Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Jean-Pierre Chamoux

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 25 septembre 2013

Europe 2014 : recentrer l'Union européenne sur l'essentiel ?

Chamoux2.jpgLe Traité de Rome imposait à ses membres une triple liberté : libre circulation des hommes, des biens et des capitaux au sein de la communauté économique européenne. Cette triple liberté généra l'essentiel des progrès réalisés au sein de l'Union, progrès principalement sensibles grâce à l'ouverture des échanges économiques qui ont accru notre niveau de vie et notre bien-être matériel depuis les années 1960.

Il n'a guère été souligné que ces trois libertés reposent sur des valeurs propres à notre civilisation, des valeurs qui transcendent la quête utilitariste du bonheur matériel. Ce socle commun, implicite dans les Traités communautaires, comprend notamment : l'autonomie de la personne humaine et le respect de la cellule élémentaire à partir de laquelle se construisent toutes les sociétés respectables : la famille.

A l'occasion de la prochaine échéance électorale européenne qui se rapproche, il nous parait important de réaffirmer l'importance de ce socle commun car c'est autour de lui que s'est construite l'Europe occidentale, depuis le début des temps modernes. Précisons ce qu'implique ce socle fondateur.

Lire la suite...

samedi 19 mai 2012

Crise de l'Etat-Providence : redonner leur chance au don et à la philantropie privés

Chamoux2.jpgDans un essai paru en fin 1981, Pierre Rosanvallon annonçait "La crise de l'Etat-Providence".

En réalité, il n'en était rien. Mais, sous la plume d'un homme connu pour son engagement à gauche, ce titre était provocateur pour le régime socialiste qui ressentait les premiers effets de ses largesses électorales.

Aujourd'hui, la crise étant consommée, il est temps de revenir sur l'argumentation de cet auteur et de lui opposer une vision libérale de la Providence !

Lire la suite...

lundi 5 mars 2012

Quel avenir pour le nucléaire ? Les enjeux un an après Fukushima

L'augmentation des coûts liés aux mesures de sécurité consécutives à cet accident va-t-elle remettre en cause certains présupposés de la production électrique ? Un rééquilibrage entre nucléaire, centrales classiques et nouvelles énergies est-il sérieux en France à brève échéance ?

Une équipe de l'Institut Turgot a mené l'enquête. Un colloque a été organisé au mois de juin 2011. Voici les conclusions de cette étude présentées par Jean-Pierre Chamoux, Président de l'Institut Turgot.

Lire la suite...

mercredi 22 février 2012

Post sociale-démocratie : laisser agir la philanthropie privée

Jean-Pierre ChamouxDans un essai paru en fin 1981, Pierre Rosanvallon annonçait "La crise de l'Etat-Providence". En réalité, il n'en était rien : l'Etat-Providence subissait seulement une poussée de croissance ; l'histoire des années Mitterrand l'a prouvé ! Mais, sous la plume d'un homme connu pour son engagement à gauche, ce titre était provocateur pour le régime socialiste qui ressentait les premiers effets de ses largesses électorales.

Aujourd'hui, la crise étant consommée, il est temps de revenir sur l'argumentation de cet ouvrage et de lui opposer une vision libérale de la Providence !

Lire la suite...

mardi 13 septembre 2011

Comment gérer les ressources naturelles ? La voix singulière d'Elinor Ostrom

Jean-Pierre Chamoux précise comment les travaux d'Elinor Ostrom, Prix Nobel d'économie 2009 ont beaucoup fait progresser notre compréhension des approches concevables pour gérer rationnellement l'exploitation des ressources renouvelables.

Si l’administration de certaines ressources naturelles comme les bancs de poissons, l'eau douce, les libres pâtures ou les forêts primaires cadre mal avec les concepts classiques de la propriété (usus, fructus, abusus), leur administration par une autorité tutélaire qui ne peut être ni éternellement bienveillante, ni constamment vertueuse, pose presque autant de problèmes qu’elle en résout.

Lire la suite...

vendredi 26 août 2011

La crise des industries musicales : une illustration de la destruction créatrice "!

La diffusion foudroyante d’internet rappelle des vérités que nous avons tendance à oublier : l’avenir n’étant jamais garanti, il est essentiel qu’un maximum d’efforts s’emploient pour explorer les voies qui peuvent le préparer ! 
C’est à cela que sert l’entrepreneur schumpétérien : son expérience révèle « ce qui marche » et élimine « ce qui ne marche pas » . 

