Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 10 juin 2014

Hollande et la réforme territoriale : tout changer pour ne rien changer...

La “réforme” annoncée par l’Elysée semble avoir été conçue à la va-vite, sans analyse de fond des tares de notre modèle, pour donner aux électeurs l’illusion que le gouvernement agit en profondeur tout en se contentant de gratter le vernis du fonctionnement de notre société.

Tel est le verdict que nous livre notre ami Vincent Bénard, qui, professionnellement, connait toutes les arcanes de la vie administrative et politique en région.

Il nous dresse les grandes lignes de ce que pourrait être un véritable projet libéral de réforme territoriale et administrative.

Le président Hollande vient d’annoncer une réforme du “millefeuille” institutionnel territorial Français, et ses ministres se sont succédés à l’antenne pour affirmer que cette réforme permettrait 10 milliards d’économies annuelles. Les médias, quant à eux, se sont focalisés sur la mesure la plus spectaculaire, le regroupement du nombre de régions de 22 à 14. 

Mais pour savoir si la réforme a des chances d’avoir les effets escomptés, il convient de se livrer à une analyse plus détaillée des éléments du communiqué de l’Elysée du 2 juin.

Cette analyse se déroulera en trois temps: 1 - Diagnostic du fonctionnement actuel du millefeuille; 2 - Maux auxquels la réforme présentée répond, ou pas; 3 - Grandes lignes d’une proposition alternative plus ambitieuse

Lire la suite...

lundi 17 février 2014

Principes d'une Politique "honnête" : éléments pour une charte non-partisane

Si la démocratie est la source des pouvoirs et du droit, encore faut-il qu'un critère soit respecté dans le choix d'une politique et dans l'élaboration du droit :celui de l'honnêteté. Le citoyen doit faire ses choix électoraux en toute conscience, ce qui impose de la part des partis et des pouvoirs publics certaines limites.

A travers les lignes qui suivent, Olivier Braun tente de définir le contenu d'une Charte  constitutionnelle dont l'objectif serait en quelque sorte de "dé-institutionaliser" les fondements du mensonge politique.

Peu d'idées ont été plus galvaudées ni imposées comme trônant au-delà même de toute discussion, que l'idée de démocratie. 
L'adjonction de l'adjectif « populaire » au substantif relève désormais du passé, mais les problèmes que recouvre le concept de démocratie, et de son évolution illégitime, demeurent.  Au fond, la question à la base du Droit et de l'organisation sociale reste celle-ci : à quel titre un individu ou un groupe d'individus peuvent-ils commander à d'autres ?

Lire la suite...

jeudi 19 décembre 2013

Le 20 novembre: "Vers la fin de la mondialisation ?", avec François Langlet, Alain Madelin et Patrick Messerlin, à l'Assemblée Nationale

François LengletLe 20 novembre dernier, l'Institut Turgot organisait, dans une salle de l'Assemblée nationale, un débat contradictoire sur le thème "Vers la fin de la mondialisation ?", en collaboration avec l'Association "Génération Entreprise - entrepreneurs associés", animée par Olivier Dassault et Jean-Michel Fourgous.

Le sujet nous était donné par le titre du livre du journaliste François Lenglet ("La fin de la mondialisation" publié aux éditions Fayard). Après que l'auteur nous ait résumé son point de vue, Alain Madelin et le professeur Patrick Messerlin ont donné leurs réactions et commentaires.

A défaut d'enregistrement vidéo nous vous proposons, cette fois-ci, d'écouter la bande audio de la réunion. Vous pouvez soit télécharger le fichier, soit l'écouter en streaming :

A la suite de ce débat, Alain Madelin a rassemblé un certain nombre des idées exprimées ce soir-là dans une interview publiée par Le Figaro dans ses pages "opinions" en date du 29 novembre 2013. Cette interview - reproduite ci-dessous - est parue sous le titre : "Laissez-nous faire !". Cet article est devenu "Le coup de coeur" de Michel Field dans son émission sur LCI Matin

Lire la suite...

vendredi 6 décembre 2013

Transferts clandestins et injustices cachées du Capitalisme socialisé à la française - un exemple emblématique

Cet exemple est celui de la loi SRU dont notre ami Vincent Bénard décortique les effets pervers du durcissement dans ce texte très documenté.

Il nous y démontre comment la logique de l'Etat régulateur "social démocrate" tel qu'on le pratique chez nous débouche sur un dévoiement de la démocratie dont tirent avantage certaines clientèles de lobbies et groupes de pression, sur le dos non seulement des contribuables mais aussi de ceux-là mêmes auxquels le législateur dit venir en aide.

