Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 14 décembre 2011

Parlons d'autre chose...

Charles GaveJe suis à la fois fatigué et exaspéré du psychodrame Européen.

Le lecteur connaît mon point de vue et le moins que l’on puisse dire hélas, c’est que j’ai eu raison au delà de mes pires craintes, ce qui n’empêche pas que les hommes politiques Européens continuent à expliquer que la ligne Maginot est une très bonne idée.

Grand bien leur fasse.

Lire la suite...

mercredi 30 novembre 2011

Perspectives : ce que je sais...

Charles GaveComme je n’ai cessé de le clamer depuis trop longtemps, l’Euro est en train d’amener l’Europe dans un désastre d’autant plus inimaginable qu’il était absolument non nécessaire.

Du coup, beaucoup de lecteurs, impressionnés par ma capacité à prévoir ce coup-là, me demandent : "Mais qu’est-ce qui va se passer ?"

Lire la suite...

dimanche 20 novembre 2011

Ethique de conviction et éthique de responsabilité

Charles GaveMax Weber est ce sociologue allemand qui est à l’origine de la notion que le développement économique a commencé avec l’éthique puritaine et protestante, qui aurait favorisé l’accumulation du capital à la place de la consommation immédiate. Cette accumulation du capital aurait été à l’origine du développement économique.

Lire la suite...

lundi 14 novembre 2011

"La démocratie est en train d’être assassinée et tout le monde s’en fout..."

Charles GaveJ’enrage.

Tout va de mieux en mieux. En Italie et en Grèce, des gauleiters bruxellois viennent de remplacer les élus du peuple sous les applaudissements frénétiques de tous ceux qui chez nous haïssent et démocratie et son pendant, la souveraineté nationale (Attali, Minc, Duhamel etc.…).

Parallèlement les grondements des révolutions populaires se font de plus en plus entendre tant ce coup d’Etat rampant et masqué perpétré par nos ELITES Bruxelloises exaspère les peuples.

Lire la suite...

dimanche 6 novembre 2011

Pourquoi l'euro ne peut pas fonctionner

J’aimerais expliquer encore une fois, et aussi simplement que possible, pourquoi l’Euro ne PEUT PAS être la monnaie entre des pays ayant des productivités du travail différentes. 

Que le lecteur veuille bien considérer le graphique suivant.

Lire la suite...

lundi 31 octobre 2011

Thomas Sowell et les "oints du Seigneur"...

Charles GaveThomas Sowell est l’un de ces grands esprits qui honorent les Etats-Unis : Noir, élevé dans le sud des Etats Unis à une époque où la ségrégation y sévissait encore (il a plus de 80 ans), il est parvenu à la force du poignet à devenir professeur d’économie dans les plus prestigieuses universités des Etats-Unis sans bénéficier d’aucun passe droit.

Lire la suite...

lundi 3 octobre 2011

Contre les riches et pour la Justice fiscale

Charles GaveLa chasse aux riches est ouverte en France et tous nos hommes politiques de droite comme de gauche sautent sur leurs chaises comme des cabris en réclamant ce qu’ils appellent la Justice fiscale.

Que voilà une idée neuve, augmenter les impôts sur les riches !

Lire la suite...

dimanche 25 septembre 2011

Que faire avec l'or ?

Charles GaveBeaucoup de lecteurs me demandent pourquoi je ne recommande pas d’acheter de l’or. Voici une raison.

Il est toujours extrêmement difficile de préserver le pouvoir d’achat de son épargne, surtout quand les gouvernements accumulent les erreurs, comme c’est hélas malheureusement le cas en ce moment.

Lire la suite...

jeudi 15 septembre 2011

Réflexions (d’expérience) sur les marchés baissiers

Charles GaveNous sommes en train de connaitre l’un des marchés baissiers les plus sauvages que j’ai connu dans ma carrière.

A son origine, comme je n’ai jamais cessé de le dire et de l’écrire, l’orgueil insensé d’une classe technocratique française qui a pensé qu’elle pouvait imposer sa volonté de créer un Etat Européen dont les peuples ne voulaient pas envers et contre tout.

Lire la suite...

vendredi 9 septembre 2011

Crise du Capitalisme et du Libéralisme? Soyons Sérieux!

