Il s'agit d'une question qui, depuis longtemps, interpelle les spécialistes de l'histoire de la pensée économique. L'enjeu n'est rien moins que de savoir où se situe le véritable berceau de la pensée économique : est-ce vraiment l'Angleterre, comme le laisse penser le culte voué à Adam Smith ? ou la France, si l'on admet l'hypothèse qu'Adam Smith aurait emprunté certaines de ses intuitions les plus importantes directement dans l'oeuvre de Turgot.

Anne-Claire Hoyng - née en 1980 - est néerlandaise, mais elle s'exprime parfaitement en français, ayant fait une partie de ses études au lycée international de Saint-Germain en Laye. Après avoir occupé un poste d'économiste pendant cinq ans à l'Autorité néerlandaise de la concurrence, elle travaille actuellement chez l'opérateur néerlandais de télécommunications KPN comme directrice de projet et habite Amsterdam. Sa thèse (Smith et Turgot, une étrange proximité) a été publiée l'an dernier en néerlandais, mais il en existe un résumé en anglais (cliquer ici pour accéder à la version .pdf), ainsi qu'une traduction française de ce résumé.

Au cours de cette réunion, nous avons également bénéficié de la présence du Professeur Jeanine Gallais-Hamonno, linguiste, secrétaire perpétuelle de l'Académie des Docteurs ès-lettres, auteur d'une thèse de très haut qualibre sur les rapports entre l'avancement du langage et le développement des théories scientifiques (avec comme champ d'application la science économique).

Pour le professeur Gallais-Hamonno il ne fait pas de doute qu'Adam Smith a volé les idées de Turgot. Sa conviction est fondée sur une analyse informatique des textes des deux auteurs à partir de logiciels conçus dans le cadre de sa thèse et qui comparent les syntaxes utilisées. Or, à la lecture de "La richesses de nations", il apparait que coexistent deux types de styles d'exposition très différents: l'un dans la continuité parfaite des oeuvres précédentes d'Adam Smith (notamment la "Theory of Moral Sentiments") et qui s'applique à chaque fois qu'il s'agit de développements philosophiques; l'autre, radicalement différent, que l'on ne trouve que lorsqu'il s'agit de théorie économique et qui rappelle étrangement les écrits précédents de Turgot. Le véritable génie de Smith, conclue jeanine Gallais-Hammono, est moins dans ses découvertes théoriques que dans l'art de les exposer, et ainsi dans la manière dont il a doté la pensée économique anglo-saxonne d'un véritable langage scientifique, inspiré lui-même par les avancées de Turgot en matière de réflexion sur la linguistique et l'expression des concepts.

Ecoutez les deux interventions de Jeanine Gallais-Hamonno. C'est passionnant, exprimé d'une manière courte et concise. Vous trouverez la première sur la vidéo ci-dessus ( début à 1'30", durée totale 9 minutes). La seconde sur la vidéo ci-dessous ( début à 1'30", fin 8' ), en introduction au débat qui a suivi.

Vous pouvez également télécharger l'enregistrement audio de la soirée, ou l'écouter en streaming

.