Bien que ce ne soit pas relié à l’actualité brûlante, j’aimerais revenir sur la loi SRU et sa disposition la plus emblématique, l’obligation, pour les communes de plus de 3 500 habitants, de compter 20% (à son lancement) puis 25% de logements sociaux dans leur parc de logement.

Lire la suite...

mardi 3 décembre 2013

Europe : le « German bashing » ne doit pas nous faire prendre les vessies pour des lanternes

Steve Han keDans un nouveau texte récemment mis en ligne sur le site du Cato Institute, le professeur Steve Hanke dénonce l'opération de diversion et de camouflage de la réalité qui se cache derrière les virulentes critiques adressées à la politique économique allemande.

Il complète et précise l'analyse publiée ici même la semaine dernière.

C'est maintenant un fait avéré, les leaders de l'establishment économique, ceux qui parlent en son nom, ont déclaré la guerre à l'Allemagne.

Les premiers coups de feu de cette bataille (German Bashing) sont venus rien moins que du Ministère américain du Trésor qui, dans l'une de ses publications officielles semestrielles (Foreign Exchange Report ) a eu l'audace de rendre l'Allemagne responsable des retards de la reprise économique en Europe.

Lire la suite...

mardi 26 novembre 2013

De la taxation à la spoliation : l'inexorable soviétisation de la société française

Marc SuivreChaque jour que Dieu fait, nous nous enfonçons un peu plus sûrement dans la crise, par la grâce d’une Présidence normale autoproclamée. Pourtant, pareil aveuglement, pareille persistance dans l’erreur, pareil acharnement à nier les évidences, ne relève pas de la normalité, mais de la pathologie.

« Le socialisme arrive très rapidement à court de l’argent des autres » disait Margareth Thatcher en s’inspirant librement de Winston Churchill. Malheureusement pour nous, il semble que nos socialistes aient décidé d’appliquer ce principe jusqu’à l’absurde.

Lire la suite...

vendredi 18 octobre 2013

Dette : quitte à proposer une solution radicale, pourquoi pas la répudiation pure et simple ?

Plutôt qu'un impôt exceptionnel de 10% sur le capital proposé par certains experts du FMI pour  résoudre la question du caractère insoutenable de l'endettement des états, Olivier Braun suggère une solution encore plus radicale : répudier une fois pour toute la dette publique. 

Reprenant des arguments naguère développés par Murray Rothbard, il considère qu'en toute justice Il n'y a pas de raison d'exiger de citoyens innocents qu'ils paient pour sauver la mise de prêteurs imprudents et complices volontaires des états.

Le Figaro révèle, dans son article “le FMI propose une supertaxe sur le capital1 qu'un récent rapport sur les finances publiques rédigé par le FMI énumère différentes solutions théoriques pour régler le problème de l'endettement public. Parmi celles-ci, l'accent est mis sur l'idée d'une taxation en une fois de l'épargne pour rembourser la dette, à hauteur de 10% si l'on fait la moyenne dans la zone euro.

Lire la suite...

mardi 8 octobre 2013

Bobard, le roi des éléphants...

C’est un fait entendu, l’honnêteté n’est pas la qualité première de nos dirigeants. Devrions nous vraiment nous en étonner quand, chaque jour médiatique nous apporte la preuve que taire et dissimuler sont gages de longévité dans le cirque ambulant qui nous tient lieu de débat public.

Marc SuivreEn matière de mensonge, nous ne sommes jamais déçus avec les héritiers de Jaurès. Quoi de plus normal, venant de gens qui pensent sans rire, que leurs idées en matière économique et fiscale vont répandre la justice et la félicité, que le pauvre deviendra riche et que le riche… partira en Suisse. J’en veux pour preuve que depuis le retour de la morale et de la concorde, rue du Faubourg Saint-Honoré, grâce à « lui Président », les bobards nous sont délivrés à un rythme jamais revu, depuis que le meilleur ami de René Bousquet a quitté les lieux en mai 1995.

Lire la suite...

mercredi 3 avril 2013

La Taxe Tobin : un fiasco sur toute la ligne !

Jean Yves NaudetLa taxe Tobin fait partie de ces vieux serpents de mer dont plusieurs pays se méfient, mais que la classe politique française, toutes tendances confondues, tient en haute estime.

Ce remède miracle ne serait-il pas de nature à faire disparaître la spéculation, tenue pour l’abomination des abominations ? De plus, ne rapporterait-il pas des recettes gigantesques, quasiment capables d’éponger les dettes souveraines ?

Patatras ! Appliquée en France depuis 2012, non seulement elle n’a pas produit les recettes attendues, mais elle a aussi encouragé la « spéculation » qu’elle prétendait combattre…C’est un fiasco sur toute la ligne.

