Mais au sein de cette mouvance, qui fait idéologiquement la pluie et le beau temps en France, les temps changent et c’est un signe à ne pas négliger. Depuis bientôt une quinzaine d’années fleurissent les ouvrages où des universitaires de sensibilité gauchisante revendiquée ont entrepris de s’en prendre à l’individu et l’individualisme de manière plus sophistiquée, et parfois de les arracher au libéralisme pour s’en prévaloir – au prix fort d’un grand lessivage qui en altère radicalement le sens. Cet aspect de l’opération n’est pas sans rappeler celle de Durkheim et Jaurès quand ils tentèrent, il y a un peu plus d’un siècle, de faire accroire que l’avenir de l’individualisme se trouvait dans le socialisme, mais aussi celle, toute récente, d’autres intellectuels de gauche (Canto-Sperber, S. Audier, C. Audiard…) qui se sont efforcés de détourner le sens du terme « libéralisme » pour le gauchir et en déposséder les penseurs libéraux classiques réprouvés sous l’étiquette infâmante d’ « ultras ».

Individualisme et libéralisme : une mise au point préalable

Face à cette offensive, ce qui frappe, c’est la désertion de ce champ pourtant fondamental par les actuels intellectuels libéraux – alors que l’individualisme bien compris avait toujours constitué le cœur doctrinal et stratégique de la pensée de tant de leurs prédécesseurs (cf. Yves Guyot, La démocratie individualiste, Albert Schatz, L’individualisme économique et social – ou bien Ayn Rand, Moral Basis of Individualism, et Hayek,Individualism, True and False…) : comme si les antilibéraux du moment le saisissaient mieux que les libéraux eux-mêmes!  

Pour savoir de quoi l’on parle exactement avec l’individualisme libéral, quoi de mieux que s’en remettre à ce qu’en ont dit les bons auteurs ? A commencer par Benjamin Constant, premier grand penseur libéral qui s’empare du terme, tout juste apparu dans le lexique de l’époque, début des années 1820, et ce dans une recension du livre de Charles Dunoyer, De l’industrie et de la morale. Ou, plus près de nous, à nouveau Rand et Hayek  

Parler d’individualisme, en toute rigueur et pour faire bref, c’est d’abord partir de la figure de l’individu – et des individus, posés en unités empiriques et mentales foncièrement distinctes, considérées en seules réalités humaines objectivement saisissables. Mais, philosophiquement et existentiellement, c’est en même temps poser l’individu humain en unité substantiellement et universellement dotée d’une capacité à la conscience de soi. Et par suite, pour peu que pas trop d’obstacles extérieurs ne contrarient ce développement, l’application à l’autodétermination qui le constitue aussi en sujet et en personne, et à l’appropriation de soi. On ne peut donc avec cohérence parler d’individualisme sans du même coup affirmer le droit (souvent qualifié de « naturel ») de chaque individu à vivre et décider par soi et pour soi. Comme l’application du principe individualiste de souveraineté de l’individu ne préjuge pas automatiquement à elle seule de l’usage de cette liberté (qui pourrait effectivement entraîner des dérives solipsistes, voire prédatrices), l’individualisme cohérent implique moralement une obligation minimale mais catégorique de réciprocité : le respect par chacun de la souveraineté équivalente des autres.

À retenir enfin que bien que tout individualisme ne soit pas forcément libéral (il peut également être libertaire, aristocratique, démocratique, existentiel…), la pleine adéquation entre individualisme et libéralisme va de soi, englobant dans une matrice commune aussi bien le primat absolu de la liberté et la responsabilité individuelles que la légitimation de l’intérêt particulier raisonné ou la déclinaison des droits de l’homme en termes de droits individuels. Cette congruence est telle que depuis longtemps, l’habitude lexicale a été prise de faire état de l’ « individualisme libéral » pour évoquer le libéralisme en général.

