La très attendue réédition du célèbre ouvrage de Walter Lippmann, La Cité libre (1937) dans la collection de la Bibliothèque classique de la liberté - avec une belle préface de Fabrice Ribet - , nous a expliqué Alain Laurent, est l’occasion de revenir sur les thèses bien balancées (ni laissez-faire, ni État-providence…) de ce grand penseur américain, associées à l’apparition du premier « néo-libéralisme » lors du colloque…Walter Lippmann qui eut lieu à Paris en août 1938 (Hayek et Mises s’y opposèrent aux « libéraux sociaux »).

.

Et donc de faire le point sur ce qu’il y a de « néo » dans ce néo-libéralisme version Lippmann, comme dans celui que journalistes et politiciens vilipendent de nos jours.