Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 16 octobre 2010

Débat : quelles solutions libérales pour sortir de la crise ?

Professeur Jea-Jacques RosaConvenons tout d’abord que sont « libérales » les politiques consistant à favoriser les choix individuels, les marchés concurrentiels, et qui contribuent à l’érosion des rentes de situation.

Dans cette perspective, les politiques « pro-business » qui mettent les interventions de l’Etat au service des profits d’entreprises sont à opposer aux politiques « promarket» qui favorisent la concurrence et la réduction des rentes et des interventions.

Lire la suite...

jeudi 29 juillet 2010

L'Allemagne et le dossier grec : les juges constitutionnels feront-ils dérailler l'euro ?

Deux articles d’Ambrose Evans-Pritchard, récemment publiés par le Daily Telegraph, ont retenu toute mon attention.

Ils viennent, en effet, confirmer mes analyses économiques sur la fragilité institutionnelle de l’euro.

Dans ses deux articles, Evans-Pritchard pose clairement la question de savoir si le plan européen de renflouement de la Grèce et si la création du fonds de stabilisation de l’euro sont conformes au traité de Lisbonne et à la constitution allemande.

Lire la suite...

vendredi 16 juillet 2010

L'euro survivra-t-il ?

Henri LepageCe texte a été écrit pour Politique Internationale, la revue de Patrick Wajsman. Il vient de paraître dans son numéro 128 (été 2010). Trait_html_691a601b.jpg

Il y a seulement quelques semaines, poser une telle question, ou même seulement l'évoquer, eût été jugé particulièrement inconvenant.

Certes, depuis la naissance de l'euro, il y eut toujours des économistes pour afficher leur scepticisme. Il s’agissait cependant de personnalités solitaires, très minoritaires au sein de leur profession et portant souvent bien haut — mais pas exclusivement — la bannière provocatrice de l'ultra-libéralisme.

En réalité, ils n'étaient pas seuls.

Lire la suite...

samedi 26 juin 2010

Pourquoi la crise de l'euro était inévitable : l'analyse de Martin Feldstein

Le professeur Martin Feldstein Depuis la naissance de la zone euro, nous avons toujours partagé l'opinion des économistes - en particulier anglo-saxons - qui considéraient que le système n'était pas soutenable.

Le magazine américain The Weekly Standard a récemment publié un remarquable article de Martin Feldstein qui résume l'ensemble des facteurs qui expliquent pourquoi. En voici la traduction . Trait_html_691a601b.jpg

La crise actuelle de la monnaie unique européenne était un accident qui ne demandait qu’à se produire.

Lire la suite...

lundi 14 juin 2010

Grèce et Estonie : deux modèles économiques aux antipodes l'un de l'autre

Steve HankeLe 12 mai dernier la Commission européenne recevait l'Estonie à bras ouverts, en recommandant que, l'an prochain, le petit pays balte soit autorisé à passer à l'euro.

On était bien loin de la réception glaciale réservée le 2 mai à la Grèce, lorsque ses partenaires européens, ainsi que le Fonds monétaire international, avaient promis de mettre au pot jusqu'à 145 milliards de dollars pour renflouer les finances irresponsables de l'état balkanique.

Economiquement, la Grèce et l'Estonie se trouvent carrément aux antipodes l'une de l'autre.

Lire la suite...

lundi 31 mai 2010

Epilogue de l'euro

euros2.jpg Dans deux articles publiés dans L'EXTENSION de Genève (avril et mai 2010), nous avons examiné: 1/ Comment l'euro a-t-il été créé et pourquoi ne fonctionne-t-il pas ? 2/ Peut-on réformer l'euro ou bien va-t-il exploser?

Nos conclusions étaient pessimistes quant à la durabilité de l'expérience de monnaie unique européenne, tant ses défauts de fonctionnement sont irrémédiables et tant ses effets sur la croissance économique sont délétères.

Lire la suite...

jeudi 27 mai 2010

Vaclav Klaus donne son analyse de la crise de l'euro

Président Vaclav Klaus Gràce à l'initiative du Cato Institute et de l'équipe de Un Monde Libre, voici la traduction française d'un article du Président Vaclav Klaus publié dans l'hebdomadaire tchèque Ekonom, en date du 22 avril 2010, sous le titre " Quand s'effondrera la zone euro ?". Trait_html_691a601b.jpg

En tant que critique de longue date de l’idée d'une monnaie unique européenne, je ne me réjouis pas des problèmes actuels de la zone euro qui menacent la survie même de l'euro.

