Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 21 janvier 2014

Est-ce à l'Etat de décider ce qui est de l'art ou pas, et donc qui est un artiste et qui n'en est pas un ?

Aude de KerrosAude de Kerros nous rappelle à quel point les libertés d'expression et de création, dans notre pays, sont fragilisées par des institutions et des pratiques qui ne devraient pas exister.

Le 7 janvier 2014, à propos de l’affaire Dieudonné, Aurélie Filipetti déclare dans un entretien donné au Parisien : « Il n’est plus du coté des artistes et des créateurs »; « La liberté d’expression n’est pas la liberté de négation. Personne ne peut se retrancher derrière la liberté artistique pour éviter de tomber sous le coup de la loi pénale ». Par déclaration officielle : Dieudonné n’est pas un artiste, la loi pénale peut s’appliquer !

"Pas de liberté pour les ennemis de la liberté" fut illustré dans l’Histoire de façon mémorable par les révolutions française et bolchévique. Cela est rendu aujourdhui institutionnellement possible grâce aux FRAC, DRAC, CNAC, etc. créées il y a trente ans, en 1983 pour diriger la création artistique en France.

Lire la suite...

mercredi 9 novembre 2011

L'Art contemporain, miroir des produits financiers, et les autres marchés...

Aude de KerrosIl y aura bientôt un an, Aude de Kerros et Jean-Louis Harouel étaient venus nous dévoiler l'escroquerie de l'Art contemporain. A cette occasion, nous avions été intrigués par le rapprochement entre les marchés financiers contemporains et le marché de l'Art contemporain.

Aude de Kerros est récemment revenue sur ce sujet à l'occasion de la FIAC 2011.

A partir du milieu des années 90 le marché de l’art de la création actuelle s’est fracturé. Deux types de marchés sont alors apparus : l’un purement financier et l’autre fantomatique en raison de son absence de visibilité.

Lire la suite...