Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sécurité routière : le délire répressif

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur wikio

Le renforcement de la répression routière provoque un fort mécontentement. Il y a tout juste deux ans, voici comment notre ami Vincent Bénard réagissait au précédent train de mesures de 1999. Reprise intégrale de son excellent texte de l'époque.

L'annonce d'un nouvel et énième renforcement des mesures de répression anti-automobilistes, si elle ne saurait étonner, provoquera sans doute lassitude et écoeurement chez nombre de citoyens qui, sans avoir rien à se reprocher, se sentiront un peu plus traités comme la pire espèce de criminels.

De l'importance des élus

Tout d’abord, passons rapidement sur le caractère politicien de telles annonces. Quand un gouvernment ne sait plus quoi faire pour avoir l'air « d'agir » sur la société, il annonce un nouveau plan de « lutte contre l'insécurité routière ». Ça détourne l'attention du chômage, peut être ?

Nous noterons que les ministres et autres édiles qui concoctent de telles machines répressives, souvent en contravention avec les principes les plus élémentaires du droit, se réservent eux mêmes le droit de ne pas les respecter, à l'aide de moult gyrophares, escortes, cocardes signalant un véhicule privilégié, et autres passe-droit. Le magazine Auto-Plus s'est fait une spécialité de flasher ces politiciens inciviques à des vitesses que la morale réprouve, sans parler de moult autres infractions, relevées notamment lors de filatures des principaux candidats à la présidentielle... En général, les fautifs justifient leur attitude par « l'importance de leur fonction ».

Je vais vous dire: vu de moi même, mon épouse, mes enfants, mes parents et mes amis sont bien plus importants que tous les Sarkozy du monde. Et il en ira de même pour quasiment toute autre personne. L'importance est une notion qui est toute relative, et dont l'invocation peut quelque peut choquer un pays où les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit : devrions nous tous disposer de passe-droits du fait de notre « importance » ?

Certes, il y a bien un moyen de caractériser l'importance des gens au sens que les politiques lui donnent : les décisions qu'un Nicolas Sarkozy ou même qu'un maire de bourgade de province peuvent prendre peuvent me causer du tort, alors qu'il y a fort peu de chance que les actions que je puisse entreprendre de moi même aient la moindre conséquence néfaste sur ces gens. Bref, si l'importance se définit en fonction de la « nuisibilité » des individus, pardon pour le néologisme, alors oui, les Ministres et M. Sarkozy sont bien plus importants que moi.

Cela ne leur donne pas pour autant plus de légitimité à transformer nos vies d'automobilistes en enfer permanent, entre l'enclume du permis à point et le marteau des nouvelles taxes carbone ! La propension des politiciens à vouloir « changer nos comportements » à n’importe quel prix, y compris celui de l’établissement de lois qui franchissent chaque jour un peu plus l’espace qui existe entre un droit de la liberté et celui de la servitude, n’est sans doute pas étrangère à la défiance croissante que la population semble nourrir vis-à-vis de toute volonté réformatrice de nos gouvernants.

Confiscation du véhicule : l'horreur législative

Ainsi donc, les véhicules des « chauffards » risquent d'être confisqués. Pas temporairement, non: saisis et revendus aux enchères au bénéfice de l’Etat. A noter que la sanction existe déjà au code de la route, mais que le projet présenté en conseil des ministres prévoit son application automatique, le juge devant « se justifier » s'il décide de ne pas l'appliquer. D'une façon générale, tout ce qui impose au juge une décision « automatique » en dehors de toute capacité de rapporter les faits à un contexte donné ne peut que conduire à des désastres judiciaires. Là encore, je vous invite à fouiner dans les archives de maître Eolas pour approfondir cette question.

Une telle disposition viole, que dis-je bafoue, le principe de l'égalité en droit, ainsi que le droit de propriété, de plusieurs manières.

D'abord, elle introduit une inégalité de la sanction en fonction de l'âge du véhicule et du modèle, autrement dit, en fonction des moyens du contrevenant d'une part, et en fonction du facteur chance qui fait que certains se feront « prendre » au volant d'une voiture neuve, d'autres derrière le volant d'un véhicule de 8 ans. L'égalité dans la sanction suppose que celle ci ne puisse en aucun cas être différente que vous soyez riche ou pauvre d'une part, et d'autre part qu'elle ne dépende pas d'éléments tenant du pur hasard.

Elle introduit en outre une inégalité flagrante entre propriétaires d'un véhicule et locataires. Vous savez quoi ? les formules d’achat en LOA ou en LLD vont connaître un regain de popularité ! Seul problème: ces formules de « possession » d'un véhicule sont accessibles aux acheteurs de véhicule neuf mais peu répandues dans l'occasion. Ceux qui, pour des raisons diverses, ne peuvent accéder à un véhicule neuf seront donc pénalisés. Et comme d'habitude, ce sont les plus modestes...

