Le taxi, symbole du soviétisme français

Il est de prime abord paradoxal de faire référence aux prouesses économiques de « l’avant-garde du Prolétariat » pour décrire une profession exercée principalement par des artisans. Le paradoxe n’est cependant qu’apparent, lorsque l’on se plonge dans le détail (là où se niche le diable, c’est bien connu, même de la G7).

Que constatons-nous ? En vérité, ce secteur – que d’aucuns prétendent libre – est en réalité aussi administré que la production des petits pois en Corée du Nord … avec la même efficacité. La pénurie, c’est ce que les technocrates produisent le mieux dès que l’on laisse libre cours à leurs talents pour planifier l’économie. Bien sûr, chez ceux nés après la chute du mur de Berlin, cet adage n’est plus aussi parlant que pour leurs aînés. Nous autres qui connûmes les longues files d’attente devant les vitrines vides des magasins administrés par les États progressistes savons ce que la planification apporte à l’édification de l’Homme : le manque. Bref, qui croit encore qu’un communiste est un défenseur de la liberté n’entendra rien à ce qui va suivre.

Passe encore que nos taxis soient – à de très rares exceptions près – parmi les plus sales et les moins normés de tous les pays développés. Admettons que leur sens de l’accueil et du service – qui n’a d’équivalent que chez les gardiens de prison – ne soit qu’une purge par laquelle il faut bien passer pour pouvoir être rapidement véhiculé. Tout le problème réside précisément dans ce "rapidement".

Quiconque a essayé, une fois dans sa vie, à Paris, d’attraper un de ces ambassadeurs du chic parisien, en dehors du créneau 10h-11h30 et 15h16h30 sait qu’impossible est aussi, hélas, souvent français. Cette impossibilité de trouver un véhicule est encore plus accentuée dans les communes de banlieues, ou en province. Là, aucun taxi en station (quand elles existent); tout juste propose-t-on à ces emmerdeurs de voyageurs de téléphoner à un « forçat de la route » pour qu’il consente à venir les chercher… moyennant les frais de déplacement, cela va sans dire.   La raison à cette quasi-absence permanente est à rechercher, comme toujours, dans notre génie administratif qui, cumulé à un sens de l’économie de marché moyen âgeux, produit toujours le plus beau des mondes possibles.

Cette profession est comme beaucoup d’autres une profession réglementée. En conséquence de quoi on ne peut être taxi sans une licence matérialisée par une plaque. Vous connaissez bien ce système, il est appliqué à la médecine avec le succès que l’on connaît. Il porte le joli nom de numerus clausus. Là où la seule ville de Londres compte plus de 70 000 taxis, la France (j’ai bien écrit la France) n’en compte que 55 000. Encore un atout pour renforcer l’attractivité du territoire que le monde entier nous envie !

Va voir ailleurs si j’y suis !

Cette politique imbécile de raréfaction artificielle de l’offre pousse, naturellement, les titulaires des plaques de taxi à toutes les surenchères possibles. Il faut bien reconnaître à la décharge des individus concernés que, lorsque vous avez payé jusqu’à 300 000 euros le droit d’exercer ce beau métier, vous ne voyez pas d’un bon œil l’augmentation de leur nombre. La situation est inextricable. Toute tentative visant à multiplier le nombre de véhicules en circulation se heurte à l’opposition farouche des taxis en place. Une telle libéralité d’État aurait pour conséquence immédiate de faire baisser la valeur de votre « plaque ». Nous sommes donc condamnés à ne pas trouver de taxis quand nous en avons besoin, par la grâce de la vénalité des licences.

Afin de mettre un terme à cet archaïsme administratif, il conviendrait d’indemniser les actuels titulaires avant d’envisager de « multiplier les pains »… une paille dans l’état actuel de nos finances publiques ! Quoi qu’il en soit, les sans-culottes en Mercedes qui ont bloqué le pays pour montrer leur « ras-le-bol » ont agi avec un sens consommé du lieu commun syndical qui n’étonne plus personne chez nous. Au lieu de rester chez eux, et de contraindre leurs clients à prendre les transports en commun, nos vaillants défenseurs de leurs intérêts bien compris ont préféré empêcher tout le monde de bosser en bloquant les routes. Comment leur en vouloir alors que le premier cheminot venu fait de même avec la bénédiction des Français – dit-on – sondages à l’appui ?

Vive l’Etat nounou

Ceci dit, la gauche est au pouvoir et nous savons tous, depuis le mariage gay, que « la rue ne fait pas la loi » dans ce pays (merci Madame Taubira, nous saurons nous en souvenir le moment venu). Pourtant au pays bénit de l’État omnipotent, les rentiers du système entendent jouir de leurs privilèges et somment toujours le gouvernement de les leur garantir.

Nos braves artisans ne demandaient pas de revalorisation de leurs courses, ou de meilleures conditions de travail pour leurs salariés (il y en a aussi). Non ! Ils entendaient que nos ministres restreignissent la concurrence que leur font les voitures avec chauffeur et les motos taxis. Et comme le ridicule ne tue plus (contrairement à la route on ne vous le répètera jamais assez), il fallait, en plus, que la Sécu continue à « sécuriser » l’activité des taxis ruraux pour lesquels le transport de malades représente plus de 90 % de leur chiffre d’affaires. À ce train-là (si l’on peut dire) on se demande si la sécu n’aurait pas plus vite fait de les titulariser ces « artisans fonctionnaires ».

Refuser le changement, favoriser la rente, c’est bien pour cela que les socialistes sont au pouvoir, non ? Vous croyiez qu’ils étaient là pour favoriser le changement ? Mais le changement c’était hier, aujourd’hui le ministre du Redressement national vous explique, sans rire, que l’irruption de Free sur le marché de la téléphonie mobile est une catastrophe industrielle.

Les trois opérateurs historiques qui se goinfraient comme des cochons ne vont plus pouvoir s’en mettre plein les poches sur notre dos. Xavier Niel n’a pourtant rien d’un philanthrope. Il a juste fait ses comptes et constaté qu’en ramenant les prix d’un forfait illimité de 65 à 20 € il gagnait encore très confortablement sa vie et pouvait satisfaire à ses obligations de déploiement de réseaux. Si les trois gorets préexistants s’étaient entendus pour nous plumer, il conviendrait que le ministre à la machine à découper le jambon sus nommé se préoccupât de leur faire rendre des comptes. Je croyais que le copain de Trierweiler devait faire rendre gorge à la Finance mondialisée ? Oui, mais non, ça, c’était avant ! Avant le changement qui a consisté à faire pareil qu’avant, mais avec un faux maigre qui est, depuis, redevenu un vrai gros…   Un proverbe allemand dit que Dieu a créé le pays parfait. Un pays tempéré, aux paysages variés et à la douceur de vivre inégalée : la France. Cependant afin de préserver les équilibres et de ménager les susceptibilités, le Créateur dans son infinie sagesse a peuplé ce pays de cocagne de Français. Si en plus ces derniers se donnent un mec normal pour les diriger … Trait.jpg

La version originale de ce texte a été publiée sur le blog de Marc Suivre en date du 12 janvier 2013. Remarquons que tous les articles de Marc Suivre sur son blog sont généralement accompagnés par la reproduction de cartoons politiques fort bien conçus.