Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Dettes publiques

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 8 novembre 2013

Politique économique : les sept scénarios auxquels conduit la crise de surendettement

Philipp BagusSelon Philipp Bagus, nous sommes entrés dans la phase finale d'un processus d'hyper endettement global qui ne peut se terminer que par la liquidation volontaire ou forcée du régime monétaire actuel de monnaie fiduciaire ("fiat money").

Selon quel scénario ? C'est ce que l'auteur, économiste allemand enseignant en Espagne, entreprend d'explorer dans ce second article dont le titre anglais est : "How the paper money experiment will end"

Un système monétaire basé sur la monnaie-papier à cours forcé porte en lui les germes de sa propre destruction. La tentation pour le détenteur du monopole monétaire d'augmenter la quantité de monnaie offerte est quasiment irrésistible. Dans un tel système, avec une offre de monnaie toujours en hausse et en conséquence des prix toujours plus élevés, épargner des espèces monétaires en vue d'acheter des actifs plus tard, ne fait aucun sens. Une bien meilleure stratégie consiste à s'endetter pour financer l'achat d'actifs, et rembourser les dettes ultérieurement avec une monnaie dévaluée.

Lire la suite...

mardi 5 novembre 2013

Politique économique : l'illusion que la richesse est toujours là

Auteur d'un remarquable petit livre sur "la tragédie de l'euro" (récemment traduit en français), Phillip Bagus est l'une des stars montantes de l'école d'économie autrichienne. 

Dans cet article (à paraître sur mises.org), il nous rappelle  que l'endettement croissant de nos états et banques centrales n'est qu'un camouflage qui couvre un processus irrémédiable d'appauvrissement. 

La majorité de la population ne remarque pas que nous vivons une époque d'appauvrissement relatif. L'argent a été gaspillé par les gouvernements en dépenses sociales, en renflouements de banques, ou encore – comme en Europe – pour renflouer d'autres Etats. La population n'en ressent toujours pas la douleur. L'illusion que la richesse est toujours là prévaut.

Lire la suite...

vendredi 18 octobre 2013

Dette : quitte à proposer une solution radicale, pourquoi pas la répudiation pure et simple ?

Plutôt qu'un impôt exceptionnel de 10% sur le capital proposé par certains experts du FMI pour  résoudre la question du caractère insoutenable de l'endettement des états, Olivier Braun suggère une solution encore plus radicale : répudier une fois pour toute la dette publique. 

Reprenant des arguments naguère développés par Murray Rothbard, il considère qu'en toute justice Il n'y a pas de raison d'exiger de citoyens innocents qu'ils paient pour sauver la mise de prêteurs imprudents et complices volontaires des états.

Le Figaro révèle, dans son article “le FMI propose une supertaxe sur le capital1 qu'un récent rapport sur les finances publiques rédigé par le FMI énumère différentes solutions théoriques pour régler le problème de l'endettement public. Parmi celles-ci, l'accent est mis sur l'idée d'une taxation en une fois de l'épargne pour rembourser la dette, à hauteur de 10% si l'on fait la moyenne dans la zone euro.

Lire la suite...

mercredi 2 janvier 2013

Perspective 2013 : Non, Monsieur le Président, votre méthode n'est pas la bonne !

Alberto AlesinaEn réponse aux bons voeux de notre Président, nous vous proposons de lire la traduction d'un article signé par Alberto Alesina et publié à la fin novembre (sous le titre "Cutting Deficits by Cutting Spending") sur l'excellent site d'analyse économique VoxEU.org.

Alberto Alesina est cet économiste de Harvard qui vient de démontrer à nouveau combien il est préférable de baisser les dépenses plutôt que d'augmenter les impôts pour relancer la croissance et l'emploi (mais à la condition - importante - de coupler cette stratégie avec de véritables réformes de fond). Dans ce texte, il livre les conclusions de ses recherches.

Les Etats qui croulent sous les dettes et se débattent dans les difficultés économiques croissantes doivent-il à tout prix donner la priorité à la réduction de leurs déficits budgétaires ?

