La montagne de dettes qui s’en est suivie devait s’effondrer, et c’est ce qu’elle a fait.

De la mi-juillet 2008 à la fin du mois de novembre 2008, le dollar a changé de cap, remontant par rapport à l'euro, avec 28% d’appréciation.

C'est pendant cette période que les bulles d’actifs créées auparavant ont commencé à éclater.

Alors la demande de dollars a grimpé, à mesure que les carry trades étaient dénouées et que les investisseurs se bousculaient pour échapper à la tourmente.

En décembre 2008, alors que le ciel s’éclaircissait, le dollar a de nouveau fait volte-face.

Et de fait, entre décembre 2008 et juin 2009, le billet vert a reperdu 11% contre l'euro.

Entre autres choses, cette instabilité du dollar a entraîné les prix des matières premières dans un mouvement de montagnes russes.

Le lien entre le dollar et les prix des produits de base tient à ce que la plupart de ces produits sont libellés et facturés en dollars. La conséquence en est que, même si fondamentalement l'offre et la demande d’un produitn’ont pas bougé, le prix nominal d'un produit de base va changer à mesure que s’altère la valeur du dollar : si le dollar baisse, le prix nominal de la matière première devra augmenter, et vice- versa.

Le graphique qui suit retrace les mouvements du dollar par rapport à l’euro ainsi que le cours de l'indice de base des 22 matières premières recensé par le Commodity Research Bureau.

A mesure que le dollar perdait du terrain, on a vu les prix décoller.

Foreign Exchange Reserves

Il n'est donc pas surprenant que la Russie et la Chine aient évoqué le spectre du remplacement du dollar comme monnaie de réserve du monde. Moscou et Beijing ont proposé d'utiliser les Droits de Tirage Spéciaux du Fonds monétaire (DTS) en lieu et place du billet vert.

Le DTS avait été créé en 1969. Pour l’instant, il ne s'agit que d'une mesure artificielle qui se compose de 0,6 dollars US, 0,4 euros, 18,4 yen et 0,09 livres sterling. Sa valeur varie avec les taux de change. Aujourd'hui, un DTS est égal à 1,54 dollars US.

Le DTS n'est pas un instrument d’échange réel ni une créance crédible sur aucun d’entre eux : ce n’est qu’une mesure comptable que le FMI utilise pour solder ses comptes, et dont personne ne se sert effectivement pour aucun commerce.

C’est ce qui a conduit le Professeur Alexandre Kafka, économiste brésilien, qui fut directeur exécutif du FMI pendant plus de trois décennies, à se lamenter de ce que le « panier de monnaies » du FMI était un « panier vide ». Avant ces derniers mois, il apparaissait qu’une expérience de 40 ans s’était soldée par un échec.

Est-ce vraiment le cas ?

Tandis que le DTS n’est pas près de remplacer le dollar comme monnaie de réserve du monde, les astres semblent s’être alignés pour qu’il y ait un véritable débat sur le rôle futur des DTS : peut-être un autre chapitre est-il en train de s’ouvrir dans la longue saga du DTS.

En guise de prémices, la réunion du Groupe des Vingt d’avril 2009 à Londres, s’est conclue par un engagement d’accroître de 250 milliards de dollars l'allocation en DTS du FMI.

Cela représente un accroissement de presque huit fois par rapport à l'actuelle réserve, de 32 milliards de dollars.

En outre, l'ours russe montre ses dents et la Chine gagne du terrain dans le jeu du pouvoir économique (voir tableau).

Share of World GNP

L’un et l’autre battent le rappel pour un usage plus étendu des DTS.

Et ce n'est pas tout. L'actuel directeur général du FMI est Dominique Strauss-Kahn, socialiste français et grand partisan des DTS.

Fait intéressant, la dernière fois que le DTS a reçu un nouvel élan c’était à la fin des années 1970, lorsque le directeur général du FMI était le digne Français Jacques de Larosière.

L'hégémonie du dollar n'a jamais été bien vue de Paris.

Avec le ralliement de Moscou et de Pékin, le DTS promet au moins de devenir un sujet de prédilection de la classe parlante

Steve Hanke est Professeur d’économie appliquée à la Johns Hopkins University et senior fellow au Cato Institute de Washington. On peut visiter sa page à www.forbes.com/hanke. Ce texte a été publié dans le numéro juillet 2009 du magazine indonésien Globe Asia.Traduction de François Guillaumat.