Lire la suite...

mercredi 20 mars 2013

Chypre et le principe de Sutton  : « Prendre l'argent là où il se trouve »

Professeur Jea-Jacques RosaAu-delà des informations d'actualité, le Professeur Jean-Jacques Rosa rappelle les faits qu'il ne faut jamais perdre de vue.

William 'Willie' Sutton (30 juin 1901 – 2 novembre 1980) était un voleur de banque américain multirécidiviste. On estime qu'il a volé plus de 2 millions de dollars au cours de sa carrière criminelle qui s'est étendue sur une quarantaine d'année et qui lui a valu de passer plus de la moitié de sa vie d'adulte en prison. Son habileté à se déguiser pour attaquer ses cibles lui a valu deux surnoms : « Willie l'acteur », et « l'astucieux Willie ». Sutton est plus spécifiquement connu en raison de la légende qui lui prête d'avoir un jour répondu que s'il attaquait les banques c'était « parce que c'est là que se trouve l'argent ! » (source : Wikipedia).

Lire la suite...

mercredi 9 janvier 2013

Le débat sur l'austérité : réponse "autrichienne"

Elle vient de Philipp Bagus auteur d'un excellent livre, "The Tragedy of the Euro", dont la traduction française parait ce mois-ci aux éditions de l'Harmattan. La version originale de l'article qui suit a été publiée sur le site du Mises Institute.

Bien des politiques et des commentateurs, comme Paul Krugman, prétendent que l'austérité budgétaire est aujourd'hui le problème de l'Europe, c'est à dire que les dépenses publiques y seraient insuffisantes. 

Lire la suite...

lundi 7 janvier 2013

Affaire Depardieu : ce que leur rhétorique dévoile de la véritable nature de nos hommes politiques

Lemennicier.jpgLa décision de Gérard Depardieu de s'exiler d'abord en Belgique, puis finalement en Russie ne cesse d'attiser les commentaires. Bertrand Lemennicier nous livre une critique à la Rothbard de tout ce que cette logomachie révèle comme lourds sous-entendus.

Il est intéressant d'examiner la rhétorique et la symbolique des discours et invectives que les hommes politiques de gauche, mais aussi de droite, adressent à ces récalcitrants qui ne veulent plus payer leurs impôts en France, et qui désirent changer de nationalité. Elles dévoilent la vraie nature de ceux qui nous gouvernent.

Lire la suite...

samedi 5 janvier 2013

Une étude de l'IREF : les hausses d'impôts ne feront pas baisser le déficit budgétaire pour 2013

Me Jean-Philippe DelsolDans tous les cas de figure, le scénario annoncé par le Gouvernement (atteindre un déficit de 3% du PIB en 2013) est irréaliste. Tel est le verdict sans appel d'une étude que l'Institut de Recherches Economiques et Fiscales (IREF), dirigé par Me Jean-Philippe Delsol, vient de publier sur son site. Nous vous en présentons ci-dessous un extrait (introduction + conclusion).

Le Projet de Loi de Finances 2013 fixe l’objectif d’un retour à 3% de déficit en 2013. Pour ce faire, un plan d’augmentation des recettes et de réduction des dépenses, de près de 30 milliards d’euros va être mis en œuvre.

Lire la suite...

mercredi 2 janvier 2013

Perspective 2013 : Non, Monsieur le Président, votre méthode n'est pas la bonne !

Alberto AlesinaEn réponse aux bons voeux de notre Président, nous vous proposons de lire la traduction d'un article signé par Alberto Alesina et publié à la fin novembre (sous le titre "Cutting Deficits by Cutting Spending") sur l'excellent site d'analyse économique VoxEU.org.

Alberto Alesina est cet économiste de Harvard qui vient de démontrer à nouveau combien il est préférable de baisser les dépenses plutôt que d'augmenter les impôts pour relancer la croissance et l'emploi (mais à la condition - importante - de coupler cette stratégie avec de véritables réformes de fond). Dans ce texte, il livre les conclusions de ses recherches.

Les Etats qui croulent sous les dettes et se débattent dans les difficultés économiques croissantes doivent-il à tout prix donner la priorité à la réduction de leurs déficits budgétaires ?

Lire la suite...

lundi 17 décembre 2012

Obélix en grève : un petit air de John Galt...

Emmanuel MartinLe Premier Ministre Jean-Marc Ayrault a qualifié le comportement de notre Gérard national de « minable » et Yann Galut proposé de déchoir « Obélix » de sa nationalité française. Voilà de quoi motiver la lettre ouverte de Gérard Depardieu au Premier Ministre dans le Journal Du Dimanche, ce 16 décembre.

Depardieu jette un menhir dans la mare. Et certains verront sans doute un parallèle avec John Galt, le héros du roman d’Ayn Rand, ''La Grève''. Car Gérard a décidé de faire grève.

Lire la suite...

- page 1 de 6