Charles GaveQuiconque qui lirait la presse de notre pays pour se renseigner sur la crise financière actuelle, acquerrait automatiquement la conviction que le pelé, le galeux c’est bien entendu la capitalisme (inefficace et injuste, cela va sans dire), sous tendu qu’il est par cette abominable idéologie qu’est le Libéralisme.

Voilà qui est pour le moins surprenant pour quelqu’un qui se contente de regarder les faits pour essayer de comprendre…ce qui est après tout le minimum pour un esprit scientifique.

Lire la suite...

lundi 29 août 2011

Banques : pourquoi Lagarde ne comprend rien à l'économie

Charles GaveComme les nouvelles réglementations sur les banques (Bâle III) Madame Lagarde considère qu’il faut renforcer la solidité financière des banques européennes, et qu'elles vont donc devoir procéder à des augmentations de capital massives pour éviter une répétition de la crise de 2008.

Ces tentatives de "renforcer" les banques en les forçant à effectuer des augmentations de capital m’amènent à formuler deux remarques :

Lire la suite...

lundi 15 août 2011

Seule solution : que les allemands sortent d'eux-mêmes de l'euro...

Charles GaveTout le monde se souvient de la plaisanterie du célèbre comique Groucho Marx : “Je ne veux certainement pas faire partie d’un club qui m’accepterait pour membre ».

C’est un peu ce que se doivent se dire les Allemands en ce moment.

Lire la suite...

vendredi 29 juillet 2011

Euro : les médecins de Molière

Charles GaveJe suis stupéfait par le degré d’incompétence de nos élites économiques ou financières.

Comme dans le poème de du Bellay sur les cardinaux à Rome, on les voit déambuler « d’un grave pas et d’un grave souci » répétant comme des Diafoirus « le foi, vous dis je, le foi « .

Lire la suite...

mardi 12 juillet 2011

Crise de l'euro : guettez les canards !

Je suis triste. 
Une monnaie a deux prix, un prix extérieur (le taux de change) et un prix intérieur (le taux d’intérêt). 
Si le pouvoir politique bloque le taux de change avec un deuxième pays « plus productif », alors le commerce extérieur du pays le moins productif va commencer à se dégrader avec le temps et l’on assistera a une chute de ce qu’il est convenu d’appeler le taux de couverture des importations par les exportations. 

Lire la suite...

lundi 27 juin 2011

Alerte : vers une crise de liquidité internationale massive...

Charles GaveDepuis 1972 (date où les changes ont commencé à flotter), le commerce mondial s’est développé trois fois plus vite que les richesses nationales (PNB).

Il ne peut pas y avoir de croissance économique sans que quelqu’un ne fournisse de la liquidité.

Lire la suite...

jeudi 9 juin 2011

Quand les politiques s'en mêlent ou... s'emmêlent ?

Charles GaveComme les lecteurs s’en sont sans aucun doute rendu compte, les marchés financiers depuis plus de 10 ans ont été quelque peu …difficiles.

Les crises ont succédé aux crises, les crashs aux crashs, et bien sùr il est de bon ton de rendre responsables de tous ces malheurs la mondialisation, l’ultra libéralisme, l’avidité des financiers ou des banquiers.

Bref, comme dans tous les temps difficiles, la recherche du bouc émissaire bat son plein. A mon humble avis, toutes ces excuses ne valent pas tripette.

Lire la suite...

mardi 31 mai 2011

Après le printemps arabe, l’été européen ?

Charles GaveNous venons d’avoir, dans les pays arabes, une série de révoltes et de révolutions qui ont amené à des changements politiques que la plupart des experts considéraient il y a encore quelques mois comme inenvisageables.

Lire la suite...

dimanche 22 mai 2011

Affaire DSK : à la recherche de la cause première

Charles GaveUn libéral n’a strictement rien à dire sur ce genre d'affaire, qui relève soit du tribunal, soit de l’hôpital psychiatrique, et sans doute des deux à la fois.

Par contre un liberal DOIT s’interroger sur l’étrange et assourdissant silence des média qui semble avoir entouré les précédents débordements de cette personnalité (ou de certaines autres avant elle).

Lire la suite...

samedi 14 mai 2011

Le libéralisme est-il soluble dans l'alcool ?

Charles GaveJe le confesse, et sans aucune honte, je suis libéral autant qu’on peut l’être.

