Mot-clé - Commerce internaional

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 4 octobre 2016

Plaidoyer pour le libre échange : sauvons le TTIP !

Corentin.png Quand, en lisant les écrits de Frédéric Bastiat, on examine les arguments de ceux qui, au XIXème siècle, s’opposaient avec virulence à la libéralisation des échanges entre, par exemple, la Belgique et la France à propos de l’acier, on remarque que leurs arguments sont en tous points identiques à ceux des ennemis du TTIP aujourd’hui.

La peur du libre échange, rappelle notre ami de Bruxelles, Corentin de Salle, c'est la peur de la liberté.

Depuis l’époque où des tribus primitives troquaient entre elles des peaux de bêtes jusqu’à celle des échanges intercontinentaux de notre économie planétaire, la marche du commerce a toujours coïncidé avec celle de la civilisation et du progrès. A contrario, les périodes où le commerce se rétracte ou disparaît correspondent aux périodes de violences, de guerres et de recul économique, social et culturel. Ce fut le cas au moyen âge mais, plus proche de nous, ce fut le cas au début du XXème siècle avec la montée en puissance des nationalismes et des idéologies collectivistes à l’origine des deux plus grands conflits mondiaux.

Le libre-échange est pacificateur. Comme l’écrivait un certain Otto Mallery en 1943, « si nous ne souhaitons pas que les soldats traversent les frontières pour faire la guerre, il faut que les biens traversent les frontières pour maintenir la paix ».

Lire la suite

dimanche 2 janvier 2011

« Allo Berlin, on a un problème !»

A mon humble avis, l'Allemagne a un problème. 

Pendant l’été 2008 si mes souvenirs sont exacts, j’avais écrit un article dans le Journal des Finances qui expliquait entre autre que la politique économique allemande était assassine pour le reste de L’Europe et nous amenait au désastre. 
Mon raisonnement, très simple, faisait remarquer que notre voisin d’outre Rhin subventionnait sa production, taxait sa consommation (hausse de la TVA) et refusait de déréglementer les secteurs de services ou il n’était pas concurrentiel

Lire la suite

dimanche 24 mai 2009

Les répercussions africaines de la crise financière

Thomson Ayodele lors de sa réception au Parlement européenThompson Ayodele est le directeur de Inititiave for Public Policy Analysis (IPPA), le plus important des jeunes think tanks libéraux en Afrique de l'Ouest. L'IPPA est installé à Lagos, au Nigeria.

Le 5 mai dernier, Thompson était à Strasbourg, invité par deux députés européens britanniques du Groupe PPE-DE, Syed Kamall et James Elles. Au cours du diner, Thompson a présenté un très intéressant exposé sur les retombées africaines de la crise financière. .C'est cet exposé qui figure ci-dessous, traduit gràce aux bons soins d'Emmanuel Martin.

Trait_html_691a601b.jpg

Mon intention est de me concentrer sur les conséquences de l’actuelle crise économique et financière sur le développement de l’Afrique et discuter des défis que les Africains doivent surmonter de manière à connaître la croissance au 21ème siècle et au-delà.

La récession mondiale qui a commencé dans le monde développé a rapidement touché les pays en développement, y compris l’Afrique. Au départ de la crise, certains prédisaient que la crise aurait moins d’impact sur les pays d’Afrique

Lire la suite