Lire la suite...

lundi 3 décembre 2012

Zone euro : comment la BCE organise l'inévitable faillite souveraine

Jacques DelplaJacques Delpla n'est pas un adepte de la langue de bois. Dans deux interventions au ton très direct - l'une sur l'antenne de Radio classique , l'autre sur le blog Les Echonoclastes des Echos - il esquisse le scénario des événements qui, sans que ce soit nécessairement l'apocalypse, vont encore secouer la zone euro.

La restructuration (i.e. le défaut) des dettes souveraines est-elle inévitable en zone euro ? Oui, c’est évident aujourd’hui.

Le FMI l’a implicitement admis dans son dernier rapport semestriel: historiquement, les pays développés avec une dette supérieure à 100% du PIB n’ont pu la réduire qu’avec de l’inflation (surtout) et de la croissance (souvent engendrée par une forte dévaluation).

Lire la suite...

mercredi 24 octobre 2012

"La Retraite des 3%" ou comment neutraliser l'impasse dans laquelle nous précipite la politique Hollande-Ayrault

Jacques DelplaLa France ne pourra pas et ne devrait pas réduire ses déficits publics à 3% du PIB en 2013. Elle devrait réduire ses déficits avec modération.

Mais, pour préserver notre crédibilité financière, le gouvernement devrait lancer, en 2013, avec les autres pays européens, une grande réforme systémique des retraites - à la Suédoise - qui, par construction, assurerait l’équilibre futur des régimes des retraites publiques. Une telle suppression de notre dette publique implicite vaudrait beaucoup plus, en termes de crédibilité financière, que de l’austérité budgétaire en pleine récession.

Lire la suite...

jeudi 13 septembre 2012

La fin de la crise passe par l'établissement d'un étalon-or

Jacques Raiman« La monnaie, c’est l’or ; tout le reste est du crédit », disait le financier JP Morgan. A quoi Keynes, l'économiste, répondait : « L'or est une relique barbare ». Qui a raison : le financier ou l'économiste ?

Au printemps 2010, Alan Greenspan, dans le New York Times, a pu déclarer que personne n'avait prévu la crise, que tout le monde s’était trompé : les experts, la FED, les organes de contrôle. Il aurait pu ajouter : le Fonds Monétaire International, les autres banques centrales, les grandes entreprises, les médias...

Lire la suite...

samedi 23 juin 2012

L'euro : une belle preuve de défaillance constructiviste

Jean-Louis CaccomoSous l’effet de la crise des dettes souveraines, la zone euro est aujourd’hui fortement menacée, notamment par une éventuelle sortie de la Grèce qui pourrait, par contagion, menacer l’Espagne et d’autres pays affaiblis comme le Portugal, l’Italie et enfin la France.

Et voilà qu’à l’occasion du G20, l’Europe est montrée du doigt par les pays émergents, nouvelles puissances montantes.

Dans ce climat tourmenté, il est temps de rappeler les conditions qui étaient soumises aux pays candidats à l’entrée dans la zone euro au moment de la construction de l’union monétaire en 1992.

Lire la suite...

samedi 28 avril 2012

Les élections et la crise : Français si vous saviez....

Philippe SimonnotDans sa dernière Tribune Libre pour Nouvelles de France, Philippe Simonnot décrit la spirale infernale dont le résultat des élections, quel qu'il soit, ne semble pas en passe d'arrêter l'infaillible déroulement.

La France se prépare à des lendemains de fête qui ne chanteront guère. Les finalistes du second tour racontent finalement à peu près la même chose sans convaincre personne. Non, hélas ! l’équilibre des finances publiques de la France ne sera pas rétabli aux dates promises.

Lire la suite...

mercredi 11 avril 2012

Tout savoir sur la dette : l'explication par le marché politique

Lemennicier.jpg Comme de coutume, Bertrand Lemennicier ne prend pas de gants et formule clairement tout ce dont chacun devrait être conscient.