Il y a pire: la sanction violera, dans de nombreux cas, le droit de propriété de nombreuses personnes innocentes. En effet, nombre de véhicules sont possédés par une famille,  même si la facture d'achat ne porte que le nom d'un de ses membres. De facto (surtout en cas de communauté de biens...), la sanction touchera donc l'auteur des « terrrribles » infractions sanctionnées par les gendarmes, mais aussi son épouse, son fils ainé, et que sais-je encore, en confisquant leur propriété commune. Or, en droit français, jusqu'à nouvel ordre, on ne peut que sanctionner l'auteur d'un fait répréhensible, et pas des personnes qui n'ont rien à voir avec la commission de ces faits.

La confiscation des véhicules des « chauffards » devrait, dans un véritable état de droit, être cassée par un conseil constitutionnel. Le caractère hasardeux des décisions de cet organe me fait craindre que certaines hérésies législatives puissent, hélas, arriver au stade applicable. Wait and see.

Qui sont ces terrrrifiants criminels de la route ?

Loin de moi l'idée de légitimer le droit de rouler ivre mort à 180 km/h en ville après avoir sniffé un rail de coke. Mais admettons que, hormis certains samedis soir près de certaines boites de nuit, ce type de comportement est rare.

Le projet de loi prévoit la confiscation quasi automatique du véhicule de ceux qui roulent sans permis. Le phénomène de la conduite sans permis s'est considérablement développé depuis que le permis à point est en application.

Pourquoi de plus en plus d'automobilistes conduisent ils sans permis malgré les risques qu'ils encourent  ? Parce que pour bien des gens, ne plus pouvoir conduire signe leur arrêt de mort économique et sociale. Alors une fois le permis perdu, bien des personnes concernées continuent de conduire. Sans doute sont elles d'ailleurs beaucoup plus attentives à ne pas commettre la moindre infraction – Après tout, la baisse de l’accidentologie routière se poursuit alors que le phénomène de la conduite sans permis augmente : voilà qui devrait faire réfléchir différemment nos décideurs ! D'autre part, la fréquence des contrôles est telle que le risque d'être pris est estimé raisonnablement faible par les gens concernés.

La route est elle plus dangereuse pour autant ? Bien sûr que non. Selon certaines données non officielles, 95% des gens qui ont perdu des points ces dernières années avaient un bonus d'assurance maximal en fonction de leur âge, alors que plus de 70% des personnes ayant été responsables d'un accident entrainant une déclaration d'assurance avaient tous leurs points ! En outre, malgré l'explosion du nombre de conducteurs sans permis, la route devient chaque année un peu plus sûre, comme elle le fait régulièrement depuis les années 70 : rapporté au nombre de kilomètres parcourus, la mortalité effective a été divisée par 10. Le permis à point est il, dans ces conditions, un élément de sécurisation de la route ? Rien n'est moins sûr...

Le fait est que sans doute plus de 95% des gens qui perdent temporairement ou définitivement leur permis de conduire ne sont en rien des criminels de la route. Ce sont des gens qui ont accumulé des séries de petites infractions sans conséquence, un stop mal marqué par ci, un excès de 20km/h par là... Faut-il condamner ces personnes à des sanctions qui risquent de nuire gravement à leurs conditions d'existence et à celles de leurs familles ? A l'évidence, non.

La menace de confiscation des véhicules se traduira par un plus grand recours à l'achat d'épaves coûtant moins d'un mois de salaire, et par une augmentation drastique de la part de marché de la LOA dans l'achat automobile. Elle ne réduira en rien l'incitation des personnes à conduire sans permis, et elle ne rendra pas la route plus sûre qu'elle ne l'aurait été sans cela. Ce n'est qu'une mesure vexatoire de plus.

Les coûts cachés de l'hyper répression routière

Pour arriver à réduire la proportion de personnes conduisant sans permis, il faudrait que l'état mette en place un véritable arsenal répressif nécessitant des moyens de contrôle au moins triplés au bord des routes, de façon à ce que le risque d’être pris devienne réellement dissuasif. Or, nous avons vu que la diminution de l'insécurité routière qui en résulterait serait sans doute marginale. Les moyens mis pour chasser ces dangereux pères de famille cherchant simplement à pouvoir continuer à travailler ne rapporteraient donc qu'un retour sur investissement faible. Mais ils manqueraient gravement à la résolution d'un problème autrement plus grave et totalement traité par dessous la jambe par l'appareil juridico-policier depuis 40 ans: l'explosion de la délinquance crapuleuse, et notamment des violences faites aux personnes.

