Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 11 janvier 2010

La crise financière : ce que nous n'en avons (toujours) pas appris

Sam GreggDes dizaines de livres et d’articles ont été publiés pour expliquer ce qui n'a pas marché.

Avec le temps, on verra des armées de doctorants explorer tous les coins et recoins de la crise de 2008.

Cependant, si l’on en juge par les politiques qui ont été données en réponse aux événements, il est clair que nous nous refusons encore aujourd'hui à tirer les véritables leçons que la crise devrait nous dicter - ou, tout au moins, que celles-ci continuent d'échapper à l’attention des décideurs.

Les principales leçons sont au nombre de cinq.

1 - La leçon méconnue la plus importante concerne sans doute le danger du risque moral. Le message qui a été envoyé aux entreprises est en gros celui-ci :

Lire la suite...

mardi 3 novembre 2009

L'économie de marché ne peut pas se fonder sur n'importe quel système de valeurs

Sam GreggDepuis 2 000 ans, l'Eglise catholique s’acharne à planter dans l'humus de la civilisation humaine un ensemble d’idées aujourd’hui impopulaires : que la vérité existe ; que celle-ci n’est pas seulement de la variante scientifique ; que l’on peut la connaître par la foi et par la raison ; et qu’elle n'est pas ce que vous voudriez, ou « sentiriez » qu'elle soit.

Tout au long de sa vie, Benoît XVI a insisté sur ces thèmes, justement parce que beaucoup de monde, y compris de nombreux chrétiens, a perdu de vue leur importance.

Il se peut que la plus importante prétention à la vérité de la dernière encyclique papale "Caritas in Veritate" sur la vie économique est que l'économie de marché ne peut pas se fonder sur n'importe quel système de valeurs.

Lire la suite...

samedi 12 septembre 2009

Le Pape, le rabbin et l'économie morale

Sam GreggÀ notre époque ô combien laïque, il est paradoxal que les déclarations des dirigeants religieux sur des sujets qui vont du mariage à l’économie de marché obtiennent toujours des médias une attention considérable.

Cela rend d'autant plus surprenant que personne ne semble avoir remarqué le parallèle entre l'encyclique de Benoît XVI Caritas in veritate, parue le 7 juillet, et un éditorial provocant de Lord Jonathan Sacks, Grand Rabbin de Grande-Bretagne, dans le Times de Londres deux semaines plus tôt.

Le pape et le rabbin avaient des messages comparables, équivalant à ce qui suit : certains de nos problèmes économiques contemporains traduisent en fait une crise morale plus profonde au sein de la civilisation occidentale; tant que nous ne le reconnaîtrons pas, les changements dans la politique économique et la pratique des affaires n’apporteront que des solutions limitées.

Evidemment, ce n'est pas un message que tous apprécieront. Mais cela ne le rend pas moins exact.

Lire la suite...