Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Fondements du libéralisme

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 28 décembre 2013

"Bon" ou "mauvais" capitalisme : le Pape François et l'économie

Me Jean-Philippe Delsol Jean-Phillipe Delsol vient de publier, sur le site de l'IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales, dont il est le directeur), une réaction aux propos diffusés par le Pape François dans son exhortation apostolique du mois de novembre.

Une remarquable analyse qui précise clairement comment comprendre et répondre aux navrantes expressions économiques que l'on retrouve sous la plume du nouveau Pape.

En ce temps de Noël, il paraît opportun d’évoquer le message du Pape François dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium du 24 novembre 2013. Avec beaucoup de force, il annonce la joie de l’Evangile, une joie qui doit rayonner au cœur de tous les hommes. Avec beaucoup d’humanité, il exhorte, précisément chacun d’entre nous à redoubler d’attention aux pauvres et à œuvrer en leur faveur. Heureux rappel, y compris au sein même de l’Eglise, heureuse exhortation à l’attention de tous et notamment de ceux qui ont des responsabilités économiques.

Hélas, et par une confusion que nous aurions aimé ne pas rencontrer dans un texte de cette qualité, il s’en prend en même temps à l’économie de marché.

Lire la suite...

samedi 2 février 2013

4 janvier 2013 : "Moi, le crayon made in world...", conférence Alain Madelin

Ci-dessous l'enregistrement vidéo de la troisième intervention d'Alain Madelin présentée dans le cadre de son grand programme de conférences organisé sur le thème "Comprendre l'économie pour mieux comprendre le monde".

Ce soir là, le sujet d'Alain Madelin était principalement Adam Smith, la division du travail (La richesse des nations), mais aussi ses réflexions moins connues sur le thème de l'empathie (Théorie des sentiments moraux).

Au programme : La fable des abeilles. le miracle de la " main invisible ", L'ordre spontané, le rôle des prix dans la transmission de l'information, le " laissez faire", la recette de l'iphone, règles et régulation, le rôle du droit et des institutions

mercredi 10 octobre 2012

Penseurs libéraux et "ldentité libérale"

Vincent Valentin Enfin un remarquable et volumineux ouvrage (près de 1000 pages) qui donne accès à tous les grands textes et auteurs fondateurs de la pensée libérale. Son titre : "Les penseurs libéraux". Publié par les éditions des Belles Lettres, et co-signé par nos amis Alain Laurent et Vincent Valentin, ce livre propose un corpus pluraliste d'auteurs d'ampleur inégalée et accompagné d'une double présentation chronologique et thématique.

Ci-dessous un extrait de la très belle et très puissante introduction dans laquelle Vincent Valentin part à la recherche de la véritable "identité libérale".

La pensée libérale, telle qu’elle se déploie depuis quatre siècles, par delà les différentes écoles et sensibilités, par delà les contextes et enjeux auxquels elle a dû répondre, trouve son unité dans l’apologie de la liberté, à la fois droit individuel et nécessité sociale.

Lire la suite...

lundi 5 septembre 2011

23 juin 2010 : "La régression intellectuelle de la France", conférence de Philippe Nemo

C'est avec beaucoup de retard que nous mettons en ligne cet enregistrement vidéo de la conférence donnée le 23 juin dernier par le Professeur Philippe Nemo sur le thème : "La régression intellectuelle de la France". Nous espérons qu'on ne nous en tiendra pas trop rigueur.

.

Lire la suite...

lundi 3 mai 2010

Droits de l'homme et dérive du droit : l'exemple des lois sur la protection des données (Informatique et Liberté)

Jean-Pierre ChamouxA l'origine, l'objet des lois Informatique et Libertés était de contraindre les institutions publiques à mieux protéger l'autonomie de la personne et ses libertés.

Dans un remarquable texte publié l'été dernier, Jean-Pierre Chamoux décrit comment, depuis trente ans, sous l'influence notamment du droit européen, l'argument de la protection des données a progressivement dérivé vers la création de nouveaux “droits à” fondés sur une conception dévoyée de la dignité humaine. (1)

En voici un extrait qui se distingue notamment par une magistrale analyse des rapports entre le droit et l'évolution du concept de “personne”. Trait_html_691a601b.jpg

La norme communautaire imposa aux pays-membres de l'Union de mettre leur législation en harmonie avec la directive du 25 octobre 1995. En France, la révision se fit sans enthousiasme puisqu'il aura fallu neuf ans avant que le Parlement français procéde à cette réforme; il n'en reste pas moins que le résultat dénature la loi et en modifie l'économie.

Lire la suite...

dimanche 25 avril 2010

Les origines de l'Occident et la question des structures familiales

Notre publication de la conférence du Professeur Deepak Lal sur "La famille, l'Occident et le reste du monde" (décembre 2009) a provoqué des réactions qui concernent le rôle historique des structures familiales dans l'évolution des sociétés.

