Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 17 février 2014

Principes d'une Politique "honnête" : éléments pour une charte non-partisane

Si la démocratie est la source des pouvoirs et du droit, encore faut-il qu'un critère soit respecté dans le choix d'une politique et dans l'élaboration du droit :celui de l'honnêteté. Le citoyen doit faire ses choix électoraux en toute conscience, ce qui impose de la part des partis et des pouvoirs publics certaines limites.

A travers les lignes qui suivent, Olivier Braun tente de définir le contenu d'une Charte  constitutionnelle dont l'objectif serait en quelque sorte de "dé-institutionaliser" les fondements du mensonge politique.

Peu d'idées ont été plus galvaudées ni imposées comme trônant au-delà même de toute discussion, que l'idée de démocratie. 
L'adjonction de l'adjectif « populaire » au substantif relève désormais du passé, mais les problèmes que recouvre le concept de démocratie, et de son évolution illégitime, demeurent.  Au fond, la question à la base du Droit et de l'organisation sociale reste celle-ci : à quel titre un individu ou un groupe d'individus peuvent-ils commander à d'autres ?

Lire la suite...

lundi 10 février 2014

Faut-il vraiment avoir peur de la déflation ?

Guido HulsmannLa baisse récente du taux d'inflation en Europe (0,7 % en 2013) fait resurgir la grande peur de la déflation. Tant les médias que les économistes réagissent comme si toute forme de déflation (baisse du niveau général des prix), même limitée, était par définition une horrible catastrophe. Est-ce vraiment si certain ?

Pour répondre à cette question, il y a exactement trois ans, nous avions publié la traduction (par Jan Laarman) d'un texte du Professeur Guido Hulsmann, initialement paru en anglais sur le site du Mises Institute. Il y démontrait que nos réactions instinctives à la menace de déflation reposent en réalité sur une série de mythes. Le nouveau contexte conjoncturel nous incite à vous proposer de redécouvrir cet excellent texte, certes particulièrement iconoclaste, mais sérieusement argumenté.

La perspective de la déflation hante les élites de nos démocraties occidentales. Il faut reconnaître que d'un point de vue économique leurs craintes sont tout à fait fondées.

Lire la suite...

jeudi 29 août 2013

La "qualité" de la monnaie et la crise : changer de paradigme

Jacques RaimanLa sagesse populaire distingue une monnaie forte ou solide d’une monnaie fondante. Retrouvant ce bon sens, le professeur Philipp Bagus, en 2009, a voulu donner, au sein de l’école autrichienne, sa place prioritaire à la qualité de la monnaie – qu’il définit comme sa valeur – en opposition à la vision purement quantitative actuelle.

Il s’agit d’un changement de paradigme(1).

Pour la politique monétaire actuelle, aussi bien ses thuriféraires que ses critiques se réfèrent presque toujours à la vision quantitative. C’est le cas aussi bien des disciples de Milton Friedman – les monétaristes – que celui de la plupart des disciples de Ludwig von Mises.

La conviction de cette note est que, pour pouvoir formuler, avec force et cohérence, une politique de croissance, de fin du chômage et de sortie de crise, il faut sortir du paradigme quantitatif dominant. Car c’est ce paradigme qui a conduit à la crise actuelle.

Lire la suite...

vendredi 21 juin 2013

Le 15 avril 2013 : "Les mystères de la monnaie", conférence d'Alain Madelin

Enregistrement vidéo de la huitième conférence d'Alain Madelin donnée dans le cadre de son cycle de réunions "A la découverte de l'économie pour mieux comprendre le monde".

Au programme : Du troc à la monnaie. Les fonctions de la monnaie. Le rôle de l'épargne. Le miracle du crédit. De la monnaie aux banques centrales. De l'étalon or aux changes flexibles. La gestion de la monnaie par les banques centrales et ses problèmes. MxV=PxQ. Inflation et déflation. L'impossible trinité. Les théories des cycles. Des dangers des manipulations monétaires. La dette des Etats. Les enseignements de la crise de l'Euro. Où l'on rencontre Keynes, Irving Fisher, Milton Friedman, Mises, Hayek, Wicksell, Rueff, Mundell .......

mercredi 7 novembre 2012

Monnaie : comment arrête-t-on une hyperinflation ?