En bon libéral, j’accepte toujours la discussion avec ceux qui ne partagent pas mes points de vue, en vertu du principe exprimé par le plus grand Président que les Etats-Unis aient connu qui disait aux partisans de l’esclavagisme : « Je déteste tout ce que vous dites, mais je détesterai encore plus un pays ou vous ne pourriez pas le dire »

Lire la suite...

jeudi 5 mai 2011

Dette grecque : le test de l'utimatum

Charles GaveLes économistes adorent inventer des tests pour vérifier la rationalité des agents économiques.

L’un d’entre eux s’appelle le test de l’ultimatum et en voici les règles.

Il se joue à deux joueurs. Le premier reçoit une somme d’argent, mais il doit en donner un pourcentage de son choix à un deuxième joueur. Si le deuxième joueur refuse cette proposition, personne ne touche rien

Lire la suite...

jeudi 21 avril 2011

Finlande : enfin la souris qui rugit !

Charles GaveDe temps en temps, il se passe un événement qui change le cours de l’histoire.

Je suis en train de me demander si une telle chose ne s’est pas produite en Finlande le week-end end dernier. Explication.

Lire la suite...

dimanche 3 avril 2011

L'Europe devant ses choix...

Charles GaveComme certains lecteurs le savent sans doute, j’ai toujours été un robuste “eurosceptique”.

Dans mon premier livre, Des Lions menés par des ânes, j’expliquais que l’Euro était un Frankenstein financier, qui allait amener vers trop de maisons en Espagne, trop d’usines en Allemagne et trop de fonctionnaires en France (chacun se spécialisant là ou il a un avantage comparatif).

La réalité à dépassé mes craintes les plus extrêmes.

Lire la suite...

jeudi 10 mars 2011

Euro : la Bundesbank ne pardonnera jamais...

Charles GaveMonsieur Weber, gouverneur de la Bundesbank a démissionné, et de la Bundesbank,et du conseil de la BCE, tant il était en désaccord avec la politique suivie par le Conseil et monsieur Trichet auquel il était censé succéder..

Depuis 40 ans que je fais ce métier, j’ai rarement été d’accord avec ce que faisait la Bundesbank, et pourtant cette chère institution était un des piliers indispensables de la stabilité financière mondiale tout simplement parce qu’elle défendait une notion que je considère particulièrement juste de ce qu’est la MONNAIE.

Lire la suite...

dimanche 27 février 2011

Finances publiques : l'exemplaire révolution du Wisconsin...

Charles GaveLe monde entier a les yeux tournés vers le Moyen Orient où de graves événements sont en train de se passer. Du coup, les autres nouvelles passent un peu à la trappe dans la mesure où les grands medias semblent ne pouvoir traiter qu’un sujet à la fois.

Or il en en train de se passer dans l’Etat du Wisconsin aux Etats-Unis quelque chose qui va peut-être changer la face de nos démocraties et qui devrait attirer l’attention de tous les commentateurs.

Lire la suite...

lundi 14 février 2011

Quand la FED crée de faux prix...

Charles GaveJ’essaie de comprendre ce qui se passe dans les marchés financiers depuis 40 ans.

Pour être honnête, de temps en temps j’ai l’impression d’y arriver mais il m’arrive fréquemment de « flotter » un peu tant la masse des informations à digérer est importante.

Mais là où je deviens carrément schizophrène, c’est quand je ne comprends pas ce qu’essaye d’accomplir l’une ou l’autre des grandes banques centrales. Et c’est le cas aujourd’hui

Lire la suite...

jeudi 3 février 2011

Nous entrons dans des temps révolutionnaires...

Charles GaveMarx a toujours été l’un de mes grands hommes. Après tout, il est difficile de se tromper plus que cet homme ne s’est trompé.

Toutes ses analyses, tous ses concepts, tout ce qu’il attendait du futur, tout ce qu’il pensait de la nature humaine, tout s’est révélé faux et dangereux.

Tout sauf une seule idée, que d’autres d’ailleurs avaient eu avant lui : dans un pays, l’infrastructure économique détermine la superstructure politique.

Lire la suite...

dimanche 2 janvier 2011

« Allo Berlin, on a un problème !»

A mon humble avis, l'Allemagne a un problème. 

