Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 13 août 2014

"Common Law" contre Droit civil : l'expérience française de l'Ancien régime

Avec Hayek, nous avons pris l'habitude d'admettre que, par définition, les régimes de "Common Law" sont des système de droit économiquement plus efficaces que nos régimes de "droit civil". 
On oublie souvent que, pendant des siècles, la France fut un pays où ont coexisté les deux régimes. De ce fait notre pays offre un terrain privilégié pour tester cette affirmation. C'est ce qu'a fait David Le Bris, un jeune professeur spécialisé en finance historique dans une business school de la France méridionale. 
Les résultats de sa recherche sont sans doute déconcertants. Mais l'idée même de faire ce genre de recherche est une heureuse initiative qui mérite d'être saluée et encouragée.

Comment expliquer les fortes différences de niveau de vie observées entres les communautés humaines ? Douglas North, prix Nobel 1993, nous a appris que progrès technologiques, investissements en capital ou dans l’éducation ne sont pas des causes de la croissance mais des manifestations. Les causes sont à chercher plus profondément. Dans les institutions informelles (normes, coutumes, habitudes) et formelles dont dispose chaque communauté humaine.

Lire la suite...

jeudi 21 février 2013

Civilisations : pourquoi l'Ouest, et pas les autres ?

Max FalqueL'historien britannique Niall Ferguson est, depuis quelques années, le conférencier libéral le plus écouté. Son dernier livre "Civilization, the West and the Rest" a suscité de nombreux commentaires. Notre ami Max Falque nous en offre une analyse détaillée.

Niall Ferguson serait-il le Tocqueville du 21ème siècle ? La question mérite d’être posée à la lecture de ce gros ouvrage.

Le sous-titre précise le projet, à savoir mettre en perspective la spécificité voire la supériorité de la civilisation occidentale. On imagine que cette position délibérément contraire à la doxa « politiquement correcte » interpelle le lecteur et irrite les tenants du relativisme selon lequel « toutes les civilisations se valent ».

Lire la suite...

mercredi 14 novembre 2012

Stigmatisons... il en restera bien quelque chose !

Au commencement était le verbe et avant la lumière régnait le chaos. 

C’est un fait entendu, dans la mythologie socialiste, le quinquennat Sarkozy menaça jusqu’à la survie même de la République et vit le triomphe de la « dérive ». Qu’elle ait été sécuritaire, identitaire ou libérale, de toute façon elle fut et c’est en cela que ce mandat se trouva placé sous le sceau de l’infâmie, par les « Humanistes » de Solférino. 

Nous l’ignorions pauvres incroyants que nous sommes, mais Sarkozy c’est Vichy ! La preuve : les deux se terminent par un « y ». 

Lire la suite...

jeudi 16 septembre 2010

Le 31 mai 2010 : Enquête sur les origines de la banque moderne - séminaire (en anglais) avec George Selgin

Au cours de cette conférence, qui s'inscrit dans le cycle des séminaires monétaires organisés par Philippe Simonnot, c'est à une véritable enquête historique que nous convie George Selgin, Professeur d'économie à l'Université de Georgie, le grand spécialiste de la banque libre.

.

Il est bien connu que la banque moderne, telle qu'on la conçoit aujourd'hui, puise ses racines dans les pratiques financières des orfèvres du 17ème siècle, notamment les orfèvres londonniens.

Lire la suite...

dimanche 25 avril 2010

Les origines de l'Occident et la question des structures familiales

Notre publication de la conférence du Professeur Deepak Lal sur "La famille, l'Occident et le reste du monde" (décembre 2009) a provoqué des réactions qui concernent le rôle historique des structures familiales dans l'évolution des sociétés.

L'idée que l'essor de la famille nucléaire occidentale serait liée à la politique de l'Eglise et que celle-ci serait à l'origine de l'Etat-providence dont l'évolution se retournerait aujourd'hui contre la survie même de l'Occident, a, semble-t-il, interpellé beaucoup de lecteurs.

