Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 3 juin 2013

Pourquoi la "sortie de crise" n'en finit-elle pas de se faire attendre ?(1)

Henri LepageVoilà quatre années que les banques centrales ont ouvert toutes grandes les vannes de leur création monétaire. Mais la sortie de crise n'en finit pas de se faire attendre. Pourquoi ?

Ecrit pour la revue Politique Internationale (numéro Printemps 2013) ce texte - découpé en deux morceaux - présente les principales réponses qui s'affrontent au sein de la pensée économique "main stream". Il n'aborde pas la question de savoir quelles chances, et à quelle échéance, les politiques actuellement poursuivies ont de nous en sortir. Ceci sera traité, plus tard, par un autre article, à venir.

Inquiétudes, mais aussi et surtout perplexité. tel est le maître mot qui, début 2013, résume au mieux l’état d’esprit des responsables économiques, qu’ils soient ou non aux commandes.

Lire la suite...

mercredi 9 janvier 2013

Le débat sur l'austérité : réponse "autrichienne"

Elle vient de Philipp Bagus auteur d'un excellent livre, "The Tragedy of the Euro", dont la traduction française parait ce mois-ci aux éditions de l'Harmattan. La version originale de l'article qui suit a été publiée sur le site du Mises Institute.

Bien des politiques et des commentateurs, comme Paul Krugman, prétendent que l'austérité budgétaire est aujourd'hui le problème de l'Europe, c'est à dire que les dépenses publiques y seraient insuffisantes. 

Lire la suite...

vendredi 4 janvier 2013

Le débat sur l'austérité budgétaire : mythes et réalités - l'exemple anglais

Russ Roberts Selon les médias, l'état actuel de l'économie britannique apporterait la preuve définitive de l'échec inévitable des politiques d'austérité budgétaire. Sur le site Café Hayek, l'économiste américain Russ Roberts nous dit ce qu'il faut précisément penser de ce genre de démonstration.

Comme tout le monde à l'école, j'ai appris que ce sont Roosevelt et son New Deal qui ont sorti l'économie américaine des affres de la Grande Dépression. Comme tout le monde, je savais que c'est Keynes qui avait raison. Il n'y avait qu'à regarder ce qui s'est passé après que Roosevelt ait mis en œuvre son programme : la Grande Dépression s'est arrêtée.

Finalement, toute cette histoire était fausse.

Lire la suite...