Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 2 juin 2014

Le grand n'importe quoi !

La France vient de voter pour la seconde fois en moins de deux mois. Pour la seconde fois, donc, les électeurs ont, on ne peut plus clairement, exprimé leur opposition au gouvernement de François Hollande et à sa politique de gribouille. 

Seulement de la seconde raclée consécutive enregistrée par le pouvoir socialiste, nous n’entendrons évidemment pas parler. La classe jactante se concentre sur la crise, oh combien plus passionnante et « imprévisible » qui secoue l’UMP. Cette dernière n’en finit pas de mourir de n’être qu’un syndicat d’élus sans autre ambition que celle de leur assurer un siège. Tentons de voir au-delà du brouillard médiatique fait d’analyses convenues. Scrutons l’avenir des deux partis de gouvernement et les raisons objectives qui poussent, scrutin après scrutin, toujours plus de Français vers le Front National.

Lire la suite...

mardi 7 janvier 2014

Dieudonné : Echecs et contre-feux

Marc SuivreDans un pays où les droits ne sont plus garantis à l’Homme qu’en fonction de ce qu’il pense, l’acharnement des censeurs contre un « humoriste » qui fait du factieux son fonds de commerce, depuis près de dix ans (la quenelle ne date pas de décembre 2013), est extrêmement préoccupant. Que les mêmes – dont Christophe Barbier n’est que le prophète - veuillent mettre Internet sous surveillance « à la chinoise » me pose beaucoup plus de problèmes que Dieudonné et ses séides. Notre classe jactante se sent progressivement dépossédée de ses prérogatives exclusives : celles de bourrer le crâne du Peuple en lui racontant de belles histoires politiquement correctes.

Les socialistes sont très forts aux échecs. D’abord parce qu’ils les collectionnent avec une frénésie à nulle autre pareille, ensuite parce qu’ils ne s’avouent jamais vaincus. C’est ainsi qu’ à l’occasion de la dernière trêve des confiseurs, nous avons pu voir se manifester ce génie propre au socialisme français : la technique du bouc émissaire. Après les « patrons voyous », les « riches cons », le « complot de la finance internationale » qu’avons-nous vu apparaître, pour masquer la grosse gamelle de François zéro sur la courbe du chômage ? Dieudonné !

Lire la suite...

mardi 26 novembre 2013

De la taxation à la spoliation : l'inexorable soviétisation de la société française

Marc SuivreChaque jour que Dieu fait, nous nous enfonçons un peu plus sûrement dans la crise, par la grâce d’une Présidence normale autoproclamée. Pourtant, pareil aveuglement, pareille persistance dans l’erreur, pareil acharnement à nier les évidences, ne relève pas de la normalité, mais de la pathologie.

« Le socialisme arrive très rapidement à court de l’argent des autres » disait Margareth Thatcher en s’inspirant librement de Winston Churchill. Malheureusement pour nous, il semble que nos socialistes aient décidé d’appliquer ce principe jusqu’à l’absurde.

Lire la suite...

mardi 8 octobre 2013

Bobard, le roi des éléphants...

C’est un fait entendu, l’honnêteté n’est pas la qualité première de nos dirigeants. Devrions nous vraiment nous en étonner quand, chaque jour médiatique nous apporte la preuve que taire et dissimuler sont gages de longévité dans le cirque ambulant qui nous tient lieu de débat public.

Marc SuivreEn matière de mensonge, nous ne sommes jamais déçus avec les héritiers de Jaurès. Quoi de plus normal, venant de gens qui pensent sans rire, que leurs idées en matière économique et fiscale vont répandre la justice et la félicité, que le pauvre deviendra riche et que le riche… partira en Suisse. J’en veux pour preuve que depuis le retour de la morale et de la concorde, rue du Faubourg Saint-Honoré, grâce à « lui Président », les bobards nous sont délivrés à un rythme jamais revu, depuis que le meilleur ami de René Bousquet a quitté les lieux en mai 1995.

Lire la suite...

jeudi 5 septembre 2013

Syrie : le fait du prince

Marc SuivreS’il est un élément aussi sûr que l’existence de Dieu à Djeddah, c’est que la France est une Monarchie républicaine… absolue.

Je m’explique. Là où d’autres dirigeants vivent sous la férule, d’électeurs uniquement préoccupés par leurs intérêts égoïstes, nos élites, aussi éclairées qu’altruistes, vivent entre elles et décident, pour nous, de ce qui est bon et de ce qui ne l’est pas.

Cette « démocratie » populaire apaisée permet ainsi à notre beau pays d’être à la pointe du combat contre le mal. Là où tant d’autres sont à la traîne, le petit coq peut ainsi, les deux pieds bien calés dans le fumier, donner des leçons de chant à la planète entière.

Lire la suite...

mercredi 12 juin 2013

Les Français et leur Etat : la fin des haricots

Marc Suivre C’est un fait entendu, le monstre tentaculaire qu’est devenu l’Etat, au fil des expérimentations hasardeuses de la gauche, et du manque de courage politique de la droite, est aujourd’hui incontrôlable.

Plus aucun domaine n’échappe à la frénésie réglementaire de l’État Nounou qui, « pour notre bien », se mêle toujours et davantage de ce qui ne le regarde pas.

Cette spécificité bien française, d’une soviétisation toujours plus poussée de la société, n’échappe à personne… sauf aux Français.

Lire la suite...

lundi 29 avril 2013

Les vraies victimes du "mariage pour tous" : nos institutions et leur avenir

Marc Suivre Avec son talent habituel, notre ami Marc Suivre complète l'analyse de Philippe Nemo par ses propres réactions et commentaires.