Selon l'INSEE, entre 1973 et 2003 (voir cet ancien post), non seulement les actes de violence volontaire sur personnes ont été multipliés par 4 officiellement, mais encore le taux de report de ces actes de violence ont ils baissé, nombre de victimes n'osant plus porter plainte, d'une part par peur des représailles, d'autre part parce que le taux d'élucidation de ces violence est tombé à des niveaux indignes d'un pays civilisé (moins de 16%). L’augmentation de la violence crapuleuse sur les personnes a donc été certainement plus importante que ce que les chiffres révèlent, et ce sont donc nettement plus de 400 000 de ces actes, nombre officiel, qui sont commis chaque année, dans une atmosphère de relative impunité pour les agresseurs.

Il est plus facile de chasser l'automobiliste désemparé par les conséquences de la répression à tout crin dont il fait l'objet que d'aller traquer le voyou qui fournit les bandes des cités en Kalashnikov, et de rechercher toutes les petites frappes qui tabassent les mères de familles ou les adolescents bien habillés pour leur piquer un portable. Pourtant, laquelle de ces violences est elle socialement la plus nocive ?

On me rétorquera que la route fait bien plus de morts que la délinquance. Exact. Malgré tout, le nombre de morts rapportés au nombre de kilomètres parcourus et au nombre de voyages entrepris est en chute libre (*). De plus, ce risque est perçu par la population comme totalement diffus, évitable avec un peu de prudence, et emprunt d'une certaine fatalité. En aucun cas, nous ne risquons de modifier nos comportements économiques (sorties, vacances, autres déplacements) et sociaux du fait de ce risque. Alors qu'un risque important de se faire agresser dans la rue ou dans nos merveilleux transports en commun dans lesquels nos politicards voudraient que nous nous entassions sans jamais les emprunter eux mêmes, est un facteur important de dégradation de la qualité de vie, qui nous oblige à modifier bien des comportements autrefois naturels pour nous protéger, sans parler des coûts induits par ces mesures d’auto-protection. La délinquance fait peur, la route pas.

Répression, répression !

Certains me répondront que la répression routière a permis de diviser par trois la mortalité routière, et que le manque de répression de la « vraie » délinquance ne doit pas servir de prétexte pour relâcher la pression sur les comportements accidentogènes.

Seul problème avec cette affirmation, il est impossible de savoir dans quelle proportion la répression des infractions routières a contribué à la baisse du nombre d'accidents. Sans doute un peu, mais sans doute pas plus que d'autres facteurs ô combien importants qui n'ont rien à voir avec la répression routière.

Les facteurs qui peuvent avoir contribué de façon importante à l'amélioration de la sécurité routière (trois fois moins de morts pour plus de trois fois plus de kilomètres parcourus en trente ans) sont, pêle-mêle : - l'amélioration  continue du réseau routier: expansion des routes à 2X2 voies à carrefours dénivelés, au risque mortel 5 fois moins élevé que les routes bidirectionnelles de campagne, alors que la vitesse pratiquée y est la plus élevée, amélioration de nombreux carrefours (le bilan sécurité des giratoires est de ce point de vue éloquent), … - amélioration des dispositifs de sécurité active et passive des véhicules: tenue de route, habitacles renforcés, antiblocages divers... - amélioration du confort des automobiles, incitant à une conduite plus souple. - progrès de la médecine ayant transformé un certain nombre de tués en blessés graves.

La répression routière a sans aucun doute eu des effets bénéfiques par rapport à certains comportements véritablement dangereux tels que l'alcool au volant. En revanche, la répression de la vitesse per se semble atteindre ses limites.

D'ailleurs, dans des documents officiels(*), la sécurité routière elle même reconnaît que "si le respect des vitesses autorisées" était intégral, le nombre de vie sauvées serait de 900 par an. Sans même évoquer les biais que comporte ce type de calcul, notons que cela ne représente qu'un tué sur 5: Il y a donc reconnaissance implicite que le potentiel d'amélioration de la sécurité routière lié au respect des limitations en vigueur atteint ses limites.

Ces 900 vies ne valent elles pas un effort supplémentaire ?

Je sais que certaines personnes voudraient que l'on considère que la vie n'a pas de prix et que 100, 900 ou 4500 vies sauvées chaque année mériteraient largement quelques menus renoncements à notre liberté individuelle de circulation.

Mais à partir du moment où nous vivons dans un monde de ressources rares, nous sommes bien obligés de mettre en regard le coût des mesures mises en place pour sauver ces vies, avec leur bénéfice.

Une vie prise par un accident de la route est estimée à 1,267 millions d'euros pour la société (valeur 2007). Bien plus que le coût direct de l'accident (police, secours, hospitalisation, exploitation de la route), ce chiffre prend en compte la production de richesse que la personne décédée aurait accompli si elle avait pu atteindre l'âge de la retraite. Compte tenu de l'âge moyen (jeune) des morts sur la route, l'on aboutit à un chiffre assez élevé.

