Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 26 mars 2014

Une leçon en anarcho-capitalisme : interview d'Hans-Hermann Hoppe

Ceci est une interview du Professeur Hans-Hermann Hoppe publiée dans le journal allemand Wirtschaftswoche en date du 4 janvier 2014, et traduite par les soins de l'Institut Coppet.

Pourrait-on vraiment se passer de l'Etat ? Sans aucun doute, répond celui qui a succédé à Murray Rothbard à la tête de la chaire d'économie politique à l'Université de Las Vegas, et en est  l'héritier intellectuel. Et voici comment. De quoi en décoiffer plus d'un !

Wiwo : Professeur Hans Hermann Hoppe, les interventions de l’État dans l’économie ont certaines conséquences actuellement. De nombreux citoyens désirent plus d’État et moins de marché. Comment l’expliquez-vous ?

Hoppe : L’histoire nous démontre que les crises alimentent la croissance de l’État. Ce fait devient particulièrement manifeste avec les guerres ou les attaques terroristes. Les gouvernements exploitent ces crises, dans le but de se faire passer pour des sauveurs.

Lire la suite...

mercredi 15 mai 2013

L'avenir du Bitcoin (3) : les handicaps d'une monnaie virtuelle

Gertchev.jpgEst-il imaginable que les bitcoins acquièrent dans un futur plus ou moins éloigné un véritable statut de monnaie pleine et entière, réalisant ainsi le rêve d’une monnaie libre et universelle totalement privée ?

Troisième volet de notre enquête : la réponse de Nicolay Gertchev, un ancien étudiant du professeur Bertrand Lemennicier, aujourd'hui en poste à la Commission européenne. En matière monétaire la technologie, aussi sophistiquée soit-elle, ne fait pas de miracle.

On a beaucoup parlé de bitcoins ces derniers temps dans les médias. Pendant que la crise financières chypriote et la mise en place de contrôles de capitaux autour de l’île continuaient de nourrir les inquiétudes sur l’avenir de l’euro, le prix du Bitcoin a triplé en moins d’un mois, atteignant les 141 dollars pour I Bitcoin (BTC). Assistons nous à l’émergence spontanée d’un nouvel instrument d’échange virtuel, comme certains le pensent ?

Lire la suite...

mardi 25 septembre 2012

Pas de redressement économique sans déconnecter la finance et la monnaie

Alain DumaitLes dernières décisions de la Banque Centrale européenne, le 6 septembre, puis de la Federal Reserve américaine, le 13 septembre, ont été saluées par les marchés financiers : baisse des taux pour les dettes souveraines des pays insolvables et hausse des cours pour les actions, en particulier celle des banques et autres institutions financières.

Ces décisions peuvent se résumer ainsi : davantage d’argent gratuit pour les banques, encouragement au laxisme des Etats, et monnaie de singe pour tout le monde !

Lire la suite...

jeudi 13 septembre 2012

La fin de la crise passe par l'établissement d'un étalon-or

Jacques Raiman« La monnaie, c’est l’or ; tout le reste est du crédit », disait le financier JP Morgan. A quoi Keynes, l'économiste, répondait : « L'or est une relique barbare ». Qui a raison : le financier ou l'économiste ?

Au printemps 2010, Alan Greenspan, dans le New York Times, a pu déclarer que personne n'avait prévu la crise, que tout le monde s’était trompé : les experts, la FED, les organes de contrôle. Il aurait pu ajouter : le Fonds Monétaire International, les autres banques centrales, les grandes entreprises, les médias...

Lire la suite...

dimanche 15 juillet 2012

L’euro, étalon de la démesure humaine

Nous avions pensé examiner les décisions du dix-neuvième sommet destiné à sauver la monnaie unique quand le site Turgot a mis en ligne l’article de Jésus Huerta de Soto consacré à l’euro fonctionnant comme un étalon-or imparfait.

Les analyses de cet auteur ouvrent de nouvelles perspectives à la compréhension de la nature de l’euro.

L’hypothèse que nous défendrons, ici, est que l’euro se prête difficilement au raisonnement analogique, car il forme une monnaie sui-generis dont il n’existe, sans doute, pas d’équivalent dans l’histoire économique.