Lire la suite...

lundi 8 août 2011

"La tradition de la liberté" : le livre que tout libéral doit avoir dans sa bibliothèque

Jean-Pierre ChamouxIl n’est pas courant que le Parlement européen soutienne la publication d’un manuel libéral.

C’est pourtant la prouesse de Corentin de Salle qui nous livre, cet été 2011, le second tome de la trilogie qu’il a entreprise pour rendre hommage aux hommes qui ont fondé et développé depuis le XVI° siècle ce qu’il qualifie comme : « la doctrine de la tradition libérale ».

Lire la suite...

mercredi 20 octobre 2010

A quoi sert la politique industrielle ?

Jean-Pierre Chamoux Jean-Pierre Chamoux a développé les idées présentées lors de notre séminaire du 19 octobre dans un article publié récemment par la revue du CEPS, "Stratégie industrielle" (octobre 2010). C'est cet article que nous reproduisons ci-dessous. Trait_html_691a601b.jpg

Je commente dans cet article les politiques industrielles du dernier demi-siècle et souligne que leurs résultats furent toujours mitigés. Je suggère en conclusion d’autres pistes pour sortir de la crise actuelle .

Lire la suite...

lundi 3 mai 2010

Droits de l'homme et dérive du droit : l'exemple des lois sur la protection des données (Informatique et Liberté)

Jean-Pierre ChamouxA l'origine, l'objet des lois Informatique et Libertés était de contraindre les institutions publiques à mieux protéger l'autonomie de la personne et ses libertés.

Dans un remarquable texte publié l'été dernier, Jean-Pierre Chamoux décrit comment, depuis trente ans, sous l'influence notamment du droit européen, l'argument de la protection des données a progressivement dérivé vers la création de nouveaux “droits à” fondés sur une conception dévoyée de la dignité humaine. (1)

En voici un extrait qui se distingue notamment par une magistrale analyse des rapports entre le droit et l'évolution du concept de “personne”. Trait_html_691a601b.jpg

La norme communautaire imposa aux pays-membres de l'Union de mettre leur législation en harmonie avec la directive du 25 octobre 1995. En France, la révision se fit sans enthousiasme puisqu'il aura fallu neuf ans avant que le Parlement français procéde à cette réforme; il n'en reste pas moins que le résultat dénature la loi et en modifie l'économie.

Lire la suite...

mercredi 17 mars 2010

Remède à la morosité : hommage à Jacques Marseille

Le Professeur Jacques MarseilleJacques Marseille était historien : il observa la France contemporaine sans complaisance, avec le recul qu’impose la méthode historique.

Sa rigueur, toujours fondée sur l’observation des faits concrets, en fit un homme à part : son regard malicieux dissimulait un souci de la précision, du détail et du fond caractéristique des vrais savants.

Ce fut aussi un pédagogue, un maître aussi exigeant pour les autres que pour lui-même. Et un chroniqueur engagé, ce qualificatif flatteur que l’on associa justement à Raymond Aron. Ses chroniques, comme ses interventions télévisées, contribuaient depuis six ans au débat public autour de questions que peu acceptent d’aborder en face : son essai « La Guerre des deux France » (1) fut, à cet égard, une pièce maîtresse. Il illustra concrètement les travers de notre vie sociale et mit en évidence les actions qui pourraient curer certains de nos maux les plus graves.

Lire la suite...

jeudi 25 février 2010

LOPSI, HADOPI : le péché d'orgueil politique

Jean-Pierre Chamoux à l'Institut TurgotLa tentation dirigiste n'a décidément pas été abandonnée par nos hommes politiques: plus le monde réel leur échappe et plus ils persistent à concentrer leur soif de contrainte sur leurs proches concitoyens...

Peu importe, après tout, que le vrai monde soit hors de leur portée; ces proches-là, au moins, ne sont pas comme la réalité qui leur échappe: ils sont tenus par le terrain national, ils échappent d'autant moins à la volonté de leurs édiles que le pays vieillit et que ses habitants deviennent moins mobiles! 

Nous sommes ainsi corvéables : par la taxe carbone, par les sanctions Hadopi et par les nouvelles amendes que prévoit la Lopsi...