Sauver 4500 vies « rapporterait » donc à la société environ 5.5 milliards d'euros par an. Si l’on prend en compte le coût des blessés graves (coût unitaire moins élevé mais plus nombreux), il faut ajouter 5 autres milliards à ce chiffre. Soit environ 11 milliards au total. Il s’agit de surcroît de coûts en majorité non directement perceptibles, que Frédéric Bastiat aurait rangé dans la catégorie de ceux que l’on ne voit pas.

Il suffirait donc de limiter la vitesse sur nos routes à 30 km/heures, et à mettre un policier tous les 10 km, ou mieux, un mouchard automatique dans chaque véhicule, pour faire respecter cette limitation, qui sans aucun doute ramènerait la mortalité routière à un niveau négligeable, pour amener à la société un gain brut de 11 milliards. Pourquoi ne le faisons nous pas ? Parce que nous sentons bien que les coûts sociaux d'une telle mesure pour l'ensemble des familles comportant au moins une personne utilisant régulièrement un véhicule personnel serait bien plus élevé : impossibilité de travailler loin de chez soi, de nouer des relations sociales non virtuelles hors d'un petit périmètre, etc... La perte, tant en niveau de vie réel, qu'en qualité de vie perçue, excèderait largement les 11 milliards précédemment calculés. Nous acceptons un certain niveau de risque de mortalité routière parce que les bénéfices que nous tirons de la mobilité ainsi obtenue sont infiniment plus importants.

Il est à noter que je n’ai pas pu trouver de données suffisantes sur les trafics routiers en France pour estimer le bénéfice global que la société retirait de la conduite automobile, exercice O Combien difficile s’il en est. L’économiste Thomas F. Hogarthy s’y est essayé pour les USA, dont la population est 5 fois plus élevée que la notre, en 1998, sur la base de chiffres de 1995. Son calcul prend en compte divers modes de déplacement automobile (taxi, location avec chauffeur, sans chauffeur, véhicule personnel…), le nombre de kilomètres parcouru par chaque mode, et le coût moyen des déplacements par chaque mode, pour estimer une fourchette basse extrêmement conservatrice du bénéfice que la société américaine retire de l’automobilité, en considérant que tout individu n’entreprend un déplacement que si les avantages que ce déplacement occasionne en justifient les coûts. Il aboutit à un gain annuel minimal de 6,9 mille milliards de dollars pour la société américaine, en 1995(**). Wendell Cox ramène ce chiffre, en corrigeant certaines approximations, à 4,2 milliers de milliards. Rapporté à la différence de population et de PIB/h, cela nous donnerait, pour la France, un bénéfice minimal de l’automobilité d’environ 550 milliards d’Euros à la même époque (selon le taux de change ajusté en parité de pouvoir d'achat calculé par l'OCDE). En supposant que ce bénéfice soit à peu près indexé sur l'inflation (une approximation sûrement assez correcte), nous arrivons à un total de 720 milliards d'euros. Naturellement, ce n’est qu’un ordre de grandeur. Mais il induit que les bénéfices de l'automobilité représentent tout de même environ 40% de notre PIB. Cela paraît logique: faites le compte de tout ce qui serait inenvisageable sans la possibilité de déplacer hommes et marchandises de façon convenable !

L’on comprend donc que le coût du risque corporel et mortel lié à l’automobile, 11 milliards, soit jugé très acceptable par rapport aux bénéfices de l’auto-mobilité. A contrario, on saisit mieux l'importance, pour les personnes privées de permis, de continuer tout de même à conduire.


Pourquoi les gens roulent « vite » ?

Les gens tendent à rouler « aussi vite qu'ils peuvent », toutes contraintes confondues (état de la route, météo, trafic, capacité du véhicule, peur plus ou moins grande du gendarme), parce que lorsqu'ils se rendent d'un point A à un point B, le temps passé à l'activité A ou à l'activité B a une certaine valeur, mais le temps passé à joindre ces deux activités est un pur coût. S'il existait un nouveau moyen de se téléporter instantanément d'un point A à un point B sans avoir à employer un véhicule, nul doute que nous serions prêts à l'utiliser, même s'il se révélait plus onéreux que l'automobile, dans une marge raisonnable. Même si les constructeurs nous vendent du plaisir de conduire, même s'ils déploient des efforts considérables pour nous rendre nos kilomètres toujours plus agréables, la réalité est là: peu de gens conduisent pour la conduite elle même, mais parce que ce qu'ils font avant et après l'acte de conduite a une valeur plus importante pour eux que les coûts, financiers et d'opportunité, associés à la conduite elle même.

Les pouvoirs publics rendraient un bien plus grand service à la sécurité routière en développant (ou en faisant développer par le privé) et en renforçant le réseau de voies à caractéristiques autoroutières, permettant à la fois de satisfaire le désir de réduction des temps de parcours et d'améliorer considérablement le bilan de sécurité routière, ou en lançant un grand programme de suppression de carrefours dangereux par des giratoires ou tout autre moyen approprié, qu'en consacrant les mêmes ressources à la traque des conducteurs du dimanche sans accident mais à qui la malchance à fait perdre les précieux points de leur permis.