Les socialistes ont un grand talent, qu’ils partagent d’ailleurs avec les mauvais garçons, ils cassent tout ce qu’ils touchent. Normalito avait été élu pour en finir économiquement avec la crise et politiquement avec les frasques sarkosiennes en « apaisant la République ». Le moins que l’on puisse constater, un an après son élection, c’est que le pays n’a jamais été aussi divisé et que si les pantalonnades autour du mariage homo cachent, pour un temps, la réalité économique, nous n’avons pourtant jamais été aussi près du mur.

Lire la suite...

vendredi 5 avril 2013

Cahuzac de noeud...

On pensait, bien naïvement, que le quinquennat de Normal premier allait être à l’image du personnage principal : pâle et sans saveur. 

Eh bien nous avions tort ! Depuis dix mois, sans doute dans le louable effort de distraire les Français de la crise qui s’aggrave, c’est à l’édification d’un véritable festival du rire que François zéro occupe son temps… et sa communication. 

Pensez, après nous avoir, avec Cahuzac, refait le coup du « meilleur d’entre nous », le grand Barnum est obligé, en catastrophe, de lâcher celui qui est aujourd’hui coupable, ni plus ni moins, que d’un « outrage à la République ».

Lire la suite...

mercredi 13 mars 2013

Changement de civilisation

Marc SuivreEmportée par son élan et sa bonne conscience progressiste, c’est en ces termes que Christiane Taubira, notre toujours mesurée Ministre de la Justice, qualifia la mesure phare du quinquennat Hollande : le mariage pour tous.

Tous les rétropédalages du monde n’y ont rien changé, c’est bien vers un changement de civilisation que se dirige notre Président tout mou.

Le problème c’est qu’il n’a pas été élu pour ça.

Lire la suite...

samedi 23 février 2013

Socialistes et Liberté : "en parler toujours, n'y penser jamais !"

Marc SuivreEn parler toujours, n’y penser jamais. Voilà comment se résument les rapports ambigus que les socialistes français entretiennent avec la Liberté. Il n’est pas un événement, un débat, une controverse où les héritiers de Jaurès ne convoquent les mannes des héros de LEUR Révolution. Et les mêmes de se rouler allègrement dans les Droits de l’Homme avec la même énergie que le chien dans la charogne (pour la plus grande joie de ses maîtres).

En réalité, pour ces mauvais génies de la Bastille, la seule liberté qui vaille est la leur.

Lire la suite...

vendredi 25 janvier 2013

"Normal 1er" au Nord-Mali : pourquoi la France se retrouve-t-elle seule ?

Marc SuivreBien qu’il dépense des trésors d’imagination pour amuser la galerie avec le mariage pour tous, sauf pour lui, notre Président normal ne va guère pouvoir éviter longtemps la question à un milliard d’euros par an (minimum) : un Président socialiste peut-il être normal, sans sa guerre du désert ?

Sans vouloir paraître briser l’Union sacrée de façade, force est de constater que la France n’entre jamais autant en conflit que quand elle est gouvernée par des socialistes (ou assimilés).

Lire la suite...

vendredi 18 janvier 2013

Un Taxi pour Tobrouk

Marc SuivreNous avons beau avoir libéré la Lybie de son despote auto éclairé, à grands coups de missiles, force est pourtant de constater qu’en matière économique en général et de transport de personne par véhicule avec chauffeur interposé en particulier, nous en sommes encore à l’âge de pierre.

Ainsi, le 10 janvier dernier alors que la France médiatique était ramassée dans l’angoisse, à trois jours des rassemblements anti mariage gay, notre beau pays a de nouveau été paralysé par une corporation qui – c’est le propre de toutes ces institutions – entendait bien préserver ses avantages indument acquis.

Lire la suite...

vendredi 21 décembre 2012

Sept mois déjà : carnet de route en Normalie...

Alors que décembre étend sur nous son blanc manteau et que les journaux télévisés ressortent leurs SDF comme les magazines d’été leurs régimes minceurs et leurs enquêtes sur la sexualité des Français, que pouvons nous dire des sept premiers mois de règne du Président le plus mal élu de la cinquième république ? 

Après nous avoir assuré qu’il serait, contrairement à son agité de prédécesseur, un Président « Normal », celui qui, dans la même veine, « n’aimait pas les riches », s’est appliqué depuis son élection à nous surjouer la normalité et à faire fuir les riches.

Lire la suite...

mercredi 5 décembre 2012

Analyse politique : le retour de la droite

Marc SuivreLa querelle de chiffonnier qui occupe les deux prétendants au trône de l’UMP aurait tendance à masquer l’information, mais en cet automne 2012, la droite est de retour.

Évidemment si l’on s’en tient au résultat du combat de coqs, ce renouveau n’a rien d’évident. Avec un talent comique rare que l’on croyait jusqu’ici réservé au Parti Socialiste ou aux scrutins organisés en Floride par la famille Bush, le « premier parti de France » sombre dans une querelle d’ego qui ne semble pas avoir d’issue.

Lire la suite...

mercredi 14 novembre 2012

Stigmatisons... il en restera bien quelque chose !

Au commencement était le verbe et avant la lumière régnait le chaos. 

C’est un fait entendu, dans la mythologie socialiste, le quinquennat Sarkozy menaça jusqu’à la survie même de la République et vit le triomphe de la « dérive ». Qu’elle ait été sécuritaire, identitaire ou libérale, de toute façon elle fut et c’est en cela que ce mandat se trouva placé sous le sceau de l’infâmie, par les « Humanistes » de Solférino. 

Nous l’ignorions pauvres incroyants que nous sommes, mais Sarkozy c’est Vichy ! La preuve : les deux se terminent par un « y ». 

Lire la suite...

- page 1 de 2