos invités s'exprimer librement, sans contrainte de temps étroite, afin qu'ils puissent s'expliquer aussi complètement et profondément que possible. Même si cela a signifié qu'il n'y avait plus guère de temps pour dialoguer directement avec la salle, nous y avons tous gagné d'assister à un remarquable débat où toutes les questions de fond ont été clairement posées et discutées.

dimanche 9 août 2015

Pauvreté et écologie: la fausse bonne idée du Pape

Max FalqueLa Ville Sainte serait-elle mal inspirée ? La nouvelle encyclique « Laudato si » propose un changement de politique afin de faire face à la pauvreté et à la crise écologique. Ce texte que l’on peut soupçonner d’avoir été Inspiré par la « Théologie de la libération » visant indirectement à réconcilier socialisme et christianisme a, à ce titre, suscité l’enthousiasme des media bien-pensants.

Le Pape est pourtant bien placé pour savoir que l’enfer est pavé de bonnes intentions….fussent de pavés verts, roses ou rouges !

Lire la suite...

samedi 2 février 2013

Les cadeaux empoisonnés de l'Etat-providence

Me Patrick SimonOn lit et l’on entend régulièrement dans les médias une information qui, de prime abord, étonne : un certain nombre de personnes qui pourraient bénéficier du RSA ou d’autres aides sociales ne les réclament pas dans une proportion supérieure à 30 %.

Et les commentateurs de s’étonner (comment est-il possible qu’on ne réclame pas ce à quoi l’on a droit ?) voire de s’indigner (comment l’Etat peut-il laisser faire cela ? Il est anormal qu’il profite de cette situation).

Lire la suite...

vendredi 24 février 2012

Prime pour l'emploi : déshabiller Pierre pour habiller Pierre

Alain Madelin à l'Institut TurgotAlain Madelin réagit aux "brillantes" idées et propositions qui rythment le tempo de cette campagne électorale.

« Candidat-Président échangerait suppression Prime pour l’emploi contre suppression de charges salariales sur bas salaires ». Telle pourrait être, en résumé, la dernière petite annonce de la campagne électorale.

Si l’idée de reconsidérer la Prime pour l’emploi est en soi excellente, la proposition l’est beaucoup moins.

Lire la suite...

mercredi 16 mars 2011

La justice sociale ne se confond pas avec la redistribution

Alain Madelin à l'Institut TurgotIl existe aujourd’hui un grand décalage entre les réalités des fins de mois difficiles des Français et le spectacle de la France de l’argent facile.

Un sentiment d’injustice progresse.

Une telle tension sociale est pain béni pour tous les démagogues : augmenter l’impôt sur les hauts revenus, taxer plus lourdement le capital, plafonner les hauts salaires...

Lire la suite...