Cela change-t-il le monde pour autant?

Lire la suite...

jeudi 26 novembre 2009

Contre le Pompiérisme d'état !

Jean-Pierre Chamoux à l'Institut TurgotLe Salon d'automne 2008_ avait inspiré à notre ami Jean-Pierre Chamoux un papier d'humeur sur les rapports entre l'Art et l'Etat français. Sa réaction suivait la lecture d'un manifeste d'artistes rendu public à cette occasion. Ce papier n'est jamais sorti. Le Salon d'automne 2009, qui a fermé ses portes le 16 novembre à l'Espace Champerret, lui offre une nouvelle chance. Trait_html_691a601b.jpg Cela faisait un moment que la révolte couvait dans les ateliers des peintres, graveurs, sculpteurs et graphistes de tout bord : tenue par la petite coterie des « experts » du ministère de la culture, le ministère français que le monde entier ne nous envie pas tant il fleure cet art officiel qui a tant marqué les utopies liberticides du vingtième siècle, de Pékin à Berlin, de Rome à Moscou, la commande d’Etat se concentre en effet sur un petit cénacle international marqué par le laid, le scatologique, le sale et le défi verbal.

Lire la suite...

mercredi 8 juillet 2009

Leçons de campagne : l'Europe ? Quelle Europe ?

Jean-Pierre Chamoux à l'Institut Turgot Dans une récente chronique néerlandaise j’évoquais la cacophonie qui précéda l’élection européenne. La démocratie représentative nous a donné à cette occasion une piètre image d’elle-même : au sein des pays-membres, le débat électoral fut surréaliste, tant par sa fragmentation que par son caractère anecdotique ; les candidats, bien trop nombreux pour tous être éligibles, concentraient leurs feux sur des thèmes locaux et circonstanciels (1) . Aucun souffle, peu de projet, sauf peut-être écologique, c’est-à-dire un projet conservateur, au sens propre.

Deux ans après le traumatisme provoqué par le projet constitutionnel avorté, aucune vision n’émane malheureusement de ce débat électoral, nulle part en Europe, qui puisse éclairer le propos politique de notre Union ! Rien ou presque qui puisse relever le défi d’une crise mondiale… Ce nanisme politique accouche d’un parlement fragmenté qui évoque notre défunt « régime d’assemblée », celui de la France vieillissante qui s’effondra dans la débâcle tragique de 1940 !

Lire la suite...

mercredi 6 mai 2009

Les subprimes : une crise d'origine politique

chamoux1.JPGPersonne n’a de mots assez durs pour condamner l’imagination des financiers que l’on accuse d’avoir créé une « bulle » dont l’éclatement serait responsable de l’épouvantable crise qui nous entraîne vers des eaux bien malsaines depuis mi-septembre. Cela est-il vraiment sérieux ? Est-ce conforme aux faits ou est-on intoxiqué par une propagande orientée ? Tentons donc de coller aux faits et d’en rappeler l’enchaînement!

14 octobre 2008 : chronique économique de Libération : le poison de la méfiance au cœur de la finance. Un collègue du CNRS décrit la panne du crédit bancaire. Il constate judicieusement : « nombreuses sont les innovations réellement utiles au financement de l’économie ». Dont acte. Mais sa conclusion, conforme au présent « consensus de place », prouve qu’il n’a pas été au bout de son raisonnement : « lorsqu’un nouveau produit financier est conçu, celui qui souhaite en faire commerce devrait prouver son utilité et son innocuité…avant d’obtenir l’agrément d’une agence publique » ! Est-ce la solution ? L’expérience a-t-elle porté ses fruits ?

Lire la suite...

dimanche 14 décembre 2008

"Je ne crois plus à la valeur des autorités indépendantes"

Le professeur Jean-Pierre Chamoux est depuis longtemps l'un des membres les plus éminents du cercle des amis de l'Institut Turgot. C'est lui qui, à l'époque du gouvernement Chirac de 1986, a mis sur les rails la première grande expérience française de déréglementation : celle des télécoms. Jean-Pierre Chamoux vient de faire part de ses réflexions sur la crise financière dans le cadre d'une grande interview publiée par l'Institut Presage, reproduite ci-dessous. Il reviendra régulièrement proposer ses analyses aux lecteurs du site de l'Institut Turgot. HL.

Lire la suite...