Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 21 novembre 2012

15 novembre 2012 : "Comment populariser les idées libérales" avec U.Génisson, D.Tourre et D.Thellier

"Comment populariser les idées libérales ?", tel était le titre de la réunion organisée à l'Assemblée nationale, le jeudi 15 novembre, sous le patronage de l'Institut Turgot.

La discussion, à laquelle a participé Alain Madelin, était introduite par la présentation de deux expériences concrètes dont le projet est de mettre la pensée libérale à la portée du public français le plus large possible.

Le premier exposé fut celui d'Ulrich Génisson, co-fondateur et animateur de "La main invisible", une initiative originale de collectif auquel on doit la publication et la diffusion de "Libres", un livre fondé sur le principe 100 auteurs, 100 idées, 100 pages.

Lire la suite...

lundi 22 octobre 2012

Entrepreneurs en grève... un goùt de déjà vu

Emmanuel MartinExcédés par la pression réglementaire et fiscale qui s’accumule sur leurs épaules depuis tant d’années, et qui s’est nettement intensifiée avec les choix du nouveau gouvernement, le mouvement des entrepreneurs en colère en France a comme un goût de déjà-vu.

C’est en effet un peu leur histoire que l’on retrouve dans le roman Atlas Shrugged (« La grève » en français) de la philosophe russo-américaine Ayn Rand. Ce livre est devenu un classique pour des millions de lecteurs anglophones.

Lire la suite...

mercredi 10 mars 2010

Le combat autour de Claude Allegre est un combat libéral

François Ewald, professeur au CNAMIl y a quelques jours, Anne Bauer, grand reporter aux Echos, n'y est pas allée de main morte dans sa recension du dernier livre de Claude Allègre, « L'Imposture climatique ». « L'ouvrage ressemble davantage à un pamphlet, où la mauvaise foi le dispute au simplisme, qu'à l'ouvrage d'un homme de science. »

La thèse du réchauffement climatique a tellement de défenseurs, et d'une telle autorité, qu'on ne comprend pas pourquoi Anne Bauer a jugé devoir monter si promptement au créneau.

Le lendemain, le même Claude Allègre avait droit, pour le même livre, à une page entière Monde. « Le cent-fautes de Claude Allègre », où le journaliste, Stéphane Foucart, cherche à le disqualifier comme autorité scientifique. « Il commet des erreurs. C'est donc lui l'imposteur. » Pas un mot sur la thèse.

Décidément, voilà un domaine, le climat, où l'on perd sa neutralité au profit de ses convictions militantes.

Lire la suite...