Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 14 décembre 2010

Cancun : un accord pour cacher le désaccord

Jean-Michel BelouveEt le miracle fut ! Après dix jours de négociations âpres, la conférence climatique a atteint son but, qui était de ne pas échouer.

Tous les pays participants, sauf un, la Bolivie, ont approuvé un texte de 33 pages qui prévoit de remettre les décisions principales à la Conférence de Durban, qui aura lieu en fin 2011.

Lire la suite...

samedi 9 janvier 2010

Climat : les deux grands perdants de 2009

Jean-Michel BélouveLe début de l’année 2009 les montrait en pleine gloire. Ils triomphaient. Barack Obama culminait dans les sondages, après ses victoires sur Hillary Clinton, d’abord, puis à la présidentielle. Il représentait le renouveau, l’espoir d’un peuple lassé des échecs de son prédécesseur. Il avait promis une politique radicalement différente dans le domaine du changement climatique et entendait faire de son pays le leader et le guide dans la croisade contre le réchauffement et les gaz à effet de serre.

Nicolas Sarkozy venait de mettre un terme à la présidence française de l’Union Européenne en se montrant comme l’incontestable champion de la lutte contre le réchauffement climatique, et en obtenant des vingt-cinq l’accord sur le Paquet Climat Energie qui faisait de l’Europe le continent le plus avancé dans les mesures de restrictions des émissions de gaz à effet de serre et de marché d’échanges des permis d’émission négociables.

Lire la suite...

dimanche 27 décembre 2009

Plan B pour l'après-Copenhague : priorité à une stratégie d'adaptation

Lord Nigel LawsonLes dirigeants politiques du monde, les moindres n’étant pas Barack Obama et le Premier ministre britannique Gordon Brown, sont en état de déni sévère, presque clinique, de la réalité.

Tout en reconnaissant que les résultats de la Conférence des Nations Unies à Copenhague sur le changement climatique sont bien en-deçà de leur exigence d'un accord mondial juridiquement contraignant, exécutoire et vérifiable, sur la réduction des émissions par les pays développés et les pays en développement, ils persistent à prétendre que ces résultats constitueraient une percée, un pas en avant décisif.

Il ne resterait plus qu'un petit effort à faire. Une seule réunion de ce Grand Cirque Ambulant du Changement Climatique, l'an prochain - à Mexico - , et le boulot sera terminé.

Du moins c’est ce qu’on nous dit. Mais c'est n'importe quoi. La seule percée décisive aura été le coup politique de la Chine et de l'Inde lorsque, à portes closes, celles-ci ont signé leur petit communiqué avec les États-Unis - le Brésil et l'Afrique du Sud étant admis dans la salle, et l'Europe se languissant dehors dans le froid.

Lire la suite...

samedi 1 août 2009

Alerte : tout savoir sur la taxe carbone et les véritables enjeux de Copenhague

Ce texte est le dernier de la saison. L'équipe de l'Institut Turgot part en vacances. Nous vous donnons rendez-vous à la rentrée, début septembre. Bonnes vacances. HL.

Copenhague_2009.jpgLe seul mérite que je reconnais à la future contribution climat-énergie, c’est de sortir les français de leur acceptation passive et apathique de l’inéluctabilité d’un changement climatique catastrophique. Maintenant qu’on leur dit le pollueur c’est vous, et vous allez payer, ils se réveillent et deviennent bien plus attentifs au débat entre prosélytes et sceptiques du changement climatique.

Va-t-on enfin pouvoir ouvrir un débat public sur cette question fondamentale pour l’évolution à court et à long terme de nos sociétés ? Jusqu’ici, les grands médias français ont à l’unisson relayé et souvent amplifié les déclarations du GIEC, d’Al Gore, James Hansen, Nicolas Hulot, etc. Les protestations de personnalités critiques de ces thèses alarmistes ne trouvent aucun écho. Les médias préférés des français les ignorent, et lorsque ces médias ne peuvent éviter de les citer, ils s’arrangent pour dénaturer leurs propos et les discréditer.

Lire la suite...

mercredi 10 juin 2009

Changement climatique : Claude Allègre a raison

Christian Gérondeau La seconde réunion préparatoire du Forum des Economies Majeures sur l'énergie et le climat, qui vient de se tenir à Paris le 20 mai dernier, n’a en réalité débouché sur rien et, contrairement à ce qui a été écrit, s’est soldée par un échec.

Les Etats-Unis se sont retrouvés accusés de ne pas vouloir réduire suffisamment leurs émissions de gaz à effet de serre (CO2), les Chinois ont fait savoir que les leurs continueraient à s’accroître, et le problème a été renvoyé à plus tard, c’est-à-dire au mois de décembre prochain à Copenhague où l’ensemble de la planète a rendez-vous pour élaborer une suite au protocole de Kyoto.

Mais le protocole de Kyoto n’aura pas de suite. La réunion de Copenhague débouchera sur un échec retentissant car pour la première fois les pays émergents seront présents.

Lire la suite...