Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Vincent Poncet & Guillaume Vuillemey

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 23 septembre 2010

Règlementation des banques : la piste inexplorée par le Comité de Bâle

Guillaume Vuilleme et Vincent PoncetSi la crise financière de 2008-2009 a fait éclater au grand jour les fragilités du secteur bancaire, l'actuel processus de réforme engagé à l'échelle mondiale demeure en revanche une affaire de spécialistes.

Les accords de Bâle III qui viennent d’être adoptés seront applicables en 2019, avec une période de transition dès 2013. Le grand public demeure peu informé, et les détails qui filtrent paraissent obscurs pour qui n'est pas économiste.

Pourtant, les enjeux sont tels que l'on mérite d'y prêter attention.

Lire la suite...

vendredi 23 juillet 2010

Combien coûtent vraiment les retraites par répartition ?

Guillaume Vuilleme et Vincent PoncetSi tous les arbitrages de la réforme des retraites n'ont pas tout été réalisés, les grandes lignes ont en revanche été tranchées : l'âge légal de la retraite sera progressivement repoussé et les durées de cotisation allongées.

Pourtant, les débats seront nécessairement tronqués si personne n'est en mesure de comparer les coûts et les bénéfices de l'actuel système par répartition.

Lire la suite...

vendredi 2 avril 2010

Capitalisme financier contre capitalisme d'entrepreneurs : l'erreur d'analyse de Sarkozy

G. Vuillemey et V.PoncetLors de son récent discours à Davos, Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois martelé son crédo selon lequel « la crise que nous traversons n'est pas une crise du capitalisme, mais une crise de la dénaturation du capitalisme ».

Cette antienne, pointe un constat juste : le recours excessif à l'endettement, le primat donné aux activités de trading par rapport à la production ou le raccourcissement de l'horizon temporel des agents économiques. Pourtant, le chef de l'État français n'a jamais été très prolixe sur les causes profondes de ce phénomène.

Une analyse rigoureuse montre que l'émergence d'un « capitalisme financier » – par opposition au « capitalisme d'entrepreneurs », selon le vocable du Président – résulte pour une grande part d'interventions étatiques, qu'elles soient monétaires, fiscales ou réglementaires

Lire la suite...

samedi 13 février 2010

La montée d'un étatisme du désastre

G. Vuillemey et V.Poncet Best-seller mondial accueilli il y a deux ans avec les faveurs d'une large partie de la critique, La Stratégie du choc de la journaliste canadienne Naomi Klein mérite d'être ressorti.

Sa thèse sur «la montée d'un capitalisme du désastre» peut être résumée d'une phrase : à la faveur des crises et des catastrophes, le capitalisme étend son emprise sur les peuples en jouant de leur faiblesse momentanée.

L'actualité met à mal cette théorie audacieuse. Dans l'ombre de la crise économique, c'est au contraire un «étatisme du désastre» qui prospère.

Lire la suite...

dimanche 7 février 2010

Libération des normes comptables

G. Vuillemey et V.PoncetLe monopole étatique de fixation des normes comptables doit être remis en question.

En France et en Europe, les régulateurs s'activent pour faire de la réforme des normes comptables une des priorités de l'année 2010.

Dans son discours d'ouverture du forum de Davos, Nicolas Sarkozy a jugé l'enjeu « crucial » et a insisté sur sa volonté de définir des normes communes à l'échelle mondiale. Au sein de l'Union Européenne, Michel Barnier, nouveau commissaire au marché intérieur, devrait pousser dans le sens du rapport de Larosière qui, en 2009, recommandait la révision des conditions d'application des modèles comptables.

Si le rôle de la disposition dite mark-to-market dans la crise financière a certainement été surestimé, la question de la valorisation des actifs dans les bilans bancaires demeure. Quelle norme comptable faut-il imposer pour estimer la valeur des actifs, notamment des moins liquides ?

La question ne se pose pas en ces termes, car les valeurs que l'on cherche à quantifier ne sont pas des données objectives. Dès lors, c'est le monopole étatique de fixation des normes comptables qui doit être questionné.  

Lire la suite...