Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Harmonisation

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 25 septembre 2013

Europe 2014 : recentrer l'Union européenne sur l'essentiel ?

Chamoux2.jpgLe Traité de Rome imposait à ses membres une triple liberté : libre circulation des hommes, des biens et des capitaux au sein de la communauté économique européenne. Cette triple liberté généra l'essentiel des progrès réalisés au sein de l'Union, progrès principalement sensibles grâce à l'ouverture des échanges économiques qui ont accru notre niveau de vie et notre bien-être matériel depuis les années 1960.

Il n'a guère été souligné que ces trois libertés reposent sur des valeurs propres à notre civilisation, des valeurs qui transcendent la quête utilitariste du bonheur matériel. Ce socle commun, implicite dans les Traités communautaires, comprend notamment : l'autonomie de la personne humaine et le respect de la cellule élémentaire à partir de laquelle se construisent toutes les sociétés respectables : la famille.

A l'occasion de la prochaine échéance électorale européenne qui se rapproche, il nous parait important de réaffirmer l'importance de ce socle commun car c'est autour de lui que s'est construite l'Europe occidentale, depuis le début des temps modernes. Précisons ce qu'implique ce socle fondateur.

Lire la suite...

samedi 18 décembre 2010

L'euro n'a pas besoin d'un supergouvernement

Alain MadelinL'euro a-t-il besoin de plus de fédéralisme budgétaire et fiscal pour survivre à la crise actuelle ?

Plutôt qu'à des surenchères ultra irréalistes voire dangereuses, nous ferions mieux de revenir aux fondamentaux : une stricte discipline budgétaire et une plus grande flexibilité économique, assorties d'une police indépendante.

Lire la suite...

mercredi 8 juillet 2009

Leçons de campagne : l'Europe ? Quelle Europe ?

Jean-Pierre Chamoux à l'Institut Turgot Dans une récente chronique néerlandaise j’évoquais la cacophonie qui précéda l’élection européenne. La démocratie représentative nous a donné à cette occasion une piètre image d’elle-même : au sein des pays-membres, le débat électoral fut surréaliste, tant par sa fragmentation que par son caractère anecdotique ; les candidats, bien trop nombreux pour tous être éligibles, concentraient leurs feux sur des thèmes locaux et circonstanciels (1) . Aucun souffle, peu de projet, sauf peut-être écologique, c’est-à-dire un projet conservateur, au sens propre.

Deux ans après le traumatisme provoqué par le projet constitutionnel avorté, aucune vision n’émane malheureusement de ce débat électoral, nulle part en Europe, qui puisse éclairer le propos politique de notre Union ! Rien ou presque qui puisse relever le défi d’une crise mondiale… Ce nanisme politique accouche d’un parlement fragmenté qui évoque notre défunt « régime d’assemblée », celui de la France vieillissante qui s’effondra dans la débâcle tragique de 1940 !

Lire la suite...