Lire la suite...

samedi 7 juillet 2012

Romano Prodi, la tragédie de l'euro et Jacques Rueff

"Croyez-moi, aujourd'hui comme hier le sort de l'homme se joue sur la monnaie "(Jacques Rueff) -
"Le Pacte de Stabilité est stupide" (Romano Prodi)

La vie et l’œuvre de Jacques Rueff ont été marquées par son combat pour l'ordre financier. Rueff fut ainsi, en tant que haut fonctionnaire détaché au comité financier de la Société des Nations, amené à examiner en 1927 la situation dramatique des finances publiques et de l'économie en Grèce et de rédiger la partie du rapport pour la SDN relative à l'assainissement financier. Une mission analogue lui fut confiée l'année suivante en Bulgarie. 

Lire la suite...

jeudi 5 juillet 2012

Une surprenante (et cohérente) défense "autrichienne" de l'euro

HdeSoto.jpg Voila un texte qui viendra comme un choc à beaucoup de nos lecteurs. Il est extrait d'une étude (ici en.pdf) dans laquelle Jesus Huerta de Soto, l'un des grands disciples européens de Ludwig von Mises, renverse les problématiques avec lesquelles nous, libéraux, jugeons habituellement l'euro. A lire absolument. H.L.

Les économistes de l’Ecole Autrichienne sont partisans de l’étalon-or parce qu’il freine et limite l’arbitraire des politiques et gouvernants : il discipline le comportement de tous les agents impliqués dans le processus démocratique et incite les individus à une action ordonnée et morale. C’est, en somme, un frein au mensonge et à la démagogie, car il propage et facilite la transparence et la vérité dans les relations sociales. Ni plus ni moins.

Lire la suite...

lundi 25 juin 2012

Il est possible de sortir de la crise économique par le haut

Pascal DrayQuestion : comment sortir des solutions qui nous ont conduit à la crise de la dette souveraine ?

La Grèce n’est pas encore sortie de l’euro et les membres du G20 pensent pouvoir relancer la dynamique européenne avec les mêmes recettes qui nous ont conduits à la crise actuelle.

Le problème est que depuis qu’une grande majorité de nos décideurs politiques sont convertis au keynésianisme ils ont toujours affirmé des lois économiques erronées.

Lire la suite...

mercredi 30 mai 2012

"La monnaie, histoire d’une imposture"

Professeur Jacques BichotTel est le titre d'un livre aux fondements historiques solides que publient nos amis Philippe Simonnot et Charles Le Lien. Ils y montrent que l’abandon de l’étalon-or est la source principale des difficultés monétaires de ces dernières décennies.

Les analyses de la crise de la zone euro se fondent le plus souvent sur la théorie des zones monétaires optimales. Le projet de création d’une monnaie unique a tout de suite été critiqué du fait que l’Union européenne était trop disparate, pas assez solidaire, pas suffisamment intégrée économiquement et politiquement. La suite des événements a montré que ces craintes étaient fondées

Lire la suite...

mercredi 1 février 2012

Les partisans de l'étalon-or sont-ils fous ?

F.A. HayekPour relancer nos discussions sur la monnaie, ci-dessous la traduction d'un texte qui présente les intéressants résultats d'une étude de la Banque d'Angleterre.

Depuis que les Etats-Unis ont définitivement mis un terme à la convertibilité du dollar en or (c'était en 1973), un petit nombre d'économistes n'ont jamais cessé de se poser en champions d'un retour à l'étalon-or.

Lire la suite...

dimanche 31 juillet 2011

Couper le lien entre le pouvoir politique et l’émission monétaire

Pierre LecontePour entretenir le débat, après les analyses de nos amis Dryancour et Gave sur les conséquences de l'accord européen du 21 juillet, voici le commentaire de Pierre Leconte, publié sur Le Forum Monétaire de Genève.

Dès le lendemain du sommet européen de cette semaine censé sauver l’euro, l’or et l’argent-métal ont clôturé près de leurs plus hauts niveaux récents,

Lire la suite...

lundi 11 avril 2011

Une Constitution monétaire pour l'étalon-or ?

Dr Richard EbelingA la lumière de la grave crise que nous traversons, plusieurs grandes questions de politique économique ont dû être réexaminées : la taille et le rôle de l’Etat, le poids de la dette publique l’insoutenabilité des divers programmes sociaux, ou l’utilité du « stimulus » fiscal pour la reprise de l’économie.

