Que dire d'ailleurs de la taille de celui-ci mesuré sans cesse jusqu'à ce que celle du cerveau d'Einstein (plus petit que la moyenne) tourna cette science (qui donna l'eugénisme, l'un des moteurs du nazisme) en ridicule.

Sauf que nous en sommes là, dans un vaste recyclage (post marxiste et crypto-religieux) de l'ignorance la plus superbe et méprisante, écartant d'un revers de main les objections de centaines d'autres scientifiques évidemment écartés parce qu'ils osent émettre l'idée non pas que le climat change (il a toujours changé comme l'a prouvé le climatologue membre de l'académie des sciences Marcel Leroux mais que l'activité humaine en soit la principale responsable, niant la présence des océans à 80% sur Terre, le jeu de la tectonique des plaques, du soleil, etc. etc., mélangeant tout, ne serait-ce que de douter de la nécessité de gaz à effet de serre si l'on ne veut pas voir le climat terrestre avoisiner un maximum permanent de...-18°....

C'est l'excès et non l'existence qui peut poser problème, sauf que le problème encore une fois n'est pas là : la Terre a connu des périodes avec des taux de carbone trois fois supérieur selon les spécialistes indépendants, tandis que son réchauffement a permis l'avènement définitif de l'ère humaine à la fin du Quaternaire ; la question réside en effet dans l'idée qu'il faut faire attention à l'environnement, sa santé, etc, sans avoir à mobiliser des thèses contestables auxiliaires, ne serait-ce que la fin de l'ère fossile alors que l'on disait la même chose il y a 50 ans comme l'a rappelé un spécialiste (in New York Times).

Il est sans doute trop tard pour redresser la barre, la pression de l'idéologie renforcée par les lobbies politico-financiers est trop forte, nous allons dépenser des milliards inutilement au lieu d'aider les pays les plus pauvres (du moins s'ils accèdent à une bonne gouvernance) à lutter contre la désertification, la sécheresse, aux causes d'ailleurs bien plus complexes : le Sahara n'a pas attendu l'avènement de l'ère industrielle pour être ce qu'il est alors qu'il fut dit-on une terre fertile, comme le Gröenland...

Mais l'avenir va bientôt nous le dire : cela fera déjà trois ans que le climat se refroidit, (alors que des scientifiques prétendaient que la neige devait disparaître de France : encore quelques années et l'on verra bien s'il valait mieux servir l'idéologie ou faire fonction de prudence en ne mettant pas tous ses oeufs dans le même panier, en luttant contre la pollution et le gaspillage, certes, mais pas au détriment de l'inventivité et de la liberté non pas de nuire mais de vivre le mieux qui soit.

Cet article a été publié le 3 septembre 2009 sur le site MNM de Lucien Samir Oulahbib.