Pendant l’été 2008 si mes souvenirs sont exacts, j’avais écrit un article dans le Journal des Finances qui expliquait entre autre que la politique économique allemande était assassine pour le reste de L’Europe et nous amenait au désastre. 
Mon raisonnement, très simple, faisait remarquer que notre voisin d’outre Rhin subventionnait sa production, taxait sa consommation (hausse de la TVA) et refusait de déréglementer les secteurs de services ou il n’était pas concurrentiel

Lire la suite...

jeudi 16 décembre 2010

Débat sur les monnaies : controverse autour de l'étalon-or

Charles GaveNotre ami Charles Gave réagit vivement aux écrits et déclarations qui évoquent le retour de l'or dans le système monétaire international. Et vous ? Trait_html_691a601b.jpg

En pleine guerre des monnaies, l'idée d'un étalon-or a resurgi. Hormis les cas de dictature, où ce choix protège les citoyens contre l'arbitraire du tyran, l'étalon-or est un remède bien pire que le mal. Il conduit à une politique monétaire aveugle, source de dépressions économiques. La vraie solution réside dans les changes flottants.

Lire la suite...

dimanche 7 novembre 2010

Elections US : le vent de l'histoire a tourné

Charles GaveComme le disent les Suisses à l’issue d’un référendum populaire : “le Souverain (c’est à dire le peuple) a parlé”, aux USA.

La Souveraineté politique réside en effet non dans quelque compétence technique bardée de bonnes intentions, ou encore dans une religion, fùt-elle Marxiste, ou enfin dans un Roi, mais uniquement dans le peuple. C’est le cas, et fort heureusement, dans nos démocraties.

Lire la suite...

samedi 25 septembre 2010

Dette : la panique, pour quand ?

Charles Gave Le livre de Charles Gave "L'Etat est mort ! Vive l'état !" est désormais en vente. Vous pouvez converser avec l'auteur en allant sur le site dédié au livre lafaillitede letat.com.

Ci-dessous un troisième extrait, avant de retrouver Charles Gave à l'Assemblée nationale le 28 septembre (inscription obligatoire). Trait_html_691a601b.jpg

Toute faillite d’un État est prévisible des mois, voire des années, avant que l’inéluctable n’ait lieu et ne se termine en général par une énorme panique financière si rien n’est fait à temps pour enrayer la débâcle.

Lire la suite...

samedi 18 septembre 2010

Dette : l'irruption de la société de la connaissance impose une réforme complète des Etats.

Charles GaveSecond extrait en avant-première de "l'Etat est mort ! Vive l'état ! Pourquoi la faille étatique annoncée est une bonne nouvelle", livre à paraître en octobre chez François Bourin éditeur. Trait_html_691a601b.jpg

Le capitalisme fonctionne parce qu’il permet, voire encourage, la disparition de ceux qui gaspillent le capital et le travail (c’est-à-dire ceux qui perdent de l’argent), ce qui veut dire que sans les faillites, il ne peut y avoir de croissance économique.

La faillite permet en effet au capital et au travail «bloqués» dans des activités sans avenir de se libérer et d’être utiles à nouveau.

Lire la suite...

dimanche 12 septembre 2010

Dette : la chute programmée du social-clientélisme

Charles GaveL'événement de la rentrée sera la publication par Charles Gave de son nouveau livre : "L'Etat est mort ! Vive l'état ! Pourquoi la faillite étatique qui s'annonce est une bonne nouvelle"(chez François Bourin éditeur, début octobre).

Charles présentera son ouvrage fin septembre, lors d'une conférence organisée par l'Institut Turgot à l'Assemblée nationale,

Ci-dessous, un extrait de son introduction. D'autres extraits seront publiés, en avant première, sur le site Turgot au cours des deux prochaines semaines'. Trait_html_691a601b.jpg Ce n’est un secret pour personne, la part de l’État dans l’économie française ne cesse de croître depuis le début des années 1970.

Logiquement, cette «préférence» pour une consommation collective aurait dû être financée par un accroissement des recettes fiscales, c’est-à-dire par un alourdissement des impôts. Il n’en a rien été.

Lire la suite...

mardi 8 juin 2010

Modeste contribution au débat budgétaire actuel

Charles GaveComme tout le monde le sait, l’Etat Français est dans une situation budgétaire critique. De ce fait les hommes politiques nous annoncent qu’il va falloir sans doute supprimer le bouclier fiscal, et donc taxer le capital une fois de plus, tant il est vrai que les riches doivent participer à l’effort commun.