L'idée que l'essor de la famille nucléaire occidentale serait liée à la politique de l'Eglise et que celle-ci serait à l'origine de l'Etat-providence dont l'évolution se retournerait aujourd'hui contre la survie même de l'Occident, a, semble-t-il, interpellé beaucoup de lecteurs.

L'article qui suit nous a été envoyé par l'un d'entre eux, Pascal Tripier-Constantin, d'Aix en Provence. Trait_html_691a601b.jpg

La question des structures familiales est bien trop souvent évacuée par la vision communément admise d’un type familial unique, par nature communautaire (corésidence de plusieurs générations sous le même toit) jusqu’à la révolution industrielle laquelle révolution casse la famille traditionnelle et donne sa forme « nucléaire » moderne (seuls les enfants et les parents vivent sous le même toit).

L’origine de l’évolution des structures familiales n’est cependant pas un débat clos.

Lire la suite...

mercredi 14 avril 2010

La démocratie européenne périra-t-elle en Grèce ?

Gilles DryancourC’est un lieu commun de la science politique que celui de rappeler que la démocratie est née en Grèce, à Athènes, aux alentours du VIe siècle avant notre ère (1). Cela en sera peut-être, bientôt, un autre de dire qu’elle y est morte au début du troisième millénaire.

En effet, les sophismes que l’on voit se développer pour justifier le renflouement de la Grèce ont de quoi inquiéter tous les partisans de l’Etat de droit.

Mais, pour comprendre quels sont les enjeux métapolitiques de cette crise interne à l’Euroland, il convient de revenir sur la longue histoire de la démocratie politique en Occident.

Lire la suite...

mercredi 17 février 2010

Existe-t-il un droit à la santé ? Retour sur des concepts fondamentaux.

David KelleySur son excellent blogue Objectif-Liberté, Vincent Bénard a publié une vidéo montrant Monique Canto Sperber, la directrice de Normal-Sup, en train de présenter, en quinze minutes, les bases de la doctrine libérale. Cette publication a suscité, dans les commentaires, une discussion sur la question de savoir s'il existe ou non un "Droit à la santé".

Vous trouverez ci-dessous la réponse proposée par le philosophe Randien, David Kelley, dans un article publié par l'Atlas Society, au début des années 1990, lorsque le Président Bill Clinton (et son épouse) ont essayé pour la première fois de faire adopter par les Etats-Unis un système universel d'assurance maladie à l'européenne.

Il est parfois nécessaire de revenir aux fondementaux d'une pensée. C'est ce que fait David Kelley, avec des mots et des phrases très forts qui font de son texte (dont les passages trop datés ont été coupés) un véritable texte de base de philosophie libérale . Trait_html_691a601b.jpg

Le socialisme s'est effondré en Union soviétique. Les pays d'Europe occidentale s’efforcent de contenir l’expansion de leurs États-providence. Or, aux Etats-Unis, nous sommes sur le point de subir un accroissement massif des subventions et réglementations étatiques. Pourquoi donc ?

Lire la suite...

dimanche 22 novembre 2009

Controverse : de quel côté sont les deux derniers Prix Nobel ?

Oliver WilliamsonL'attribution du Prix Nobel d'économie 2009 à Elinor Ostrom et Oliver Williamson a donné lieu à des interprétations contestables.

Par exemple, Michel Rocard, dans un éditorial de Libération, n'hésite par à faire d'Elinor Ostrom une sorte de prophétesse de l'autogestion. De même, selon un article du Wall Street Journal, la caractéristique de la décision du jury de Stockholm serait de renvoyer dos à dos le marché et l'Etat, et de proposer une sorte de "troisième voie" scientifique.

Comment doit-on juger l'apport de ces deux lauréats à la pensée économique et politique contemporaine ? Cette question sera le thème d'une réunion organisée le 2 décembre prochain à l'Institut Turgot. Pour préparer cette rencontre, et redresser la vérité, vous trouverez ci-dessous la traduction de deux commentaires publiés par David Henderson et Mario Rizzo en réaction à l'annonce du Prix Nobel. '' Trait_html_691a601b.jpg

Mario Rizzo : "Elinor Ostrom et la pertinence de l'économie politique"

Les travaux d'Elinor Ostrom, première femme à recevoir le Prix Nobel d'économie, ne sont pas très connus des économistes. En fait, je me risquerais à supposer qu’avant l’annonce de son prix hier matin, la plupart des économistes n'en avaient pas entendu parler.

Lire la suite...

samedi 14 novembre 2009

Débat sur la morale : l'étatisme, agent corrupteur du capitalisme


Profitant de la crise actuelle pour exciter les penchants anti-capitalistes d'une partie de l'opinion, nos gouvernements, au niveau national, ou mondial, prétendent prendre des mesures visant à "réformer" le système financier, et à le rendre plus "moral". 