À gauche : du négationnisme total à la « déconstruction » de l’individu

Retour, maintenant, à l’opération contemporaine de récupération de l’individualisme par la gauche intellectuelle, dont seule une petite fraction persiste à cultiver un anti-individualisme atavique et intégral (voir, de Michel Benassayag, Le Mythe de l’individu). Car le fait nouveau et majeur, principalement œuvre de sociologues, s’y situe ailleurs : dans l’irruption  d’une nouvelle doxa théorétique caractérisant l’individu en pure « construction historico-sociale » imputée au capitalisme et le soi-disant « ultra » libéralisme

Dans cette perspective socialisatrice, dans tous les sens du terme, l’existence de l’individu comme réalité objective naturellement dotée d’une capacité d’autodétermination et d’indépendance est fondamentalement déniée. Il s’agit de le désubstantialiser et le dévitaliser en le déconstruisant. Ce nouveau genre de négationnisme sophistiqué et indirect, et du coup plus subversif et corrosif, s’inscrit en effet dans la droite ligne de l’idéologie déconstructionniste (Derrida) devenue le credo dominant de l’intelligentsia gauchisante. Pour elle, l’individu est réduit à l’état de « produit » contingent, temporaire, avec ce que cela comporte de relativisme arbitraire. L’histoire du processus d’individualisation par émancipations et dures conquêtes n’est plus qu’un « grand récit » (une expression devenue la nouvelle lubie dans cette mouvance), c’est-à-dire une fable et une mystification.

Cette déconstruction en règle est explicitement exposée dans les ouvrages des sociologues Alain Ehrenberg et Jean-Claude Kaufmann. Selon Ehrenberg, « l’individu est une construction instable et contradictoire de soi dans la relation à autrui […] Il faut penser (l’individu) comme une relation et non une substance » (1995, p. 311) ; de plus, l’individu contemporain est forcément fragile et angoissé, car privé des bienfaits de l’État-providence et accablé par la responsabilité de soi. Pour Kaufmann, l’individu est « une fiction anthropologiquement fausse », ce qui lui permet de dénoncer « la force structurante d’une illusion : l’individu » (2010, pp. 247/48) – des propositions tirant les conséquences de ce qu’il avait énoncé antérieurement : « l’individu n’est pas une unité substantielle séparée de la société mais un processus qui le construit et une production continue » (2001), « l’individu n’est pas une sorte d’entité autonome qui subirait l’influence des cadres sociaux […] l’individu est lui-même de la matière sociale, un fragment de la société de son époque, quotidiennement fabriqué par le contexte auquel il participe, y compris dans ses plis les plus personnels… » (2004, p. 49). S’il en est ainsi, si donc l’individualisme libéral a tout faux, c’est qu’il ignore ou occulte naïvement le fait primordial de l’ « antériorité » ou « précédence du social » sur l’individu – toujours immanquablement englobé dans un collectif qui le surdétermine et le formate au plus intime de son for intérieur. Difficile d’aller plus loin dans le holisme et l’ultra-déterminisme social !

« Pas d’individu sans support »

Il convient maintenant de pointer le rôle stratégique capital joué dans cette opération par les écrits d’un autre sociologue de poids et de renom, Robert Castel, qui lui aussi relie sans cesse son propos à une dénonciation insistante du libéralisme (cf. son texte séminal : « Libéralisme et individualisme », dans Questions au libéralisme, Bruxelles, 1995). On notera que Castel se signale par ailleurs comme fervent admirateur et continuateur de Bourdieu (cf. son article dans « Le Monde » du 24 janvier 2012).

Tout d’abord, il reprend à son compte et intègre les points forts de la rhétorique déconstructionniste : l’individu n’est qu’une construction historico-sociale (2001, p. 35), qui n’a rien de substantiel ou d’autoproduit en lui. Dans un article plus ancien paru dans « Le Monde » du 7 juin 2001, il s’en prenait à « la conception substantialiste et anhistorique de l’individu  qui serait doté en soi et par lui-même des capacités d’assurer son indépendance et d’affronter les risques du changement ». Puis il revient sur ce point dans chacun de ses ouvrages ou contributions ultérieurs (2006, p. 150 ; 2009, p. 402 ; 2010, p. 294) : l’individu est toujours un pur produit social.