Fort bien. Mais pour un économiste, la valeur d’un capital se mesure à la valeur actualisée des revenus que ce capital va générer dans le futur; et c’est ici que je me permet, en bon citoyen, de faire une proposition, fort honnête, pour aider à rebâtir la confiance que les Français devraient avoir dans leur classe politique que le Monde entier nous envie, et établir une vraie justice fiscale, à laquelle je sais que cette classe est profondément attachée.

Lire la suite...

dimanche 25 avril 2010

Vers une réévaluation de la monnaie chinoise

Charles GaveJ’aime bien les économistes (après tout, j’en suis un, même si je ne suis pas considéré comme très sérieux par la plupart d’entre eux) ; ils utilisent en effet en général des termes compliqués pour décrire des réalités toutes simples.

« Marchant d’un grave pas et d’un grave souci » comme le disait du Bellay des Cardinaux a Rome, ils nous expliquent que ce dont l’Europe et les Etats Unis ont besoin, c’est d’un changement des termes de l’échange avec l’Asie en général, et la Chine en particulier.

Ils ont bien sur parfaitement raison mais qu’est que cela peut bien vouloir dire pour le commun des mortels ? Je vais donc m’employer à expliquer ce néologisme quelque peu barbare.

Lire la suite...

mardi 16 mars 2010

Interdire les CDS ? C'est complètement dingue...

Charles Gave"Ces pelés, ces galeux d’ou venaient tout le mal…"

Décidément ce bon monsieur de Lafontaine est bien utile pour commenter les crises financières à répétition que nous traversons. Il y a quelques mois j’avais utilisé la fable de la cigale et de la fourmi, aujourd’hui je voudrais me servir d’une autre fable, celle des animaux malades de la peste.

Le lecteur se souvient que dans cette fable, le royaume des animaux étant atteint par une épidémie de peste, le Roi (le Lion) décide que chacun doit s’accuser des crimes qu’il a commis, puisqu’il s’agit certainement d’une punition Divine consécutive a quelque forfait inconnu. Tous les grands s’accusent de crimes abominables, mais personne ne leur dit rien, car ils sont bien trop puissants, jusqu'à ce que les moutons avouent qu’ils ont tondu un pré dans lequel ils n’auraient jamais du aller. Ils sont immédiatement mis a mort.

Lire la suite...

lundi 1 mars 2010

L'Etat et le risque grec : la lourde responsabilité de l'autorité réglementaire

Charles GaveEn Europe, depuis deux semaines, je viens de faire le tour d’un grand nombre de clients institutionnels du type compagnies d’assurance, banques, grandes maisons de gestion, caisses de retraites etc.…

Un certain nombre d’éléments frappants ressort de ces rencontres. Beaucoup de ces institutions n’avaient pas une idée très claire de l’étendue des problèmes de financement que certains Etats allaient rencontrer.

Quand l’on songe qu’il y a deux ans, la Grèce (dont les problèmes étaient connus par quiconque se donnaient un peu de mal) empruntait quasiment aux mêmes taux que l’Allemagne, on se demande où étaient les procédures de contrôle des risques a l’intérieur de ces institutions?

Lire la suite...

vendredi 19 février 2010

Grèce : quand les marchés obligataires reprennent le pouvoir - conséquences.

Charles GaveDans les années 80 et 90, les politiques budgétaires de tous les pays étaient complètement sous le contrôle des marchés obligataires. Tout dérapage des budgets, toute dérive inflationniste étaient immédiatement sanctionnés par une hausse des taux longs qui forçaient les gouvernements à revenir immédiatement dans les clous.

Dans les années 2000, ce contrôle disparut, en grande partie en raison des excès d’épargne accumulés par l’Asie en général, et la Chine en particulier. Ces excès d’épargne étaient en effet réinvestis dans les marchés obligataires des pays développés, empêchant de ce fait toute hausse des taux longs. C’est ce que monsieur Greenspan avait appelé en son temps un "conundrum".

Ce qui est en train d’arriver avec la Grèce, l’Espagne, le Portugal, et bientôt la France, est donc extraordinairement important. Les marchés obligataires sont en train de redevenir l’outil qui force les gouvernements à la discipline budgétaire.