La crise a également révélé certains défauts majeurs dans l’organisation et le fonctionnement de nos institutions monétaires. Selon moi, la question centrale est de savoir si, oui ou non, il faut laisser la politique monétaire et bancaire à la discrétion des banques centrales et de leurs planificateurs de la monnaie.

Lire la suite...

samedi 2 avril 2011

Pour une monnaie saine dans une économie saine

Philippe SimonnotNous, citoyens, qui sommes les sempiternels dindons de la farce monétaire;

Nous, qui n’avons pas les moyens de nous protéger de la hausse des prix qui ronge insidieusement notre pouvoir d’achat ;

Nous, les anciennes victimes d’un franc qui a perdu plus de 99% de sa valeur au 20ème siècle;

Lire la suite...

lundi 10 janvier 2011

1er décembre 2010 : "le jour où la France sortira de l'euro" - séminaire autour de Philippe Simonnot

Voici l'enregistrement vidéo de la réunion organisée à l'Institut Turgot, le 1er décembre 2010, autour de Philippe Simonnot, à l'occasion de la parution de son dernier livre : "Le jour où la France sortira de l'euro" (Michalon éditeur).

.

La présentation du livre était assurée par Stéphane Couvreur, et a donné lieu à de vifs débats.

Lire la suite...

jeudi 16 décembre 2010

Débat sur les monnaies : controverse autour de l'étalon-or

Charles GaveNotre ami Charles Gave réagit vivement aux écrits et déclarations qui évoquent le retour de l'or dans le système monétaire international. Et vous ? Trait_html_691a601b.jpg

En pleine guerre des monnaies, l'idée d'un étalon-or a resurgi. Hormis les cas de dictature, où ce choix protège les citoyens contre l'arbitraire du tyran, l'étalon-or est un remède bien pire que le mal. Il conduit à une politique monétaire aveugle, source de dépressions économiques. La vraie solution réside dans les changes flottants.

Lire la suite...

vendredi 3 décembre 2010

Revenir à l'or ?

Jacques RaimanSigne des temps : le président de la Banque mondiale a reconnu la place éminente de l’or dans un système monétaire. Plus qu’une piste, une révolution mentale salutaire.

Au printemps, pour se défendre, Greenspan a affirmé dans le New York Times que personne n’avait prévu la crise, que tout le monde s’était trompé, les universitaires, la FED, les organismes de réglementation. Il aurait pu ajouter les autres Banques centrales, les gouvernements, les entreprises, les médias.

Lire la suite...

mercredi 17 novembre 2010

27 octobre 2010 : les voies libérales d'une politique de sortie de crise - avec Jacques Raiman et Jean-Jacques Rosa

Au cours de cette réunion organisée dans les locaux du 35 avenue Mac Mahon, Jacques Raiman, cofondateur et Président d'honneur de l'Institut Turgot a posé la question : "Assainissement ou Austérité ?". Sa présentation organise et systématise un certain nombre de thèmes déjà traités dans son papier "la véritable voie du retour à la croissance".

.

Lire la suite...

lundi 15 novembre 2010

Débat sur les monnaies : retour à l'étalon-or ? Réponses à Martin Wolf.

Dr Richard Ebeling En écho aux déclarations qui ressuscitent le débat sur le système monétaire international, et font ressurgir l'idée du retour à une forme ou une autre d'étalon-or, ci-dessous la traduction d'un article de l'ancien président de la Foundation for Economic Education, Richard Ebeling,tout récemment publié sur le site libertarien The Daily Bell. Trait_html_691a601b.jpg

Dans un éditorial du Financial Times daté du week-end des 6 et 7 novembre 2010 le président de la Banque Mondiale, Robert Zoellick, a évoqué l'idée que l'économie mondiale soit de nouveau rattachée à l'or en tant qu’ancrage pour maintenir la stabilité monétaire et réduire les anticipations inflationnistes sur les marchés internationaux.

Lire la suite...

mercredi 28 octobre 2009

Autour de Jacques Rueff et du "péché monétaire de l'Occident", séminaire du 18 juin 2009, avec Charles Le Lien

rueff1.JPG Une conséquence de la crise est de remettre en tête de l'ordre du jour de la réflexion économique le problème de la monnaie, des institutions monétaires, et de leur régulation.