Comportements illégaux et comportements dangereux

Tel est le problème de la sécurité routière par elle même : la politique actuelle sanctionne bien des comportements qui sont plus illégaux que dangereux.

Certes, avoir un accident à 110 km/heure rendra probablement cet accident plus grave que s'il s'était produit à 90km/h, personne ne le conteste. Mais le fait est que la plupart des PV pour petits excès de vitesse sanctionnent une probabilité d'accident seulement légèrement augmentée par rapport à une conduite à la limite des vitesses légales.

Pourtant, contrairement à certains, je n'adhère pas au discours qui consiste à dire que tant qu'une personne ne provoque pas d'accident, elle est libre de conduire à 180 km/h ivre morte. En l'absence de toute dissuasion de ces comportements à l'évidence fortement accidentogènes, nous verrions une dégradation forte de la sécurité routière non seulement de ces personnes peu sensibles au risque qu'elles courent, mais surtout de personnes prudentes qui risqueraient bien plus qu'avant d'être des victimes parfaitement innocentes de l'imprudence des autres. Nous n'avons pas envie de jouer à la roulette russe chaque fois que nous prenons le volant, il est normal que le législateur fixe des limites préventives et essaie de raisonnablement les faire respecter.

Ajoutons que les pouvoirs publics, sous la supervision des représentants élus du peuple propriétaire effectif des routes, sont parfaitement légitimes à en fixer les règles d'utilisation. Se pose donc le problème de la limite, bien connue de tous les juristes. Rouler à 180 km/h en ville est indubitablement dangereux. Rouler à 51 km/h ou à 71 sur les voies sur berge de Paris l'est sans doute bien moins. Entre les deux, le législateur doit prendre ses responsabilités et fixer une limite qui sera forcément arbitraire, et moduler les sanctions en fonction de la gravité de la limite franchie. Pas de problème sur le principe.

En revanche, du principe à l'application, il y aurait beaucoup à redire. Toutes les limitations sont elles adaptées au niveau de sécurité des véhicules actuels ou aux qualités de la voie empruntée ? Les lieux où les contrôles sont opérés sont ils représentatifs du risque accidentogène ?

Confier le permis et son retrait aux assureurs ?

j'ai par le passé déjà écrit que le permis de conduire ne devrait pas être délivré par un examen auprès d'un fonctionnaire d'état, dont la pénurie semble sciemment organisée depuis une quinzaine d'années, et laissé à l'appréciation d'un assureur qui devra mettre en équation son désir d'encaisser une prime d'assurance et celle de ne pas avoir à régler de sinistres trop importants.  Pour ce faire, il devrait juger de la qualité de la formation initiale reçue par un jeune conducteur en se basant sur les statistiques d'accidents des personnes ayant appris avec la même autoécole, en pondérant éventuellement la prime en fonction de l'usage (ou non) de la conduite accompagnée, du sexe (les hommes ont 3,1 fois plus de chance de mourir au volant ou de faire mourir quelqu'un d'autre, que nos compagnes... nos hormones !), etc.

Le même raisonnement pourrait être tenu pendant toute la vie du permis. L'important est que personne ne puisse prendre le volant s'il ne trouve personne pour l'assurer. Il convient donc que les infractions graves (alcoolémie élevée, grands excès de vitesse) puissent faire l'objet d'une communication aux assureurs, et que ceux ci décident, en fonction du profil de risque de la personne, s'ils lui appliquent une surprime, ou refusent carrément de l'assurer. Dans ce dernier cas, elles ne délivreraient pas de carte verte, synonyme de permis.  En fusionnant permis et certificat d'assurance, nous effectuerions un très grand progrès tant en terme de responsabilisation des conducteurs, qu'en terme de lutte contre l'arbitraire.

Ainsi, la répression de la conduite sans permis ne concernerait sans doute plus des pères de famille un peu trop distraits face aux panneaux de radar automatique collectionnant les petites « prunes » inférieures à 20km/h, mais de véritables dangers publics que les assureurs ne voudraient en aucun cas avoir en portefeuille, même contre une forte prime.

Conclusion

Il y aurait encore beaucoup à écrire sur le sujet: limitations de vitesse « politiques » et inadaptées aux conditions de trafic et à l'environnement routier, contrôles en ligne droite à des endroits où aucun accident ne se produit jamais, progrès techniques futurs qui pourraient permettre de réduire l'accidentologie tout en relâchant l'étreint répressive de tous les gendarmes du monde.