Mais son apport original se tient dans l’affirmation principielle que de toute façon, l’individu ne peut se tenir debout tout seul, qu’il ne peut exister sans « supports », c’est-à-dire sans béquilles ou prothèses sociales. Ce qu’il énonce dès le texte de 1995 : « On ne peut pas penser l’individu sans des supports. L’individu ne tient pas debout tout seul. On ne peut exister positivement comme un individu que si on peut mobiliser des ressources, des supports, s’appuyer sur un socle de réserves ». Et qu’il répète aussi inlassablement presque mot pour mot dans chacun de ses textes ultérieurs, sans craindre la redondance et le copié-collé. Un support, explique-t-il, c’est « une condition objective de possibilité. Parler de support en ce sens, c’est parler de ressources ou de capitaux au sens de Bourdieu ; c’est la capacité de disposer de réserves qui peuvent être de type relationnel, culturel, économique, etc… » (2001, p.30 ; 2009, p. 402). Concrètement, c’est la « propriété sociale », à savoir être propriétaire de… « droits sociaux » et disposer du soutien de l’État-providence. Car pour Castel, il ne saurait y avoir d’individu sans l’assistance de l’État, et avant tout de l’État social : l’individu doit être sous perfusion sociale permanente et forte (2009, pp 445/7). Et comme « c’est une expérience terrible d’être un individu » (!!!) car il faut assumer la responsabilité de soi-même (2009, p. 443 ; 2010, p. 304), il faut d’urgence « recollectiviser » notre société où sévit l’  "individualisme négatif".

La récupération : reconstruire l’individu et réinventer l’individualisme

Sur la table rase laissée par la déconstruction de l’individu classique, d’autres auteurs de semblable inspiration antilibérale ont entrepris de reconstruire l’individu, de faire advenir un nouvel homme individuel expurgé du péché capitaliste originel – et ce faisant, de reconstruire un pseudo "individualisme" social et « positif » en récupérant le terme, vidé de sa substantifique moelle pour être apparié au socialisme. Sous le déconstructionnisme : un constructivisme sociologique…

Aux côtés de Philippe Corcuff, un philosophe bourdieusard, c’est le sociologue François de Singly qui est l’artisan principal de cette phase « positive » de l’opération. Recyclant la notion de « support » (2004b, p71) et récusant formellement l’individualisme dans ses versions libérale (réduit au « concurrentiel ») et même rationaliste (car « abstrait »), cet influent et médiatique universitaire spécialiste de la famille prône, sous prétexte d’ « humanisme »,  un individualisme « concret » calé sur le « relationnel » et une redistribution institutionnelle renforcée : un « socialisme individualiste » (2005a, p.113). 

Son propos est on ne peut plus limpide : « L’individualisme est donc intrinsèquement politique, se situant dans le camp opposé au libéralisme économique, puisqu’il doit créer les conditions sociales et politiques autorisant tout individu (…) à être un homme  […] L’individualisme ne repose pas sur la seule force de l’individu, celui-ci doit être doté de ressources sociales pour parvenir à se réaliser et doit recevoir la reconnaissance par d’autres » (2005a, pp. 67/8)) ; et encore, après avoir prétendu que l’individualisme implique « une politique de justice (qui) doit redistribuer les ressources… » (p. 22) : « L’individualisme n’est un humanisme (qu’à) la condition que soient dénoncés les méfaits organisés sciemment (…) par une interprétation trop stricte du principe de responsabilité » (2005b, p. 101).

Enfin, tout récemment mais à un niveau de platitude inégalée, est venu le philosophe Dany-Robert Dufour, dont le "L’individu qui vient… après le libéralisme" a été accueilli à bras ouvert dans la presse. Ennemi obsessionnel de la liberté économique (cf. Le divin marché – La révolution culturelle libérale, Denoël, 2007), il soutient que « l’individu reste à inventer » et qu’ « il faut construire un nouvel individualisme altruiste, c’est-à-dire un individualisme finalement sympathique […] Le véritable individualisme ne peut qu’être altruiste » (pp. 322 et 347) – le tout enveloppé dans une apologie simpliste de l’État dirigiste : nous voici pourvus d’un « individualisme » d’État !