Avant d'examiner les événements entourant la crise de la dette grecque, je dois fournir au moins une définition pratique du mot « effondrement ».

Dans le contexte de l'euro, il y a au moins deux interprétations qui viennent à l'esprit.

Lire la suite...

mercredi 26 mai 2010

Euro : l’hubris des chefs d’État

Florin AftalionEn acceptant, contrairement à leurs engagements antérieurs, de se porter conjointement solidaires des dettes nationales, les États de l’Union monétaire perdent leur crédibilité.

Le marché commun a été une réussite de dimensions historiques. Il a durablement scellé la paix entre l’Allemagne et la France et largement contribué à la prospérité économique des pays réunis en son sein.

Cette réussite a, hélas, grisé nos chefs d’État. Des ambitions politiques démesurées sont venues gâcher la fête et ruiner la construction européenne.

Lire la suite...

samedi 15 mai 2010

Mort de l'euro

Philippe SimonnotEn acceptant le 10 mai de faire ce qu’il avait toujours refusé de faire, monétiser les dettes publiques d’Etats impécunieux, Jean-Claude Trichet a signé la mort de l’euro, ou du moins de l’euro dont il rêvait, c'est-à-dire une monnaie à peu près digne de ce nom et indépendante des pouvoirs politiques.

Le gouverneur de la Banque centrale européenne ressemble aujourd'hui à la chèvre de M. Séguin. Il a résisté toute la nuit avec moult gémissements pour à la fin tendre son coup à la dent du grand méchant loup. Toute une carrière glorieuse couronnée par un renoncement en rase campagne.

Et voici l’euro devenu égout collecteur de papiers d’Etat bons à mettre au cabinet, comme on disait au Grand Siècle.

Lire la suite...

mercredi 5 mai 2010

La crise de la Zone Euro est loin d'être terminée

Sur quoi tout cela va-t-il déboucher ? Pour éclairer votre lanterne nous vous proposons de lire attentivement cette note écrite par les économistes de Gavekal au lendemain de l'accord européen sur le plan de sauvetage à la Grèce (c'était lundi dernier). Merci à Charles Gave de nous avoir autorisé à en publier la traduction (réalisée par François Guillaumat).

Une chose est claire :  en dépit du plan de sauvetage,  les investisseurs ne croiront pas que la menace de l'insolvabilité grecque ait définitivement été écartée.

Cela veut dire que lesdits investisseurs vont continuer à se tenir à l'écart des obligations grecques, en partie parce que l'argent disponible ne suffira à maintenir cet état à flot que pour deux ou trois ans, alors que les mesures déflationnistes exigées par l'Allemagne et le FMI  vont plonger la Grèce dans une profonde dépression, ce qui soulèvera encore davantage de questions sur la capacité du pays et sa volonté d'assurer à long terme le service de sa dette.

Lire la suite...

dimanche 25 avril 2010

Vers une réévaluation de la monnaie chinoise

Charles GaveJ’aime bien les économistes (après tout, j’en suis un, même si je ne suis pas considéré comme très sérieux par la plupart d’entre eux) ; ils utilisent en effet en général des termes compliqués pour décrire des réalités toutes simples.

« Marchant d’un grave pas et d’un grave souci » comme le disait du Bellay des Cardinaux a Rome, ils nous expliquent que ce dont l’Europe et les Etats Unis ont besoin, c’est d’un changement des termes de l’échange avec l’Asie en général, et la Chine en particulier.

Ils ont bien sur parfaitement raison mais qu’est que cela peut bien vouloir dire pour le commun des mortels ? Je vais donc m’employer à expliquer ce néologisme quelque peu barbare.

Lire la suite...

mardi 6 avril 2010

Le 24 mars 2010 : Réforme bancaire et/ou réforme financière - réunion à l'Assemblée nationale avec M. de Scitivaux et J.C. Gruffat

Ceci est le compte rendu de la réunion organisée par l'Institut Turgot le mercredi 24 mars, dans la salle Colbert de l'Assemblée nationale, avec le concours de l'association Réforme & Modernité, sur le thème : "Réforme bancaire et/ou réforme financière". Mais, inévitablement, compte tenu de l'actualité, l'essentiel de la discussion a dérivé sur la question grecque et l'avenir de la zone euro.

Nos deux invités étaient Jean-Claude Gruffat, Directeur général de Citi-Group France, et Marc de Scitivaux, Directeur des Cahiers verts de l'économie.

Vidéo 1ère partie : Faut-il casser les banques ?

.