En attendant, nous devons nous attendre à une intensification de la répression envers les automobilistes. Nos édiles, qu'ils soient élus ou nommés, sont tellement effrayés du mauvais usage que nous pourrions faire de notre liberté qu'ils estiment indispensable de la restreindre, y compris par une quasi militarisation des moyens de la lutte contre nos mauvais comportements supposés.

Est-ce vraiment cette société que nous voulons ? Une société où, sous prétexte de faire notre bien, des « élus » prompts à s'exonérer eux mêmes des contraintes qu'ils nous infligent se livreraient à une agression perpétuelle contre nos libertés, notre libre arbitre, et nos droits élémentaires ? Sans y prendre garde, nous nous apercevrons un jour que malgré notre capacité de voter pour de multiples candidats aux élections, nos libertés réelles se rapprocheront de zéro, au nom de l'idéologie sécuritaire et hygiéniste ambiante. M. Hayek, revenez parmi nous, ils sont en train de devenir fous !

Nos dirigeants devraient prendre garde à la forme que prendra la réaction des masses le jour où l'agression quelles subiront sera tellement vive qu'elles sortiront enfin de leur léthargie actuelle. Ils devraient se rappeler à tout instant qu'ils sont élus pour créer un cadre favorable à la satisfaction de nos aspirations, et non pour nous abrutir de mesures chaque jour un peu plus tyranniques.

--------------
(*) Annexes : Données d'accidentologie commentées - (PDF de synthèse
(**) T.F. Hogarthy, Benefits of road and travel transport, 1998, cité par Joel Schwarz in « 21st century Highways », éditions Heritage Foundation, 2005

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur wikio

Comment

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur wikio

Commentaires

1. Le jeudi 19 mai 2011, 10:59 par Lio

La répression a une efficacité limitée. Au delà d'un cetain seuil, plus d'effet. Il n'y a qu'à voir le nombre de crimes commis aux Etats-Unis malgré la peine mort! A-t-on atteint ou dépassé ce seuil en france en matière de répression routière? Je le crois, ou en tout cas on en est pas loin! Le dernier stade : interdire à tout véhicule de circuler. Il n'y aura plus d'accidents mais tout le monde y perdra sur nombre de plans. Les dommages collatéraux de cette politique sont importants. On pénalise 40 millions d'automobilistes pour un résultat somme toute bien maigre alors qu'il y a des solutions techniques qui pourraient avoir les mêmes effets mais qui rapporteraient moins à l'Etat.

2. Le jeudi 19 mai 2011, 11:56 par Pascale

Vou sparlez de mesures vexatoires, à juste titre. Pour ma part, je parle de brimades. Dès que nous prenons le volant nous sommes potentiellement des criminels. Voir certains partisans de la répression assimiler le permis de conduire à un "permis de tuer", rien de moins.

Nous avons dans cette répression l'exemple typique de la collusion entre l'État et les lobbies. En effet, ces mesures étant tellement impopulaires, et étant un véritable repoussoir à voix électorales que je me suis posée la question de "pourquoi tant de répression (et de persécutions) qui vont faire automatiquement faire perdre des voix" ? Quand l'on sait le marché énorme que représente les radars et les sommes considérables qui sont engagées dans la recherche de moyens toujours plus sophistiqués pour piéger le conducteur lambda, on ne peut s'empêcher de se poser la question des "négociations" entre l'État (ou ses représentants) et les fabricants de radars.

De plus, Il y a une véritable escroquerie gouvernementale. Au lieu de calculer sur un chiffre absolu (comme 4.000 morts) il faudrait calculer sur un chiffre relatif. En effet, l'automobiliste se fait avoir dans toute la largeur. Il est en effet IMPOSSIBLE de faire baisser ce nombre ABSOLU (4.000) lorsque l'on sait que le trafic augmente sans cesse et que le nombre de véhicules en circulation augmente sans cesse lui aussi. Si le gouvernement était honnête avec les automobilistes, il calculerait et présenterait un chiffre RELATIF, c'est à dire un pourcentage : quel est le nombre de tués par rapport aux nombres de conducteurs (ou de véhicules en circulation)

3. Le jeudi 19 mai 2011, 17:12 par DM

Une donnée statistique essentielle n'est jamais communiquée - en 2009 : 225 tués sur les autoroutes mais 4048 tués hors autoroutes !
Pourquoi tant de radars sur les autoroutes ?

http://www.unionroutiere.fr/faits-e...

4. Le vendredi 20 mai 2011, 00:29 par pago4

Le peuple a le droit (voire l'obligation) de résister quand le pouvoir dépasse les limites qui lui sont assignées par sa fonction. John Locke.
Il y a quelques pékins qui ont défilés par ci par la, mais le pouvoir politique ne cèdera pas. Il ne capitule que lorsque ses agents organisent avec le concours des syndicats de grandes manifestations et des grèves qui paralysent les transports.
C'est une limite de l'individualisme méthodologique. Comment se défendre pour contrer les législations arbitraires et liberticides des hommes de l'état ?
La mise en application des idées d'Hayek dans la route de la servitude ne sont pas à l'ordre du jour, ce qui veut dire selon moi que nous sommes en train d'échouer lamentablement pour le moment face au pouvoir tyrannique des ennemis de la liberté, alors que nous disposons d'atouts plus que maîtres au plan théorique.

