Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Actionnaires

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 19 avril 2013

Chypre : vers l'agonie du système de banque à réserves fractionnaires ?

Salerno.jpgRétrospectivement, il se pourrait que la crise de Chypre apparaisse un jour comme l'un des tournants décisifs de l'histoire monétaire contemporaine. Tel est ce que suggère Joseph T. Salerno, l'un des principaux animateurs du Mises Institute à Auburn (Alabama), dans un article traduit du Mises blog.

En complément, nous vous proposons également quelques paragraphes extraits d'un blog britannique où l'auteur, Frances Coppola, attire à juste titre l'attention sur la manière dont l'accord de Chypre a toutes chances d'intensifier encore davantage la crise de la zone euro.

Lire la suite...

jeudi 28 mars 2013

Chypre II : enfin sur la voie d'une gestion intelligente des crises bancaires en Europe ?

J’ai vertement critiqué le plan initialement prévu par l’Eurogroupe, la BCE et le FMI pour “venir en aide à Chypre”. Ce plan, scandaleux et imposé par diktat, a été fort justement refusé par le parlement chypriote, forçant les protagonistes à une renégociation. 

Et très franchement, celle ci a été très bénéfique. Vous m’avez rarement vu positif sur les agissements de l’UE ces dernières années, alors pour une fois que les choses évoluent vraiment dans le bon sens, disons le tout net: le plan numéro 2 est bien meilleur que le plan 1. Cependant, il n’est pas parfait, et surtout, l’improvisation de son accouchement rend ses résultats incertains. 

Lire la suite...

mercredi 27 juin 2012

Entreprises : à quoi correspondent les grosses rémunérations des PDG ?

L'une des premières décisions du gouvernement socialiste a été d'annoncer le plafonnement des salaires des PDG des entreprises du secteur public. Cette initiative a incité Bertrand Lemennicier à actualiser une étude économique sur la rémunération des patrons qu'il avait affiché sur son site en 2008. 

Il explique en détail à quoi correspond le système de rémunération des dirigeants de grandes entreprises. Une bonne (et longue) leçon d'économie sur un sujet très largement méconnu.

La presse française s’est, à l'époque, scandalisée de la rémunération de J.M.Messier (J2M), ex-PDG de Vivendi Universal, qui gagnait des sommes hors du commun au moment même où l’entreprise voyait les cours de ses actions baisser de moitié. Cette rémunération semblait alors totalement déconnectée des performances de l’entreprise.

Lire la suite...

vendredi 29 avril 2011

Les sept péchés capitaux de la prime sur dividendes

Alain Madelin à l'Institut TurgotUne nouvelle fois la France innove… et étonne le monde. Après les 35 heures obligatoires pour tous, voici la prime obligatoire versée aux salariés des entreprises (de plus de 50 salariés) dont les dividendes augmentent.

On a volontiers souligné le caractère « électoral » de cette annonce. Sans doute le moment n’est pas innocent.

Lire la suite...

lundi 25 avril 2011

Sociétés : pourquoi il faut revenir sur la forme "sociale" de la responsabilité limitée

Patrick Madrolle Une grande banque française (1) implantée en Suisse a décidé d'accepter depuis début 2010 des prêts hypothécaires avec seulement 10 % d'apports en fonds propres, alors même que l'expérience et l'usage voudraient que l'on se rapproche de 30 %.

Est-ce bien raisonnable ?

La crise que nous traversons nous éclaire à ce sujet.

Lire la suite...

mardi 17 août 2010

Stock-options : pourquoi il ne faut pas écouter ceux qui veulent en réglementer l'usage

Faut-il encadrer, voire interdire la pratique des options d'achat (stocks options) dans les entreprises ?  

Sous la signature du professeur Richard A.Booth, un article de Regulation (la revue du Cato Institute) explique pourquoi les attaques dont le système des options d'achat fait régulièrement l'objet ne tiennent pas la route. 

En voici plusieurs extraits (traduits par François Guillaumat) qui jettent un éclairage inédit sur cette importante question.

Si les options d’achat d’actions sont la principale forme de rémunération pour les patrons des grandes entreprises, c’est parce que, dans un univers où la plupart des investisseurs détiennent désormais des portefeuilles de placements de plus en plus diversifiés, elles représentent en fait la meilleure manière d'aligner les intérêts des dirigeants sur ceux de leur nouvel actionnariat.

Lire la suite...