Il avait été convenu de diviser la réunion en deux parties permettant ainsi d'avoir une succession de quatre exposés ne durant pas plus de quinze-vingt minutes, plus discussion avec la salle (environ cent vingt personnes présentes).

Lire la suite...

dimanche 14 mars 2010

Zone euro : l'analyse qui donne froid dans le dos

euros.jpg Ceci est sans doute l'une des meilleures études jamais publiées sur l'euro depuis sa création. Son auteur, Bernard Connolly, est un ancien haut fonctionnaire de la Commission européenne, dont il a été brutalement congédié, en 1997, après avoir publié un ouvrage magnifiquement prémonitoire (The Rotten Heart of Europe). Trait_html_691a601b.jpg

Jusqu'au début de la crise financière mondiale, l'Union monétaire européenne était peut-être l'exemple au monde le plus flagrant d'un système Madoff (Ponzi Scheme) à grande échelle.

Plusieurs pays de la zone euro (l’Espagne, la Grèce, le Portugal et l’Irlande), avaient des déficits courants élevés ou croissants, que ne justifiaient ni l’attrait d’une croissance rapide de la productivité ni celle de taux de rentabilité attendus sur les investissements. En fait, la croissance de la productivité ne cessait de diminuer, alors que les déficits y augmentaient.

Lire la suite...

vendredi 19 février 2010

Grèce : quand les marchés obligataires reprennent le pouvoir - conséquences.

Charles GaveDans les années 80 et 90, les politiques budgétaires de tous les pays étaient complètement sous le contrôle des marchés obligataires. Tout dérapage des budgets, toute dérive inflationniste étaient immédiatement sanctionnés par une hausse des taux longs qui forçaient les gouvernements à revenir immédiatement dans les clous.

Dans les années 2000, ce contrôle disparut, en grande partie en raison des excès d’épargne accumulés par l’Asie en général, et la Chine en particulier. Ces excès d’épargne étaient en effet réinvestis dans les marchés obligataires des pays développés, empêchant de ce fait toute hausse des taux longs. C’est ce que monsieur Greenspan avait appelé en son temps un "conundrum".

Ce qui est en train d’arriver avec la Grèce, l’Espagne, le Portugal, et bientôt la France, est donc extraordinairement important. Les marchés obligataires sont en train de redevenir l’outil qui force les gouvernements à la discipline budgétaire.

Lire la suite...

samedi 26 décembre 2009

Tragédie Grecque : un problème insoluble

Charles GaveLe problème de la Grèce est quelque peu inquiétant.

Nous nous trouvons en face d’une Démocratie, faisant partie de l’OCDE (le club économique des pays développés), du Marché Commun et de l’Euro.

De ce fait les taux sur les obligations Grecques se tendent très violemment, en particulier vis-à-vis des taux Allemands, les CDS (instruments qui permettent de s’assurer contre une éventuelle faillite de l’Etat Grecque) voient leurs cours bondir et tous les autres clignotants sont au rouge.

Et ce pays est à l’évidence en état de faillite technique. Le déficit budgétaire d’abord annoncé à 5 % est en fait à 13 % du PNB, le déficit des comptes courants atteint plus de 10 % du PNB, la dette atteint 110 du PNB et grimpe de façon exponentielle…

Lire la suite...

mardi 15 décembre 2009

Sortie de crise (3): vers la dislocation de l’Euroland ?

Gilles DryancourCe mois-ci, nous reprenons nos analyses des scénarios possibles de sortie de crise.

Après avoir développé le scénario selon lequel le dollar n’était pas, sur le moyen terme, menacé de disparition physique, nous soutiendrons l’hypothèse presque inverse en ce qui concerne l’euro (1).

Cette approche peut paraître iconoclaste au moment où 1'euro s’échange contre 1,50 dollar (2) alors qu’au jour de sa mise en circulation il valait 0,88 cents (3).

Cependant, nous verrons qu’une monnaie forte n’est pas nécessairement une monnaie solide.

L’hypothèse de la disparition de l’euro est, pour l’instant, loin d’être majoritaire. Dans son ensemble, la presse générale défend l’opinion contraire. Ainsi, Le Figaro titrait il y a quelque temps : « Aucun risque d’éclatement de la zone euro » (4).

Lire la suite...

dimanche 29 novembre 2009

Le 15 octobre 2009 : la dette, et comment s'en débarrasser - séminaire avec Jean-Marc Daniel

Le 15 octobre dernier, dans le cadre du Séminaire monétaire dirigé par Philippe Simonnot, Jean-Marc Daniel, professeur d'économie à ESCP-EAP, chargé de cours à l'Ecole des mines de Paris, directeur de la revue Sociétal et chroniqueur au journal Le Monde, a analysé la dérive inquiétante des finances publiques françaises.

