Les religions organisées se sont souvent alliées avec les hommes de l'Etat pour faire avancer leurs objectifs : cela a souvent dressé le libéralisme contre la religion en tant que telle.

En Italie, les libéraux s’étaient alliés avec les communistes contre les démocrates-chrétiens, parce que les deux l'Eglise catholique.

Or, le libéralisme n'a jamais réussi quand il s'est opposé à la religion. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Hayek était persuadé que les partis démocrates-chrétiens de centre-droit seraient le rempart contre le communisme. S’il a fondé la Société du Mont Pèlerin, c’était pour mettre fin au conflit, en réunissant les libéraux et les conservateurs. (elle devait s’appeler la Société Acton-Tocqueville, du nom des deux grands catholiques libéraux.)

Le génie des pères fondateurs des États-Unis a été d'éviter ce conflit en interdisant à l’état central de se mêler de religion. Au niveau fédéral, il n’y aurait aucune religion officielle, mais la liberté de concurrence en la matière. La concurrence entre les religions est la raison pour les États-Unis sont devenus un pays tellement religieux (ce n’est pas comme ça qu’ils avaient commencé).

Entre-temps, au XIX° siècle, il n’y a eu aucun conflit systématique entre la religion et la liberté. Et elles faisaient souvent cause commune. C’est le Progressisme qui a voulu associer la religion aux hommes de l'État dans des croisades morales contre l'alcool, la drogue, la nourriture et dans les guerres. Et cela a défait le génie du système américain.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, William Buckley et Frank Meyer ont de nouveau voulu unir les conservateurs et les libéraux classiques. Ils appelaient cela le fusionnisme. Reagan s’est rallié à cette stratégie et c’est ce qui a contribué à créer sa Grande coalition. Trait_html_691a601b.jpg

Gerald O’Driscoll , ancien vice-président de la Federal Reserve Bank de Dallas, est Senior Scholar au Cato Institute. Pendant vingt ans, Jerry O'Discoll fut l'un des participants américains les plus assidus aux Universités d'été de la Nouvelle économie à Aix en Provence.