Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 28 mars 2013

Chypre II : enfin sur la voie d'une gestion intelligente des crises bancaires en Europe ?

J’ai vertement critiqué le plan initialement prévu par l’Eurogroupe, la BCE et le FMI pour “venir en aide à Chypre”. Ce plan, scandaleux et imposé par diktat, a été fort justement refusé par le parlement chypriote, forçant les protagonistes à une renégociation. 

Et très franchement, celle ci a été très bénéfique. Vous m’avez rarement vu positif sur les agissements de l’UE ces dernières années, alors pour une fois que les choses évoluent vraiment dans le bon sens, disons le tout net: le plan numéro 2 est bien meilleur que le plan 1. Cependant, il n’est pas parfait, et surtout, l’improvisation de son accouchement rend ses résultats incertains. 

Lire la suite...

vendredi 22 mars 2013

Crise à Chypre: les faux scandales et les vrais

La crise chypriote a suscité énormément de commentaires, d'analyses, et d'indignations sélectives. Comme d'habitude, la presse dite "mainstream" s'est montrée parfois assez superficielle, et nombreux sont les analystes invités à s'exprimer sur le sujet qui ont mal présenté, voire caricaturé certains aspects de la situation de l'île méditerranéenne. 

Les raisons de s'indigner ne sont pas toutes là où vous le croyez. 

Lire la suite...

jeudi 2 août 2012

Les scandales de la finance : comment le "too-big-to-fail" conduit au "casino banking"

Rien n'empêchera les Kerviel et consorts de prendre des risques toujours plus élevés tant que les grandes institutions financières et les pouvoirs publics resteront prisonniers du syndrome "too big to fail". Dans le dernier numéro de The Freeman, Gerald O'Driscoll explicite ce qui est en cause.

 JP Morgan Chase & Co., l'une des plus grandes banques américaines, a rendu public au mois de mai le fait que les activités d'un de ses traders londonniens lui avaient fait perdre plus de 2,3 milliards de dollars en moins de quinze jours. Ce qui veut dire une perte moyenne de quelques 150 millions de dollars par jour, pouvant monter à 200 millions certains jour.

Lire la suite...

samedi 8 octobre 2011

L’affaire Dexia, symbole de l’incompétence des "élites" dirigeantes


Je suis sidéré par les monceaux de commentaires ahurissants autour de la faillite de Dexia, de son prétendu sauvetage en 2008, du soi-disant sauvetage de ses créanciers maintenant, et de l'absence de contradiction apportée par la presse aux cuistres qui nous expliquent que ce n'est qu'un petit accident de rien du tout, 
que la nationalisation va tout arranger, etc...

Lire la suite...

vendredi 6 mai 2011

La plus grande fraude économique de tous les temps

Vincent BénardCi-dessous l'Interview de Vincent Bénard publiée sur le site du Bulletin d'Amérique en date du 4 mai 2011.

Q. Vincent Bénard, vous venez d’écrire un ouvrage sur le Foreclosure Gate. Quelle est donc cette « plus grande fraude économique de tous les temps »?

R.Le Foreclosure Gate, c’est la prise de conscience que l’essentiel des produits financiers dérivés des créances hypothécaires, vendus aux USA depuis le début du millénaire, sont frauduleux, car basés sur des prêts dont la qualité ne correspond pas à celle qui a été déclarée aux investisseurs à travers les autorités de marché.

Lire la suite...

vendredi 5 novembre 2010

Le «Foreclosure-gate»: la plus grande fraude de l’histoire?

David DescôteauxImaginez la scène. Sans emploi depuis des mois, vous devez rendre les clés de votre maison à la banque. Pas un, mais trois représentants de banques différentes cognent à votre porte. Chacun d’eux tient dans ses mains un certificat de propriété pour votre maison. Après vérification, les trois papiers sont… des faux! Et personne ne sait qui possède votre maison.

On pensait avoir tout vu des banquiers de Wall Street. Mais le «Foreclosure-gate» pourrait battre tous les records de fraude financière… et nous replonger tous au coeur d’une nouvelle crise.

Lire la suite...

samedi 18 septembre 2010

Dette : l'irruption de la société de la connaissance impose une réforme complète des Etats.

Charles GaveSecond extrait en avant-première de "l'Etat est mort ! Vive l'état ! Pourquoi la faille étatique annoncée est une bonne nouvelle", livre à paraître en octobre chez François Bourin éditeur. Trait_html_691a601b.jpg

Le capitalisme fonctionne parce qu’il permet, voire encourage, la disparition de ceux qui gaspillent le capital et le travail (c’est-à-dire ceux qui perdent de l’argent), ce qui veut dire que sans les faillites, il ne peut y avoir de croissance économique.

La faillite permet en effet au capital et au travail «bloqués» dans des activités sans avenir de se libérer et d’être utiles à nouveau.

Lire la suite...

mardi 1 juin 2010

Solidarité européenne... vraiment ?

Elgrably2.JPGC’est avec un profond soupir de soulagement que la planète a accueilli le plan historique de 110 milliards d’euros mis au point par le Fonds monétaire international et l’Union européenne afin de sauver la Grèce de la faillite.

Cette mesure exceptionnelle satisfait tous les politiciens, analystes et commentateurs occupés depuis plusieurs mois à chercher un plan de sauvetage qu’on pense maintenant avoir trouvé. Mais nous sommes-nous demandé pourquoi on insiste tant pour la secourir?

Lire la suite...