L'article qui suit nous a été envoyé par l'un d'entre eux, Pascal Tripier-Constantin, d'Aix en Provence. Trait_html_691a601b.jpg

La question des structures familiales est bien trop souvent évacuée par la vision communément admise d’un type familial unique, par nature communautaire (corésidence de plusieurs générations sous le même toit) jusqu’à la révolution industrielle laquelle révolution casse la famille traditionnelle et donne sa forme « nucléaire » moderne (seuls les enfants et les parents vivent sous le même toit).

L’origine de l’évolution des structures familiales n’est cependant pas un débat clos.

Lire la suite...

dimanche 20 décembre 2009

Vers un nouveau paganisme : la famille, l'Occident et le reste du monde

Professeur Deepak LalDerrière ce titre quelque peu énigmatique, un texte qui a fait l'objet d'une présentation lors de la réunion de la Société du Mont Pèlerin, à Stockholm, en Août 2009, et dont le thème était "l'avenir de l'Etat providence".

Il est signé Deepak Lal, un économiste d'origine Hindoue, qui a fait toute sa carrière en Angleterre et aux Etats-Unis, mais qui est aussi un spécialiste de l'histoire comparée des civilisations.

Président de la société du Mont Pélerin, le professeur Deepak Lal replace la problématique de l'Etat-providence dans le cadre d'une recherche sur les origines historiques de ce qui fait la spécificité de l'Occident. Un grand texte, original, aux conclusions inattendues et provocatrices, qui ne pouvait être écrit que par un savant dont l'expérience personnelle se situe à l'intersection de deux grandes cultures. Trait_html_691a601b.jpg

Bienvenue en Suède – le paradis social-démocrate qui pourrait bien constituer l’avenir commun de l’Occident. Il est on ne peut plus approprié que le comité d'organisation ait mis en place un instructif et important programme visant à analyser comment la liberté et les marchés s’en tireront dans les Etats Providence occidentaux.

Lire la suite...

dimanche 4 octobre 2009

Une vision iconoclaste de l'histoire économique : les "valeurs" aux origines de la croissance.

Deirdre McCloskey à Stockholm, Août 2009Deirdre McCloskey est une économiste libertarienne américaine connue pour ses travaux non conformistes en matière d'histoire économique, mais aussi de critique méthodologique.

Son exposé présenté lors de la réunion européenne de la Société du Mont Pélerin à Stockholm, à la mi-août ( sous le titre : ''pourquoi les économistes ne peuvent pas expliquer la révolution industrielle'" ) remet en cause bien des schémas reçus, même parmi ceux auxquels nous adhérons. Il vaut la peine d'être lu et discuté.

Trait_html_691a601b.jpg

Nous devons expliquer l'enrichissement étonnant des pays bourgeois de 1800 à nos jours, tel que le passage de la Norvège de 3 $ par jour en 1800 à 137 en 2006. L'explication ne peut être d'ordre économique. Si cela était une affaire de commerce, d'investissement, d'incitations économiques – le phénomène serait apparu plus tôt, ou en d'autres endroits.

Lire la suite...

mardi 8 septembre 2009

Piraterie : ah, si on pouvait privatiser la mer !

Véronique de RugyAu début du mois d'avril, après qu’un navire ait été capturé  au large de la côte des Somalis, les militaires ont libéré l'équipage  en le prenant d'assaut,  tuant deux des pirates. Tandis que l'équipage était sauvé,  le capitaine du navire  a été tué dans l'attaque,  laissant  une épouse et un fils de 3 ans.

Quand il était apparu que les négociations pour libérer l'équipage étaient tombées dans une impasse,  les commandos français étaient passés à l’action. Le gouvernement français  avait averti le capitaine  ne pas pénétrer  dans le golfe d'Aden, où la piraterie s’est considérablement accrue  depuis quatre ans.  Mais le capitaine avait choisi de ne pas tenir compte du conseil.  Il semble qu’il poursuivait le rêve d’échapper à la société de consommation,  et qu’il n’aurait pas été  découragé.