Steve_Hanke.jpgUn événement s’est produit cet été qui pourrait entraîner de sérieuses conséquences sur l’évolution de la situation au Moyen-orient : l’inflation iranienne vient de passer le seuil à partir duquel un pays bascule dans l’”hyperinflation”.

C’est notre ami le professeur Steve Hanke qui, le premier, à partir de l’observation des prix pratiqués au marché noir de Téhéran, vient de le mettre en évidence.

Steve Hanke est l’auteur d’une tableau publiée par le Cato Institute qui compare les caractéristiques des 56 épisodes d’hyperinflation enregistrés dans le monde depuis le début du XIXème siècle (l’Iran étant le 57ème).

Lire la suite...

lundi 10 septembre 2012

Pourquoi la survie de l'euro reste problématique

Henri Lepage Mario Draghi a oublié de préciser qu'"illimité" ne veut pas nécessairement dire sans limite.

Le problème n'est plus de savoir s'il faut ou non sauver l'euro, s'il faut ou non sortir de l'euro, pourquoi, pour quoi faire. Les coûts ne peuvent en être que colossaux. Mais le coût de conserver l'euro à tout prix serait non moins colossal. Quoi qu'il se passe, quelle que soit l'issue qui se dessine, la note sera très salée, tant économiquement que politiquement.

Lire la suite...

vendredi 29 juin 2012

Conjoncture : tout s'explique, c'est la faute à la monnaie !

Steve Han keComment se fait-il que, depuis la Grande Récession de 2009/2010, les économies occidentales – sauf l'Allemagne - n'arrivent pas à renouer avec la croissance ? Pour avoir la réponse, regardez du côté de la masse monétaire.

"It's the economy, stupid !" (“C’est l’économie, idiot !”) tel était pendant la campagne de 1992 le slogan de l’ancien Président Clinton. Il le répéta à satiété, et il gagna les élections. Aujourd’hui , s’ils étaient vraiment intelligents, "It's the money supply, stupid !" (« C’est l'offre de monnaie, idiot ! ») que devraient dire les hommes politiques et les économistes.

Lire la suite...

dimanche 6 mai 2012

BCE et réformes bancaires : dix illusions dangereuses

de_Smet2.jpgThomas Jefferson et Maximilien Robespierre avaient peu de choses en commun, mais ils étaient tous deux convaincus qu'il ne pouvait y avoir de démocratie lorsque les citoyens n'avaient rien à perdre.

Le premier faisait confiance aux propriétaires, et sa démocratie dure encore aujourd'hui. Le second a fait des riches des "exilés", et chacun connaît la fin.

Mais qu'en est-il lorsque nous n'avons plus que nos illusions à perdre?

Lire la suite...

dimanche 1 avril 2012

Conjoncture : l'inflation que l'on voit, et celle que l'on ne voit pas (encore)

Depuis que la FED et la BCE ont multiplié par plus de trois le total de leur bilan, les défenseurs de ces banques n'ont de cesse de noter que l'inflation, tant redoutée par les critiques, n'est que faiblement au Rendez-vous. 

Ainsi, l'inflation officielle aux USA tourne entre 3 et 4% en rythme annuel : c'est plus que l'objectif de 2% qui était affiché dans les années d'avant crise, mais pas de quoi hurler à l'hyper-inflation non plus.

Lire la suite...

mercredi 1 février 2012

Les partisans de l'étalon-or sont-ils fous ?

F.A. HayekPour relancer nos discussions sur la monnaie, ci-dessous la traduction d'un texte qui présente les intéressants résultats d'une étude de la Banque d'Angleterre.

