Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Cotisations sociales

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 19 décembre 2013

Le 20 novembre: "Vers la fin de la mondialisation ?", avec François Langlet, Alain Madelin et Patrick Messerlin, à l'Assemblée Nationale

François LengletLe 20 novembre dernier, l'Institut Turgot organisait, dans une salle de l'Assemblée nationale, un débat contradictoire sur le thème "Vers la fin de la mondialisation ?", en collaboration avec l'Association "Génération Entreprise - entrepreneurs associés", animée par Olivier Dassault et Jean-Michel Fourgous.

Le sujet nous était donné par le titre du livre du journaliste François Lenglet ("La fin de la mondialisation" publié aux éditions Fayard). Après que l'auteur nous ait résumé son point de vue, Alain Madelin et le professeur Patrick Messerlin ont donné leurs réactions et commentaires.

A défaut d'enregistrement vidéo nous vous proposons, cette fois-ci, d'écouter la bande audio de la réunion. Vous pouvez soit télécharger le fichier, soit l'écouter en streaming :

A la suite de ce débat, Alain Madelin a rassemblé un certain nombre des idées exprimées ce soir-là dans une interview publiée par Le Figaro dans ses pages "opinions" en date du 29 novembre 2013. Cette interview - reproduite ci-dessous - est parue sous le titre : "Laissez-nous faire !". Cet article est devenu "Le coup de coeur" de Michel Field dans son émission sur LCI Matin

Lire la suite...

jeudi 8 avril 2010

Deux lois pour une rupture...dès 2011 : libérer la protection sociale, libérer l'enseignement

Lucien Samir OuhlabibIl est dommage que la solution commune à ces deux hommes politiques que sont Villepin et Copé soit encore plus d'étatisation et ce dans le sens négatif d'une soviétisation et non pas d'un renforcement de l'aspect régalien qui n'empiète pas sur la société civile mais au contraire la protège.

Ainsi, lorsque Villepin prône l'élimination du dit bouclier fiscal et que Copé en appelle à la constitution d'un cadre contraignant quant aux dépenses budgétaires et sociales, ils ne touchent pas à l'essentiel : celui de dynamiser le développement des tissus socioéconomique et sociopolitiques, et de leur donner la possibilité de se prendre en charge, de s'émanciper dans l'acte de décision, l'Etat apportant son concours par l'accompagnement et l'expertise, et non par la caporalisation jacobine, quand bien même se ferait-elle au nom d'un passé glorieux.

Lire la suite...