Le biais pour des déficits récurrents et l’endettement public est inhérent à la démocratie politique.

L’homme politique qui fait carrière dans ce métier a un objectif simple : être élu et réélu par une majorité d’électeurs. Dans un système électoral où chaque électeur a le même poids, il faut emporter le vote de l’électeur médian ou, plus largement, celui de la classe moyenne. Pour cela, l’homme politique doit proposer un programme de dépenses publiques dont les bénéfices profiteront essentiellement à cet électeur clef.

Lire la suite...

vendredi 3 février 2012

Zone euro : le miracle n'est pas pour demain !

Si le calme est apparemment revenu sur les marchés, les déséquilibres et les contradictions ne cessent de s'accumuler au sein de la zone euro. Gilles Dryancour fait le point et nous aide à débusquer les paradoxes et les non-dits de l'actualité politique et financière.

Les événements ne cessent de confirmer l’évidence : les Etats de l’Euroland,faute de croissance, ne pourront sauver la monnaie unique sans avoir recours à la déconfiture des pays insolvables ou à la monétisation des dettes publiques.

Lire la suite...

mardi 24 janvier 2012

Vive la croissance, Viva Monti

Alain Madelin à l'Institut TurgotRépétons le, il n’y a pas de sortie du piège de la dette publique sans retour à une forte croissance. Pour devenir soutenable, la dette doit voir ses taux d’intérêts passer durablement sous le taux de croissance.

C’est dire que les solutions avancées en France par les deux grands candidats, à savoir diminuer la dépense publique et augmenter les impôts (dans des proportions et des modalités variables) ne peuvent que conduire à l’impasse.

Lire la suite...

vendredi 20 janvier 2012

La fin de l’Euro? Conversation surprise entre un Américain et un Allemand bien informés

André Tessier du Cros Le Comité Bastille est un laboratoire d'idées particulièrement actif dont A. Teissier du Cros est le Président. Nous sommes loin de partager ses propositions. Néanmoins ses analyses et réflexions, parfois fort iconoclastes, nourrissent un débat face auquel on ne peut pas rester rester totalement indifférent - ne serait-ce que pour les réfuter.

La scène se passe dans le bar d’un aéroport. Un Américain et un Allemand de passage ont fait connaissance et sympathisé.

Lire la suite...

samedi 17 décembre 2011

L’acharnement thérapeutique sauvera-t-il l’euro ?

Gilles DryancourLes mois se succèdent et les plans de sauvetage de l’euro aussi. En effet, si l’on compte bien, le plan adopté le 9 décembre à Bruxelles est le troisième de l’année et le septième depuis mai 2010.

A chaque nouveau plan, on entend les mêmes ‘’éléments de langage’. Toute une rhétorique que l’on retrouve, notamment, dans les déclarations du Président Sarkozy.

Lire la suite...

lundi 21 novembre 2011

Le 16 novembre 2011 : "Va-t-on sauver l'euro ?" - débat franco-allemand à l'Assemblée nationale

L'institut TURGOT a réuni , le mercredi 16 novembre 2011, un séminaire monétaire franco-allemand présidé par AN_euro2__2_.jpgChristian Vanneste, Député du Nord, auquel une délégation de députés allemands CDU/CSU a apporté une importante contribution.

Cette rencontre monétaire, qui se tenait dans la salle de la Commission de la Défense à l'Assemblée nationale, a abordé trois sujets d'une brùlante actualité politique.

- Va-t-on sauver l'euro ? présidé par Christian Vanneste, député du Nord : la réponse du séminaire est très ambiguë sur ce plan ;

- Les banques centrales, facteur de stabilité ? présidée par le professeur J.Cl. Chouraqui, cette séance débouche aussi sur l'expression d'un grand doute

- France-Allemagne : convergence ou divergence ? présidée par l'ambassadeur Pierre Maillard, cette session montre que les points de vues divergent plutot au sein de la société politique allemande, un peu comme en France.

Lire la suite...

- page 1 de 3