Sont visés les "paradis fiscaux", qui permettent aux banques d'amoindrir le racket fiscal pesant sur leurs clients, les bonus des traders, dont le rôle dans le déclenchement de la crise est pour le moins difficile à définir (j'y reviendrai un autre jour), réglementer les "hedge funds", qui n'ont joué absolument aucun rôle dans le déclenchement de la crise, et ainsi de suite. 

Naturellement, l'entreprise de "moralisation" menée par l'état ne prétend pas s'arrêter au secteur financier mais s'étendre à tout le "capitalisme", qui serait par essence sauvage et indifférent au sort de l'individu et de l'environnement, et qui, suprême inconvenance, essaie de réduire sa facture fiscale par tous les moyens.

Lire la suite...

jeudi 22 octobre 2009

Ne confondez pas le capitalisme libéral avec le capitalisme "à la Davos" !

Michael Miller de l'Acton InstituteSi nous devions aujourd'hui décerner un prix pour le meilleur article sur le capitalisme écrit à l'occasion de la crise, c'est sans aucun doute à Michael Miller, auteur de "Davos Capitalism: Adam Smith's Nightmare", paru sur le site de l'Acton Institute, le 25 mars dernier, que nous l'attribuerions. Trait_html_691a601b.jpg Dans « La Richesse des Nations », Adam Smith lançait cet avertissement : «  les gens du même métier se réunissent rarement, même pour s’amuser et se divertir, sans que la conversation se termine par une conspiration contre le public ou par quelque procédé visant à faire monter les prix ».

Les manigances des dirigeants d’entreprise au cours de l’année dernière, qui ont provoqué une grave perte de confiance dans les marchés et à des appels à davantage d’intervention étatique, montrent malheureusement qu’Adam Smith avait raison. Malheureusement, le problème va plus loi que Fannie Mae, Freddie Mac, Merrill Lynch, AIG ou toute société qui aurait fait la une des journaux.

Lire la suite...

jeudi 10 septembre 2009

Pourquoi plus de liberté économique signifie plus de prospérité

Les 3, 4 et 5 juillet 2009, le Cercle Frédéric Bastiat, fondé et présidé par Jacques de Guénin, organisait à Dax un Week end de la liberté. Une soixantaine de participants - venus de toute la France - ont écouté une dizaine d'exposés dont l'objectif était "d'établir de manière radicale et définitive que la liberté économique engendrait la prospérité et le plein emploi et que, a contrario, l'intervention de l'État dans l'économie engendrait du chômage, de la pénurie ou du gaspillage".

>

Les travaux de cette réunion ont été introduits par une présentation du Dr Patrick de Casanove, secrétaire général du Cercle, qui a présenté les résultats de l'Index of Economic Freedom, publié chaque année par la Heritage Foundation de Washington.

Lire la suite...

samedi 2 mai 2009

Table-ronde du 2 avril 2009 à l'Assemblée nationale : Présomption d'innocence et état de droit

Coeur de la doctrine politique libérale, la notion d' "état de Droit" donne souvent lieu à bien des confusions et malentendus. Alors que nous assistons à un puissant mouvement de retour de l'Etat, et que la crise semble porter le discrédit sur les idées libérales, il nous semble plus que jamais nécessaire de revenir aux fondements.

Cliquez ici pour voir la vidéo de l'intervention de Me FeldmanC'est la raison pour laquelle, le 2 avril dernier, à l'Assemblée nationale, l'Institut Turgot a organisé une table ronde autour du thème de l'état de droit et de la présomption d'innocence. Les intervenants étaient Jean-Philippe Feldman, Patrick Simon et Jean-Philippe Delsol, auteurs avec Guy Millière d'un livre publié en septembre 2008 aux éditions Cheminements, dans la collection de l'Institut Turgot, sous le titre "Avancer vers l'Etat de Droit - Droit et présomption d'innocence".

Cliquez ici pour visionner la vidéo de l'intervention de Me SimonCette réflexion est d'autant plus nécessaire que l'actualité nous envoie tous les jours des signaux qui montrent à quel point, même chez nous, en ces temps de crise, le statut des libertés reste souvent fragile.

Comment les renforcer ? Comment mettre fin aux dérives et scandales qui marquent notre système de droit ? Par où commencer ? Comment faire en sorte que nos institutions se rapprochent davantage d'une véritable "Constitution de la liberté" ? Les trois Cliquez ici pour visionner la vidéo de l'intervention de Me Delsolexposés se sont révélés tout à fait passionnants. Ils ont révélé à quel point est grand le besoin, dans notre pays, de faire un énorme effort pédagogique pour aider nos concitoyens à "redécouvrir le droit". L'institut Turgot essaiera d'y contribuer en programmant dans l'année plusieurs réunions et conférences consacrées à ce thème.

Ecoutez l'enregistrement audio de l'ensemble des exposés et des discussions.