5. Le lundi 23 mai 2011, 18:47 par Philippe Jaunet

Le libéralisme est une philosophie de la liberté, fondée sur un concept fort : la responsabilité individuelle. Le libéralisme ne signifie pas que nous ayons la faculté d’agir comme bon nous semble, sans nous préoccuper des autres. Voilà ce que semblent oublier ceux qui critiquent la police lorsqu’elle verbalise des chauffards.

En effet, si l’automobiliste causant un accident de la route était seul à succomber, l’Etat n’interviendrait pas pour réglementer ce comportement ; s’il en va autrement, c’est uniquement parce que l’automobiliste qui ne respecte pas le code de la route met en danger la vie d’autrui (piétons, autre automobilistes…).

Quelle réponse apporte l’Etat à ce fléau ?

L’instauration du permis à points permet de responsabiliser les automobilistes, chaque infraction ayant une conséquence concrète – la perte du permis, ce qui va bien plus loin que le fait de payer une amende. De plus, il ne faut pas négliger le fait que le système, loin d’être « répressif » et « sécuritaire », connaît plusieurs aménagements, comme la possibilité de recouvrer ses points au bout d’un certain laps de temps sans commettre d’infractions. Enfin – preuve de ce que le système actuel respecte les garanties d’un Etat de droit – l’automobiliste a toujours la possibilité de saisir les tribunaux s’il estime que l’administration a porté atteinte à ses droits. Ces voies de droit sont loin d’être inefficaces…

A mon humble avis, il est étonnant d’entendre des libéraux contester l’Etat, lorsqu’il est dans son rôle – assurer la police – et non quand l’Etat transgresse les règles établies, pour investir des domaines où son intervention est non seulement inutile, mais contre-productive.

N'ya-t-il donc pas d'autres domaines où l'Etat doit être critiqué, et où les libéraux devraient se faire entendre ?

6. Le lundi 23 mai 2011, 18:54 par Philippe Jaunet

@ pago : Locke a, certes, évoqué l'existence d'un droit à la résistance contre les lois injustes. Mais il n'a jamais justifié le recours à la violence, et était horrifié par le simple fait qu'un particulier puisse s'ériger en juge de la justesse des lois... Un tel système, certes beau sur le plan de la théorie, est impossible à mettre en oeuvre en pratique (ou alors on appelle ca : l'anarchie).

Vous dites aussi : "La mise en application des idées d'Hayek dans la route de la servitude ne sont pas à l'ordre du jour, ce qui veut dire selon moi que nous sommes en train d'échouer lamentablement pour le moment face au pouvoir tyrannique des ennemis de la liberté".

Oui et non.

Hayek, comme les libéraux classiques, était un constitutionnaliste, qui voulait que le pouvoir de l'Etat soit juridiquement encadré.
Contrairement à ce que vous semblez croire, l'Etat - du moins en Occident - ne peut plus faire ce qu'il veut, mais, je vous l'accorde, il reste des zones d'ombre. Le tout est de perpétuer l'oeuvre de Hayek en agissant - et pas en vitupérant quotidiennement la politique..
J'écrirais prochainement sur le sujet, naturellement si M. Lepage a la courtoisie de publier ce que je lui soumattrais.

7. Le lundi 23 mai 2011, 19:59 par pago

@Philippe Jaunet
Il n'est pas question d'avoir recours à la violence de quelque façon que ce soit puisque le fil conducteur des anarchistes de marché est le sacro saint axiome de non agression.
Je partage donc votre position lorsque vous dites que l'état intervient légitimement dans le cadre de la verbalisation d'un chauffard, puisqu'il est virtuellement dangereux pour les autres (même si j'aurais préféré une police privée). En revanche, pourquoi verbaliser un motard sans casque, ou bien un conducteur sans ceinture de sécurité ? Même si je n'adopte pas ces attitudes, j'accepte volontiers la libre disposition de chacun quand à son équipement de sécurité personnel.
Par ailleurs, ce qui est choquant dans cette affaire, c'est aussi que certains prefets ont déjà pris des dispositions alors que le texte n'est pas encore voté, et qu'un nombre non négligeable de députés de la majorité demande au premier sinistre de revoir la copie de son grouillot. Cela dit, je ne me fais pas d'illusion sur la volonté de ces dignes représentants du peuple quand au respect du fonctionnement de la démocratie et des libertés individuelles, affolés qu'il sont par la prochaine déroute électorale.
Enfin, les moyens d'agir mis à disposition par les institutions pour faire respecter le Droit me semblent dérisoire au regard des grands coups de hache aux libertés civiles et économiques. Ce sont les raisons pour lesquelles certains cherchent à ignorer l'état, omniprésent, omnipotent, liberticide.

