Mot-clé - Agriculture

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 4 novembre 2015

Histoire d'un gouvernement qui ne pouvait pas dire non (...à la manière de Bastiat)

Arnaud Deseau est actuellement étudiant en seconde année de Master en sciences économique à l'Université catholique de Louvain (Belgique). Il nous propose un essai de fable économique "à la Bastiat" qui lui a été inspirée par l'actualité économique, en particulier la crise de la filière porcine.

Dans le pays de Monocéphalie, la tradition veut que dès qu'une chose se passe mal, on se tourne vers le gouvernement de ce pays. Non pas que l'on ne sait régler ses problèmes soi-même ; mais il faut dire que l'appareil d’État de ce pays est si développé, si faste, que l'on se plaît à y recourir, tant il rappelle les grandeurs passées du temps où la Monocéphalie s'étendait par delà les mers et les océans.

Les Monocéphaliens sont un peuple fier – borné – et ils ne sauraient déroger aux traditions de leur pays, d'où qu'elles viennent – et ce même si la mémoire humaine à perdu le pourquoi du comment ainsi que le bien fondé de certaines coutumes.

Il n'y a pas tradition plus partagée et plus usée que celle qui veut que chaque Monocéphalien, lorsqu'il a du souci, se présente à Monocéphalia – la capitale – pour réclamer une aide ou un soutien. Cette coutume est même, disent certains, le ciment, le liant de la nation Monocéphalienne, tant elle rapproche tous les citoyens de leur État à tout moment de leur vie.

Lire la suite

vendredi 13 avril 2012

Les écologistes sont-ils sincères ou ignorants ? Les 12 mythes du politiquement correct

Max FalqueLa question mérite d’être posée au moment où cette idéologie entend se présenter comme une nouvelle religion mêlant paganisme, socialisme et malthusianisme.

Nous pensons qu’il est bon de mettre à la disposition du lecteur francophone le résumé d’un récent et décapant ouvrage : "Little Green Lies - An Expose of Twelve Environmental Myths" du Professeur australien Jeff Bennett.

Chaque « Petit mensonge » y fait l’objet d’un chapitre présentant les douze lieux communs et croyances et leurs réfutations

Lire la suite

mercredi 22 juin 2011

Le problème de l'eau : sécheresse ou indigence institutionnelle ?

Max FalqueLa loi sur l’eau de 1992, en faisant de la ressource en eau un « patrimoine commun de la nation » excluait par principe, voire par idéologie, la définition de droits de propriété, et donc ouvrait la voie à la célèbre tragédie des biens collectifs - ou, plus exactement, celle du libre accès à une ressource limitée sur laquelle s’exerce une demande croissante.

Lire la suite

mardi 3 mai 2011

L'absurdité des fatwas anti OGM

Dominique GarriguesLes plantes génétiquement modifiées (dites PGM, ou couramment OGM) sont autorisés en agriculture partout dans le Monde ; sauf en Union européenne, nous savons mieux ce qu'il en est !

Plus précisément, la directive les autorise, mais elle prévoit que tout Etat membre de l'Union peut refuser la présence d'un OGM chez lui en activant une "clause de sauvegarde", fondée sur un risque pour l'environnement ou la santé, dûment mis en évidence et documenté…

Lire la suite

mardi 6 juillet 2010

Repenser le développement

Yves MontenayPassionné par la problématique économique des pays en voie de développement, Yves Montenay analyse le dernier livre du professeur Gilbert Etienne "Repenser le développement", publié chez Armand Colin. Trait_html_691a601b.jpg

Gilbert Étienne me fournit depuis bientôt 50 ans les exemples de terrain des pays où je ne suis pas allé, ou pas assez : Chine, Inde, Pakistan, Afghanistan et certains pays d'Afrique subsaharienne.

Lire la suite

dimanche 4 avril 2010

Pour sauver les agriculteurs, libérez l'agriculture !

Me Jean-Philippe FeldmanIl ne saurait y avoir de réforme efficace de l’agriculture sans rétablissement plein et entier du premier des droits de l’homme : le droit de propriété

Bilan mitigé pour le Salon de l’agriculture 2010. Succès populaire comme de coutume, il a été le réceptacle de doléances appuyées de la part des agriculteurs qui ont mis en exergue une importante contraction de leurs revenus l’année dernière

À vrai dire, la situation est plus contrastée car la baisse concerne avant tout les producteurs de céréales, de fruits ou de lait. Il n’en demeure pas moins que la part de marché de la France dans les exportations agricoles et agroalimentaires a chuté de 9 à 5 % entre 1990 et 2008.

Quelles sont les solutions le plus souvent proposées pour remédier à cette préoccupante situation ?

Lire la suite

jeudi 12 novembre 2009

Pollution : une solution de marché pour les nitrates

Dominique GarriguesL’Union européenne met la France sous haute pression pour la question des nitrates dans l’eau, puisqu’elle ne respecte toujours pas la directive du 12 décembre 1991.

Nous risquons de fortes amendes. L’aggravation du problème des algues vertes n’améliore pas notre dossier.

De multiples actions sont en cours pour redresser la situation, tout particulièrement du côté des exploitants agricoles de Bretagne, qui ont pris la bonne mesure des enjeux.

Pourtant, il existe une technique qui a fait ses preuves dans d’autres pays et n’a pas encore été essayée chez nous : c’est la « banque du lisier ».

Lire la suite

mardi 20 octobre 2009

Le 23 septembre 2009 : "Ce que la PAC nous rapporte réellement" - séminaire à l'Assemblée nationale

En collaboration avec le Groupe d'économie mondiale de Sciences-Po (Paris), dirigé par le professeur Patrick Messerlin, l'Institut Turgot a organisé à l'Assemblée nationale, le 23 septembre 2009, un séminaire dont l'objet était d'évaluer ce que, en définitive, la politique agricole commune européenne rapportait réellement à l'économie française.

Pierre Boulanger, assistant de recherche au Groupe d'économie mondiale de Sciences-Pô (Paris)Le premier intervenant, Pierre Boulanger, assistant de recherche au groupe d'économie mondiale, a résumé l'ensemble des réformes qui, depuis vingt ans, se sont succédées pour modifier le mode de fonctionnement de la politique agricole commune et les techniques d'attribution des soutiens aux agriculteurs.

Il montre que, contrairement aux intentions politiques initiales, ces politiques n'ont guère réussi à modifier l'inégalité de la distribution des revenus au sein de cette profession, puisque 16 pour cent des exploitants continuent de se partager la moitié des aides. De ce point de vue, la PAC est clairement un échec.

Lire la suite