La plupart de la piraterie, en revanche,  s’appuie sur des rêves bien matériels,  autant  chez les pirates  que chez leurs victimes.  Toutes les parties concernées  cherchent à gagner leur vie  et calculent sans arrêt  les moyens les plus efficaces de le faire. Alors que les touristes  ont parfois été victimes de la piraterie,  la plupart des otages sont les membres d'équipage des navires commerciaux.

Lire la suite...

dimanche 26 juillet 2009

Pourquoi le Vietnam s'en tire et Cuba s'enfonce

Yves MontenayCeci est le texte d'un intervention présentée lors de l'Université d'été du Cercle Frédéric Bastiat organisée à Dax, début juillet 2009, sur le thème : "Liberté économique, Prospérité et Plein-emploi".

Cette communication ne va pas chercher à être savant, le programme laissant supposer que le précédent intervenant a dit l’essentiel. Elle en sera plutôt une illustration qui s’appuiera sur ma connaissance du Vietnam. Nous verrons que la situation encore mauvaise du Vietnam en matière de liberté économique lui donne néanmoins une bonne avance économique sur celle, bien pire, de Cuba.

Le Vietnam et Cuba ont suivi le même chemin avant de diverger, ce qui a rendu particulièrement nette l’influence de la liberté économique sur le développement, tant directement que par comparaison. Je ne parle pas du plein emploi car dans le Vietnam communiste de naguère comme dans le Cuba d’aujourd’hui tout le monde a théoriquement un travail assigné par le plan. Même si ce n’est pas celui qu’il souhaite, ni à l’endroit qu’il souhaite et encore moins au salaire qu’il souhaite.

Lire la suite...

lundi 2 mars 2009

Philippe Nemo, le 10 février 2009 : "laïcisme contre laîcité, le mythe de la République laîque"

Publié il y a quelques mois sous le titre : "Les deux républiques françaises" (PUF), le dernier livre de Philippe Nemo offre une grille de relecture de l'histoire politique français depuis deux cents ans tout à fait exceptionnelle. Son opposition entre deux conceptions antinomiques de la République et de la Démocratie (la vision libérale de "1789" et la vision jacobine - et millénariste - de "1793" - se révèle d'une très grande efficacité pour comprendre la continuité des conflits idéologiques dans ce pays et réinterpréter un certain nombre d'événements politiques dont nous n'avons pas toujours perçu la nature des enjeux. Ce livre représente sans conteste un apport majeur à la pensée politique française contemproraine.

Le mardi 10 février 2009, Philippe Nemo était l'invité de l'Institut Turgot. Nous lui avons demandé de s'expliquer, en tant que penseur libéral, sur sa conception des rapports entre République et laïcité; sujet qui constitue la matière de son troisième chapitre, et qui le conduit à faire le procès de la politique scolaire et universitaire française poursuivie avec une extraordinaire constance par tous les gouvernements républicains qui se sont succédés depuis le début du XXème siècle jusqu'à aujourd'hui.

Philippe Nemo nous a fait une brillante démonstration qui bouscule nombre des idées reçues auxquelles nous a conditionnés notre formation scolaire. On trouvera ci-dessous une vidéo résumée de son intervention, ainsi que l'enregistrement audio intégral de la soirée.

L'essentiel de la discussion a porté sur le rôle de la Franc-maçonnerie dans la politique française. Pour écouter l'enregistement intégral de la soirée avec Philippe Nemo, cliquez ici.

On trouvera également un compte rendu écrit du chapitre que Philippe Nemo consacre au mythe de la République laîque. Ce résumé est du à un jeune étudiant, Roman Bernard, auteur d'une remarquable recension du livre "Les deux Républiques Françaises" publiée sur le site Stalker

Lire la suite...