>

Dans sa dernière étude sur la France, l’OCDE anticipe un déficit public pour 2010 de 8,5 % du PIB et la Cour des comptes a évalué le poids de la dette publique en fin 2012 à 83 % du PIB . Jean-Marc Daniel n’a pas fait mystère de la nécessité de relever certains impôts sur les citoyens et de faire des coupes claires dans lzs dépenses publiques pour résoudre le problème.

Lire la suite...

samedi 19 septembre 2009

L'après-crise : crise en Europe, boom en Asie - un entretien avec Charles Gave

Notre ami Charles Gave vient de publier un nouveau livre où il s'attache à décrire les différents ressorts de la crise financière et économique. Son titre : "Libéral mais non coupable", chez Bourin éditeur.

>

D'ores et déjà cet ouvrage vient de faire, à juste titre, l'objet d'une série d'excellentes revues dans la presse : dans le Figaro, sous la plume d'Yves de Kerdrel, dans le journal des finances hebdo sous la plume d'Henri de Castries, dans Valeurs Actuelles, sur France Culture...

Fin mai, nous nous êtions rencontrés pour réaliser une interview, publiée au mois de juillet dans la revue Politique internationale de Patrick Wajsman. Cette interview a fait l'objet d'un enregistrement vidéo, dont voici un long extrait où Charles Gave nous donne son sentiment sur la façon dont le monde va sortir de la crise. Son diagnostic est enthousiaste dès lors qu'il s'agit de l'Asie, mais plutôt franchement inquiet quant à l'avenir de l'Europe.

Charles Gave sera à nouveau l'invité de l'Institut Turgot et de l'Institut Euro92 lors d'une réunion à l'Assemblée nationale prévue pour le 7 octobre au soir. Les invitations seront prochainement envoyées par mail.Si vous ne figurez pas sur nos listes, inscrivez-vous en envoyant un courrier à infoturgot@gmail.com

Pour avoir une bonne écoute, n'oubliez pas de vous équiper d'un casque audio réglable.

mercredi 27 mai 2009

Où vont les monnaies ?

[hanke2.JPG Les financiers à Beijing deviennent un peu méfiants vis-à-vis du dollar et accumulent de l’or au cas où. Vous devriez faire de même.

Vous voules savoir où ça va vraiment se passer dans les mois à venir ? Oubliez les actions, pensez taux de change. En ce moment, il se produit des changements tectoniques sur les marchés des devises. Au cours de l’année passée, le złoty polonais a perdu 23% contre l’euro et le forint hongrois 11 %. Alors, les deux pays parlent de remplacer par l’euro leur monnaie nationale. Le Fonds Monétaire International aime bien l’idée, et voudrait que les autres pays européens s’« euroïsent » aussi vite que possible.

Lire la suite...

lundi 25 mai 2009

14 mai 2009 : l'avenir de l'euro, table-ronde Turgot/EIN à l'Assemblée nationale

La considérable aggravation de la situation des finances publiques d'un certain nombre de pays membres de l'Union européenne conduit à s'interroger sur la manière dont l'Europe réagira face à une possible crise financière de ces Etats.

Pour discuter des scénarios possibles, et évoquer le sujet tabou des implications que cela pourrait entraîner sur l'avenir de l'euro, l'Institut Turgot et le European Ideas Network ont, le 14 mai dernier, organisé une table-ronde sur le thème : "L'avenir de l'euro". La réunion s'est déroulée à l'Assemblée nationale, dans la salle de la Délégation à l'Union européenne.

Au programme, trois interventions :

Eric Chaney et Franck Debié- Eric Chaney, Chief Economist du Groupe Axa, sur 'l'euro et les leçons de la crise' ;

Jacob von Weiszacker et Jacques Delpla- Jacques Delpla, membre du Conseil d'analyse économique près du Premier ministre et Jacob von Weizsäcker, Senior Research Fellow, Bruegel Institute, qui ont présenté une proposition pour consolider l'avenir de la zone euro;

Guillermo Martinez Casan et Philippe Simonnot- Philippe Simonnot, journaliste, directeur, Atelier d'Economie Contemporaine, Observatoire de l'Economie Méditerranéenne, sur 'la ruse de l'euro'.

L'enregistrement audio contient non seulement les trois exposés, mais également l'intégralité de la discussion qui a suivi.

Téléchargez l'intégralité de l'enregistrement audio :

page 2 de 2 -