Depuis que les Etats-Unis ont définitivement mis un terme à la convertibilité du dollar en or (c'était en 1973), un petit nombre d'économistes n'ont jamais cessé de se poser en champions d'un retour à l'étalon-or.

Lire la suite...

lundi 14 février 2011

Quand la FED crée de faux prix...

Charles GaveJ’essaie de comprendre ce qui se passe dans les marchés financiers depuis 40 ans.

Pour être honnête, de temps en temps j’ai l’impression d’y arriver mais il m’arrive fréquemment de « flotter » un peu tant la masse des informations à digérer est importante.

Mais là où je deviens carrément schizophrène, c’est quand je ne comprends pas ce qu’essaye d’accomplir l’une ou l’autre des grandes banques centrales. Et c’est le cas aujourd’hui

Lire la suite...

samedi 15 janvier 2011

Faut-il avoir peur de la déflation ?

Guido HulsmannTraduit par Jan Laarman, reprise d'un texte iconoclaste – mais sérieusement argumenté - de Guido Hulsmann initialement publié en anglais sur le site du Mises Institute. Nos réactions instinctives à la menace de déflation reposent en réalité sur une série de mythes inflationnistes. Trait_html_691a601b.jpg

La perspective de la déflation hante les élites de nos démocraties occidentales. Il faut reconnaître que d'un point de vue économique leurs craintes sont tout à fait fondées.

Lire la suite...

lundi 31 mai 2010

Epilogue de l'euro

euros2.jpg Dans deux articles publiés dans L'EXTENSION de Genève (avril et mai 2010), nous avons examiné: 1/ Comment l'euro a-t-il été créé et pourquoi ne fonctionne-t-il pas ? 2/ Peut-on réformer l'euro ou bien va-t-il exploser?

Nos conclusions étaient pessimistes quant à la durabilité de l'expérience de monnaie unique européenne, tant ses défauts de fonctionnement sont irrémédiables et tant ses effets sur la croissance économique sont délétères.

Lire la suite...

jeudi 27 mai 2010

Vaclav Klaus donne son analyse de la crise de l'euro

Président Vaclav Klaus Gràce à l'initiative du Cato Institute et de l'équipe de Un Monde Libre, voici la traduction française d'un article du Président Vaclav Klaus publié dans l'hebdomadaire tchèque Ekonom, en date du 22 avril 2010, sous le titre " Quand s'effondrera la zone euro ?". Trait_html_691a601b.jpg

En tant que critique de longue date de l’idée d'une monnaie unique européenne, je ne me réjouis pas des problèmes actuels de la zone euro qui menacent la survie même de l'euro.

Avant d'examiner les événements entourant la crise de la dette grecque, je dois fournir au moins une définition pratique du mot « effondrement ».

Dans le contexte de l'euro, il y a au moins deux interprétations qui viennent à l'esprit.

Lire la suite...

jeudi 11 février 2010

Que se passe-t-il en Chine?

Charles Gave Il se passe des choses en Chine depuis la fin de l’année dernière. Ce grand pays avait été en effet le premier a suivre une politique monétaire et budgétaire de relance active, le premier à sortir de la récession, le premier à voir son marche des actions monter, le plus bas Chinois étant atteint non pas en Mars comme chez nous, mais en Novembre de l’année précédente.

Mais depuis quelques temps, les nuages semblent s’accumuler sur l’Empire du Milieu.

Le marché des actions local a fait son plus haut en …août 2009 et, depuis, a baissé d’environ 13 % sur ce plus haut, les financières baissant de 20% et les immobilières de 33%. Et pourtant la croissance économique Chinoise a atteint 10.7 % pour l’année, tandis que les bénéfices des sociétés s’annoncent excellents.

Cet accès de mauvaise humeur de la bourse est cependant tout à fait compréhensible, et simple à expliquer. En fait il s’agit d’un classique de la finance.

Lire la suite...

- page 1 de 2