L’individu se tient debout tout seul : l’appel de l’indépendance individuelle

Face à ce déferlement de fariboles et d’incohérences, inutile de perdre son temps à chercher des preuves de l’existence de l’individu autonome, qu’atteste pour chacun la simple expérience intérieure de la certitude assurée de soi et de l’exercice du libre vouloir (le « free will » des anglophones). Compte surtout de réaffirmer que pour peu qu’il ne soit pas confronté à une exceptionnelle accumulation d’obstacles, et qu’il ait normalement bénéficié des soins de parents pratiquant l’autorité bienveillante dans l’apprentissage initial des disciplines de la vie, chacun peut, s’il le veut (c’est sa responsabilité personnelle !), se tenir debout tout seul et marcher par ses propres forces. Nul besoin d’assistance respiratoire sociale, le vrai « support » est  interne : la confiance en soi.

En témoignent tous ces individus qui, malgré des conditions de vie les plus défavorisées, ont réussi à s’auto-construire spontanément (à l’exemple d’un Newton, fils d’une pauvre prostituée qui le laissait à la rue…), ou qui, subissant l’oppression d’une culture tribale ou d’une société totalitaire, se sont tout de même émancipés et se sont dressés contre elle en conquérant leur quant-à-soi et leur indépendance d’esprit.

Car la vérité de l’individualisme bien compris se trouve dans l’idéal pratique de l’ « indépendance individuelle » – expression commune et privilégiée de Benjamin Constant et Tocqueville, célébrée aussi par un Howard Roark (le héros campé par Ayn Rand dans La Source vive)  ou le grand libertarien Bruno Leoni critiquant les « décisions de groupe » et les « groupes de décision » tuant la responsabilité individuelle. 

Contre les divagations de la gauche intellectuelle, il faut donc souligner l’inanité d’un prétendu « individualisme » socialisé et d’un « socialisme individualiste », ces oxymores. La marque indélébile du socialisme n’est en effet rien d’autre que le projet de collectivisation toujours plus poussée de la vie courante sous le règne d’un État tutélaire intrusif, associé à un anti-individualisme forcené si bien illustré par l’universitaire de gauche Tzvetan Todorov dans son article du Monde du 27 mars 2011 ainsi titré : « La tyrannie de l’individu – Et si notre époque avait nourri un nouveau monstre : un individualisme débridé qui exerce sa domination aux dépens de la société ». 

Ce tropisme  liberticide a d’ailleurs été repéré et dénoncé dans un autre article du Monde (25 septembre 2011), également signé par un universitaire de gauche, mais de sensibilité libertaire et authentiquement antitotalitaire, lui, le philosophe Geoffroy de Lagasnerie. Remarquable de lucidité et de pertinence, ce papier a pour titre « Vive l’individu dissident ! » et son propos est résumé comme suit : « Une étrange alliance se noue chez les intellectuels de gauche, de Rosanvallon à Badiou, pour vouer le néolibéralisme aux gémonies. Ne cache-t-il pas une nostalgie autoritaire ? » 

Poser la question est évidemment lui répondre positivement… Mais sur ce plan, les intellectuels libéraux peuvent-ils faire moins ? Et ne devraient-ils pas en prendre de la graine pour réinvestir d’urgence ce champ de l’individualisme qui constitue la terre nourricière originelle du paradigme libéral ? Parce qu’il y a grand péril en la demeure : l’expérience prouve que si elles sont pour le moment cantonnées à la sphère de la haute intelligentsia, les élucubrations dont on vient de prendre connaissance ne vont pas tarder à alimenter l’idéologie collectiviste dominante qui imprègne l’enseignement secondaire et supérieur par manuels ou programmes interposés…

La version originale de ce texte a été publiée sur le site de l'Institut Coppet en date du 8 février 2012 sous le titre : "L'individualisme et la gauche intellectuelle anti-libérale, de la stigmatisation à la récupération et à la contrefaçon". Vous pouvez aussi écouter la conférence d'Alain Laurent, sur ce thème, organisée par l'Institut Coppet le 30 janvier dernier. Il n'y a malheureusement pas eu d'enregistrement vidéo, ce soir-là.