Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 1 novembre 2010

La revanche de la société civile sur l'état providence

François EwaldEn 1980. Margaret Thatcher affirme : « La société n'existe pas, il n'existe que des individus. »

2010. David Cameron, son successeur, lui aussi conservateur, lance un vaste programme intitulé : « The Big Society ».

L'argument est à peu près le suivant : il y a en Grande-Bretagne trop d'individus et pas assez de société.

Lire la suite...

mercredi 10 mars 2010

Le combat autour de Claude Allegre est un combat libéral

François Ewald, professeur au CNAMIl y a quelques jours, Anne Bauer, grand reporter aux Echos, n'y est pas allée de main morte dans sa recension du dernier livre de Claude Allègre, « L'Imposture climatique ». « L'ouvrage ressemble davantage à un pamphlet, où la mauvaise foi le dispute au simplisme, qu'à l'ouvrage d'un homme de science. »

La thèse du réchauffement climatique a tellement de défenseurs, et d'une telle autorité, qu'on ne comprend pas pourquoi Anne Bauer a jugé devoir monter si promptement au créneau.

Le lendemain, le même Claude Allègre avait droit, pour le même livre, à une page entière Monde. « Le cent-fautes de Claude Allègre », où le journaliste, Stéphane Foucart, cherche à le disqualifier comme autorité scientifique. « Il commet des erreurs. C'est donc lui l'imposteur. » Pas un mot sur la thèse.

Décidément, voilà un domaine, le climat, où l'on perd sa neutralité au profit de ses convictions militantes.

Lire la suite...

mercredi 22 juillet 2009

Droit et principe de précaution : ça dérape déjà !

François EwaldEn condamnant Bouygues Telecom à démonter une antenne de téléphonie mobile pour trouble anormal de voisinage, la Cour d'appel de Versailles a rendu, au début de l'année, un arrêt de grande importance.

Il marque une date singulière dans l'histoire du principe de précaution : celle où, poursuivant l'inexorable transformation des sociétés contemporaines, il se sera emparé de l'esprit du droit civil.

Le principe de précaution s'est d'abord affirmé, dans les années 1970, comme une norme de gestion par les Etats des risques causés par l'homme à l'environnement. A l'occasion de l'affaire de la vache folle (1996), le principe est devenu un principe de gestion publique des risques sanitaires. Environnement et santé, ce sont les deux faces qui font des OGM le point d'application du principe de précaution.

Lire la suite...

mercredi 8 avril 2009

Le G20 : printemps du droit international ?

François EwaldLondres (G 20), Strasbourg (Sommet de l’Otan), Prague (Conseil de l’Europe), dans ces trois capitales de la vieille Europe la mondialisation a pris un nouveau sens. L’euphorie qui s’est emparée des chefs d’Etats témoigne de ce qu’ils ont été eux-mêmes surpris de ce qu’ils ont découvert comme devant former le cadre de leur coopération commune future. Que s’est-il donc passé qu’ils n’avaient eux-mêmes anticipé ?

La mondialisation a changé de statut : elle est passée d’un état de fait, brutal, dérégulé, égoïste, violent, parfois sanglant, - un peu à l’instar de l’état de nature des philosophes politiques - , à celui d’état de droit, promesse de nouveaux jeux coopératifs.

Lire la suite...