Lire la suite...

jeudi 11 février 2010

Que se passe-t-il en Chine?

Charles Gave Il se passe des choses en Chine depuis la fin de l’année dernière. Ce grand pays avait été en effet le premier a suivre une politique monétaire et budgétaire de relance active, le premier à sortir de la récession, le premier à voir son marche des actions monter, le plus bas Chinois étant atteint non pas en Mars comme chez nous, mais en Novembre de l’année précédente.

Mais depuis quelques temps, les nuages semblent s’accumuler sur l’Empire du Milieu.

Le marché des actions local a fait son plus haut en …août 2009 et, depuis, a baissé d’environ 13 % sur ce plus haut, les financières baissant de 20% et les immobilières de 33%. Et pourtant la croissance économique Chinoise a atteint 10.7 % pour l’année, tandis que les bénéfices des sociétés s’annoncent excellents.

Cet accès de mauvaise humeur de la bourse est cependant tout à fait compréhensible, et simple à expliquer. En fait il s’agit d’un classique de la finance.

Lire la suite...

lundi 16 novembre 2009

Ras le bol de la crise !

Gave_s.jpgJ’ai commencé ma carrière en 1971. Cet été-là, le dollar cessait d’être convertible. Puis nous sommes passés à la première crise pétrolière, suivie de la seconde, puis de la faillite de l’Amérique Latine, et ainsi de suite. Tant et si bien que la France est le seul pays au monde,apparemment, où le mot crise n’est jamais sorti des media

Ceci me parait un signe de paresse intellectuelle. Certes, nous avons eu une crise financière, certes elle a été importante, certes elle n’est peut être pas finie, mais tout cela ne constitue pas une raison pour cesser de penser.

Je m’explique.

Lire la suite...

vendredi 17 juillet 2009

Il ne faut jamais confier son argent à quelqu'un qui en a besoin !

Charles GavePour qu’un marché des actions monte de façon durable il faut et il suffit que trois conditions soient remplies:

1.Il faut que nous ayons une liquidité abondante dans le système et que les taux d’intérêt courts soient perçus comme étant très bas (absence de concurrence).

2.Il faut que la majorité des valeurs soient bien en dessous de leur valorisation historique moyenne. Il est plus raisonnable de penser que le marché va monter dans les deux ans qui viennent s’il a fortement baissé dans les deux ans qui précédaient.

3.Il faut que la croissance économique soit de retour, de façon à ce que les bénéfices par action et les dividendes recommencent à monter.

Essayons de passer les grandes régions du monde au travers de cette grille d’analyse peut être un peu simpliste mais qui a le mérite d’être facile a utiliser.

Lire la suite...

vendredi 26 juin 2009

Faut-il tuer les banques ?

Charles Gave Chaque semaine le Journal des Finances (Hebdo) publie une chronique régulière de notre ami Charles Gave. Celle-ci est la dernière en date du 20 juin 2009. Par ailleurs, Politique Internationale, la revue de Patrick Wajsman, publiera dans son prochain numéro été 2009, un longue entretien avec Charles Gave sur la sortie de crise. Enfin Charles annonce la publication à la rentrée d'un livre au titre très prometteur Libéral mais pas coupable.

La sagesse populaire dit que le succès a de nombreux pères, mais que l’échec est par nature orphelin. Si on en vient à la crise financière des deux dernières années, on peut d’ores et déjà annoncer que de nombreux tests ADN de paternité ont été conduits et que les résultats commencent à sortir. Nous allons enfin savoir. Ainsi, par exemple, le gouvernement américain vient de rendre public un rapport de 88 pages sur les causes de la crise et la réforme financière qui doit s’ensuivre, rapport qui coïncidait avec une interview du président Obama sur le même sujet accordée aux grands réseaux de télévision aux Etats-Unis.

Les résultats atteints par cette commission de recherche sont stupéfiants. A la surprise générale, les responsables seraient l’avidité incontrôlée des banques d’investissement, la débauche incompréhensible qui aurait frappé les banques commerciales et bien entendu les spéculations incontrôlées des nuisibles hedge funds. On reste confondu d’admiration devant la perspicacité de nos Sherlock Holmes.''

Lire la suite...