Sur initiative de notre ami Philippe Simonnot, l'Institut Turgot a mis sur pied un groupe de travail dédié aux questions monétaires et financières. Ce séminaire se réunit régulièrement, chaque mois, dans le local du 35 avenue Mac Mahon, pour auditionner des personnalités du monde économique et des affaires.

La première réunion de ce séminaire s'est tenue le 18 juin dernier autour de Charles Le Lien. Banquier et spécialiste de la pensée de Jacques Rueff, Charles Le Lien a évoqué l'extaordinaire actualité de l'oeuvre du grand économiste français, auteur d'un livre prémonitoire publié en 1971 : "le péché monétaire de l'Occident".

A la différence de toutes les réunions s'inscrivant dans ce programme, cette rencontre n'a fait l'objet d'aucun enregistrement vidéo. En revanche, vous pouvez télécharger le texte de la communication de Charles Le Lien en cliquant ici :

Autour du "Péché monétaire de l'Occident", par Charles Le Lien (pdf)

Vous pouvez essayer de télécharger une copie .pdf du livre de Jacques Rueff en passant par le site Search-Torrent La version anglaise est directement disponible sur le site du Mises Institute.

samedi 6 juin 2009

27 mai 2009 : "de la déflation à l'hyperinflation", séminaire avec Philippe Simonnot

L'Institut Turgot inaugure une série de conférences consacrée à la nécessaire et urgente (et oubliée) réforme du Système monétaire international.

La première de ces "conférences monétaires" a été donnée par Philippe Simonnot le mercredi 27 mai sur le thème : "De la déflation à l'hyper-inflation".

Grace à un modèle très simple, Philippe Simonnot a mis en lumière le role, méconnu et souvent obscurci par la théorie, des encaisses dans les cycles économique. Appliquée à la situation actuelle, le modèle montre les risques de "sortie de crise" dans l'hyper inflation. Il indique aussi la voie que devra suivre la réforme du Système monétaire international.

Docteur ès sciences économiques, Philippe Simonnot est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages d'économie et d'histoire, notamment 39 Leçons d'économie contemporaine (Gallimard) et L'Erreur économique. Il dirige l'Atelier de l'Economie contemporaine et l'Observatoire de l'Economie Méditerranéenne. Il a enseigné l'Economie du droit aux Universités de Paris-Nanterre et Versailles.

>

Vous retrouverez les graphiques de sa conférence dans la copie .pdf de son article "de la déflation à l'hyperinflation".

Vous pouvez également télécharger l'enregistrement intégral de la conférence et de la discussion qui a suivi :

Dans son édition du 2 juin 2009, le journal Le Monde vient de publier un autre article de Philippe Simonnot consacré aux question monétaires : "il faut rétablir l'étalon-or de l'euro".

La seconde conférence de cette série est programmée pour le 18 juin (19h30). Elle aura pour thème "Le péché monétaire de l'Occident", Si vous êtes intéressé, prenez contact avec l'Institut Turgot (infoturgot@gmail.com).

vendredi 27 mars 2009

Les pyromanes devenus pompiers : pour un retour à l'étalon-or

Philippe Simonnot lors d'une réunion à l'Institut TurgotN’était le cortège de millions de victimes de la crise qui s’allonge chaque jour, le spectacle de nos banquiers centraux et de nos gouvernants donnerait plutôt envie de rire. Voilà des pyromanes qui se promeuvent eux-mêmes dans le rôle de pompiers. Hélas ! le feu qu’ils ont eux-mêmes allumé, et qu’ils prétendent éteindre, il est à craindre qu’ils en ravivent encore les flammes.

Il y a pourtant une solution à cette crise, mais ils seront les derniers à seulement l’évoquer publiquement, car elle remettrait en cause leur propre pouvoir.

Le retour à l’étalon-or, dont on osait encore parler ouvertement il y a un demi-siècle – à la place même qu’occupe aujourd'hui Nicolas Sarkozy 1 -, n’est même pas à l’ordre du jour de la prochaine conférence monétaire internationale qui doit se tenir à Londres en avril prochain.

Le plus inquiétant dans la crise actuelle, en effet, ce n’est pas la crise elle-même, mais l’analyse qu’en font les princes qui nous gouvernent, mal conseillés par des économistes qui ont pignon sur rue.

Lire la suite...