8. Le mardi 24 mai 2011, 08:06 par Philippe Jaunet

@ pago : je suis bien d’accord avec vous pour les infractions ne présentant que des risques « individuels » comme l’absence de port de ceinture de sécurité, ici c’est l’Etat « providence » qui cherche à vous dire ce qu’il faut faire, ce qui excède largement sa fonction de police.
Pour autant, le sujet initial est quand même les radars et la perte de points… et les infractions qui font perdre 3, 4 points sont de grosses infractions, comme l’alcool au volant.
Ce qui me fait donc tiquer, puisqu'il est question de « répression », terme suffisamment violent, et qui doit être choisi à bon escient.
La véritable « répression », si vous voulez mon avis, se situe dans la gestion calamiteuse de nos finances publiques et de la monnaie depuis cinquante ans, puisque l’on est arrivé à une situation où l’homme qui a longtemps épargné pour ses enfants voit son patrimoine fondre comme neige au soleil, en raison d’une inflation exponentielle générée par des hauts fonctionnaires qui font marcher la planche à billets à tour de bras, sans se soucier que leur « générosité », loin de relancer l’économie, l’achève plutôt.

Vous dites aussi : « les moyens d'agir mis à disposition par les institutions pour faire respecter le Droit me semblent dérisoire au regard des grands coups de hache aux libertés civiles et économiques. » Là, vous me semblez plus vous inscrire dans la veine de Lysander Spooner, pour qui la constitution est un marché de dupes, que dans la tradition libérale garantiste (Madison, Constant...). J’espère donc pouvoir vous faire changer d’avis prochainement !

9. Le mardi 24 mai 2011, 11:47 par pago

@Philippe Jaunet
C'est exactement cela cher Monsieur. Ce qui nous ramène d'ailleurs à nos derniers échanges à propos des articles constitutionnels concernant le déficit et la dette de l'état. Je n'accorde aucun crédit au regard de l'expérience récente et passée à la signature des hommes de l'état ; et peu importe qu'il s'agisse de législation, de traité, de pacte ou bien de constitution.
Henri Lepage propose la privatisation des services de l'état comme échappatoire à la situation actuelle. Je préfère le point de vue de Pascal Salin dans son ouvrage "le libéralisme" qui consiste à une dérèglementation. De ce fait les hommes de l'état ne peuvent plus tirer les ficelles en arrière plan, même dans le cadre des privatisations ou un capitalisme de connivence peut encore exister. Cela dit, j'attends avec impatience vos arguments inspirés des grands maîtres du libéralisme classique.

10. Le mercredi 25 mai 2011, 02:29 par pago

@Philippe Jaunet
Cher monsieur, je ne voudrais pas être pesant, mais en cliquant sur le lien ci dessous vous trouverez Les deux dames du ps tout sourire alors qu'il y a deux ans à peine, elles s'insultaient par lieutenants interposés, la cruche du poitou menaçant de traîner la fille delors devant les tribunaux, pour avoir truquer les elections interne du ps. Comment faire confiance à ces gens la ??? Comment leur accorder le moindre crédit ????? http://lci.tf1.fr/politique/aubry-e...

11. Le mercredi 25 mai 2011, 20:22 par Philippe Jaunet

@pago : attention de ne pas confondre les politiciens, et le système politique. Dans un système politique qui fonctionne, les policitiens peuvent être des cruches et / ou des hypocrites, des contre-pouvoirs existent pour limiter leur excès. Dans un système dépourvu de tels contre-pouvoirs, oui, il y a de quoi être inquiet. Et comme en France, la tradition jacobine demeure forte...

12. Le mardi 31 mai 2011, 18:42 par jesuslemusulman

si ils veulent enlever les panneaux qui previennet les radars , enlevont nos plaques d'immatriculation

13. Le lundi 6 juin 2011, 22:09 par bb

Ces radars sont une honteuse machine à fric. Si l'on baisse la vitesse-----> 30 km/h, l'on aura les yeux rivés sur le compteur; de +, l'attention se relâchera ----> remède pire que le mal. Ce qu'il faut dire: si vous allez moins vite, vous dépenserez moins de carburant, donc vous paierez moins de taxes à l'achat ----> VOUS PAIEREZ MOINS D'IMPOTS. C'est la seule façon honnête de faire baisser la vitesse. Le gouvernement se garde bien de le dire. BB

14. Le mardi 7 juin 2011, 13:19 par gentil33

je vous suggère de lie mon site https://sites.google.com/site/citoy...

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.