Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Patrick de Cazanove

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 26 octobre 2012

La Sécu face au défi des innovations et de l'allongement de la vie : pourra-t-on encore se soigner demain ?

Patrick de CasanoveLe coût de la santé inquiète beaucoup de personnes à cause du prix des nouveaux traitements et de l’allongement de la vie.

On veut trouver la preuve de cette augmentation dangereuse des coûts dans le déficit chronique de la Sécu et dans la dette sociale en croissance permanente. (C’est ce qu’on voit).

Or ce déficit et cette dette prouvent seulement que le système est structurellement mauvais et voué à l’échec (Ce qu’on ne voit pas).

Lire la suite...

mercredi 21 mars 2012

Elections : de quel droit se permettent-ils... !

Patrick de CasanoveLes politiciens ne veulent pas voir les causes de la crise. Probablement parce que cela ne les intéresse pas, pour la simple raison qu’ils en sont responsables. Comme ils sont responsables des dettes et déficits publics.

Ils veulent faire croire aux gens qu’ils peuvent régler ces problèmes. Mais, prisonniers de leurs certitudes dirigistes, ils persistent dans leurs erreurs qui sont, de ne pas réduire la dépense publique mais d’augmenter les prélèvements obligatoires, de ne pas rendre la liberté économique mais d’accroître l’interventionnisme de l’État, de ne pas faire confiance à l’épargne mais de miser sur le crédit bon marché et la planche à billets.

Lire la suite...

vendredi 9 mars 2012

Faux services, faux prix, faux emplois...

Patrick de CasanoveLa France est un pays de chômage structurel. Les politiciens veulent faire croire qu’il est conjoncturel. L’alibi d’aujourd’hui est la crise.

On peut immédiatement remarquer qu’un pays où il faut, par exemple, commencer par payer pour pouvoir travailler ("la contribution économique territoriale" qui remplace la "Taxe professionnelle"), et où l’État paie des gens pour qu’ils n’en fassent pas travailler d’autres (aides aux entreprises pour qu’elles emploient les gens à 35h seulement.) est mal parti.

Lire la suite...

jeudi 18 août 2011

Après la crise, l'effondrement... Comment en sortir ? Réponse à Alain Minc

Patrick de CasanoveOn nous a rebattu les oreilles sur la responsabilité des financiers et des banquiers dans la crise financière, exonérant l'Etat de toute responsabilité. C'est "ce qu'on voit".

Pourtant, le principal coupable, c'est bien lui. Par ses réglementations il a perverti les lois du marché, et permis des choses naturellement inconcevables sans sanction immédiate du dit marché. C'est "ce qu'on ne voit pas".

Lire la suite...

mercredi 8 juin 2011

Cercle Bastiat, Dax, du 1 au 3 juillet : "Souveraineté individuelle et coopération spontanée"

Patrick de CasanoveNotre pays est dans une passe difficile et les clameurs d’autosatisfaction de nos dirigeants ni changeront rien.

Régulièrement ces derniers, ou ceux qui postulent à le devenir mettent en avant leur « expérience » et leur « professionnalisme », au sein des instances nationales ou internationales. Ils n’ont pas de mots assez durs pour fustiger « l’inexpérience » ou « l’amateurisme » d’éventuels rivaux.

Quand on regarde ce à quoi nous a conduit leur expérience et professionnalisme on peut être effaré.

Lire la suite...

mardi 26 avril 2011

Présidentielles : l'actualité de Frédéric Bastiat

Dans notre pays très centralisé l’élection présidentielle, revêt une importance démesurée de par ses conséquences sur notre vie quotidienne.
Les partis politiques et les divers postulants dévoilent un à un leur programme.
Or on ne peut que déplorer qu’ils n’offrent pas de choix réel. Tous sont d’inspiration étatiste et collectiviste, et reviennent à acheter les voix des uns avec l’argent des autres.

Lire la suite...

mardi 11 mai 2010

Faillite de la Grèce ou faillite de l'Etat Grec ?

Le Dr Patrick de Casanove, secrétaire général du Cercle Bastiat Depuis plusieurs semaines on nous rebat les oreilles avec la faillite de la Grèce. Les politiciens de tout bord hurlent qu’il faut « sauver la Grèce ». Ils n’ont qu’une recette : faire payer le contribuable Grec et Européen. Haro sur l’Allemagne coupable de ne pas cracher assez vite au bassinet, après avoir été coupable d’avoir redressé son économie.

On voudrait nous faire croire que c’est la faillite de la Grèce. Rien n’est plus faux. C’est la faillite de l’Etat en Grèce. C’est la preuve éclatante de la dangerosité des hommes politiques, des hommes de l’Etat. Ceux-ci ont ruiné leur pays. Ce ne sont pas les Grecs eux-mêmes. Ce sont les hommes de l’Etat, ce qui inclue leurs complices dits « privés »

Lire la suite...