mai 2012 (15)

mercredi 30 mai 2012

"La monnaie, histoire d’une imposture"

Professeur Jacques BichotTel est le titre d'un livre aux fondements historiques solides que publient nos amis Philippe Simonnot et Charles Le Lien. Ils y montrent que l’abandon de l’étalon-or est la source principale des difficultés monétaires de ces dernières décennies.

Les analyses de la crise de la zone euro se fondent le plus souvent sur la théorie des zones monétaires optimales. Le projet de création d’une monnaie unique a tout de suite été critiqué du fait que l’Union européenne était trop disparate, pas assez solidaire, pas suffisamment intégrée économiquement et politiquement. La suite des événements a montré que ces craintes étaient fondées

Lire la suite

dimanche 27 mai 2012

Cascades d'opinion et "politiquement correct" : le citoyen face à l'art de la manipulation informationnelle

Lemennicier.jpgEn se posant en victime des médias et en dénonçant leur jeu dans la campagne électorale, Nicolas Sarkozy a mis le doigt sur un véritable problème : celui du rôle des "cascades d'opinion" dans le déroulement des processus qui commandent le fonctionnement du marché politique.

Il y a quelques années, dans le cadre de ses travaux sur l'analyse économique des origines de la réglementation publique, Bertrand Lemennicier a consacré un long papier à la présentation de ce concept. C'est ce texte que nous reproduisons ci-dessous. Il prend comme point d'application le marché et la réglementation des produits à risque. Mais c'est aussi une analyse qui renouvelle profondément l'étude des mécanismes de la vie politique dans le cadre de nos sociétés contemporaines.

Ce travail permet notamment de mieux comprendre ce qui se cache en vérité derrière l'aspect totalitaire d'un phénomène social comme "le politiquement correct".

Lire la suite

vendredi 25 mai 2012

Sortie de crise : l'austérité plaide non coupable

Steve Han ke Steve Hanke raisonne principalement à partir de l'exemple américain et anglo-saxon. Mais son analyse nous concerne tout autant, nous français et européens.

"Mr Wrong Way" (M. Fausse Route), tel était le sobriquet dont la presse avait affublé Douglas Corrigan, un jeune aviateur américain qui connut son heure de gloire en 1938, lorsqu'il traversa l'Atlantique de New York à Dublin dans un petit avion totalement bricolé par ses soins et bénéficiant seulement d'une autorisation de vol limitée et provisoire.

Lire la suite

mercredi 23 mai 2012

Le fantasme à la mode : la croissance par le fédéralisme

Yves Montenay Tout le monde souhaite la croissance, le problème est qu'on ne sait pas comment faire. Le dernier fantasme est de pousser au fédéralisme. C'est prendre un bulldozer pour chasser le lézard.

De Gaulle dirait "Ils sautent comme des cabris en criant : croissance, croissance !". Tout le monde souhaite le beau temps, sauf les agriculteurs, mais c'est une profession "passéiste". Tout le monde souhaite la croissance, sauf les écologistes, mais ils doivent "la fermer" devant l'urgence de faire face à la crise.

Lire la suite

lundi 21 mai 2012

Europe : comment déconstruire l'Etat-providence et reconstruire l'Union européenne "par le bas"

Henri LepageLa crise de l'endettement public, et celle subséquente de l'euro, sonnent la mort du modèle européen d'Etat-Providence de type social-démocrate.

Celui-ci est à bout de souffle, comme l'était le modèle soviétique à l'époque de Gorbatchev. Les hommes politiques feront tout ce qui est en leur pouvoir (c'est à dire 'beaucoup') pour le maintenir en vie à coûts de rustines, aussi longtemps que possible. Mais son effondrement est inévitable. Le problème reste à savoir comment on en sortira, par quoi le remplacer, et à quel prix.

Lire la suite

samedi 19 mai 2012

Crise de l'Etat-Providence : redonner leur chance au don et à la philantropie privés

Chamoux2.jpgDans un essai paru en fin 1981, Pierre Rosanvallon annonçait "La crise de l'Etat-Providence".

En réalité, il n'en était rien. Mais, sous la plume d'un homme connu pour son engagement à gauche, ce titre était provocateur pour le régime socialiste qui ressentait les premiers effets de ses largesses électorales.

Aujourd'hui, la crise étant consommée, il est temps de revenir sur l'argumentation de cet auteur et de lui opposer une vision libérale de la Providence !

Lire la suite

jeudi 17 mai 2012

Le retour de l'Etat PS 100%

Alain DumaitQue François Hollande n’ait pas raccompagné son prédécesseur à sa voiture juste avant sa prise de pouvoir officielle, le mardi 15 mai, relève de la simple grossièreté.

Qu’il n’ait pas trouvé un seul mot positif pour évoquer l’exercice et le bilan de son mandat, montre son sectarisme.

Mais avoir cru devoir inviter pour son premier déjeuner à l’Elysée tous les anciens premiers ministres socialistes, avec les épouses ou compagnes, est beaucoup plus symbolique de la ligne adoptée par ce nouveau gouvernement : le retour à un Etat 100% PS.

Lire la suite

mardi 15 mai 2012

La croissance ne se décrète pas

Me Patrick SimonPendant la campagne électorale présidentielle un débat s’est instauré et s’est maintenu : croissance ou austérité ?

C’est un peu comme si vous demandiez à un un enfant : steak frites ou huile de foie de morue, spaghetti sauce tomate ou sirop de ricin ? Ou si l’on vous proposait : préférez-vous gagner plus d’argent en produisant plus ou réduire vos dépenses en produisant moins ? La réponse semble aller de soi, à moins d’être un adepte du père fouettard.

Lire la suite

dimanche 13 mai 2012

Elections : pourquoi F. Hollande a été élu Président

Bertrand Lemennicier compare les prévisions de son modèle d'analyse spatiale des votes (présentées dans son article du mois de février) au résultat final de l'élection présidentielle.Trois faits saillants en ressortent :

1) Le modèle s'est trompé sur le nom du vainqueur, mais les pourcentages de voix annoncés sont plus proches de la cible finale que ceux des sondages d'opinion (sousestimation du score de François Hollande de 2 points contre une surestimation de plus de 6 points par les sondeurs).

2) Nicolas Sarkozy a été victime de la manipulation d'une cascade d'opinion dont l'effet électoral était d'environ 6 points au début de la campagne, mais finalement ramené à 2 points.

3) Dans les circonscriptions où le Front National est faible, le modèle a correctement prédit les pourcentages obtenus - ce qui souligne à quel point le nouveau Président doit en définitive son élection à Marine Le Pen.

Lire la suite

vendredi 11 mai 2012

Débat : "non au protectionnisme, oui à la réciprocité..."

Philippe JaunetSur le site de l’Institut Turgot, Emmanuel Martin a récemment rappelé – avec raison – les effets pervers qu’induirait l’adoption d'une loi visant à garantir aux entreprises européennes une part importante des marchés publics conclus par les administrations des Etats membres de l’Union européenne. Nicolas Lecaussin s’est fait l’écho de ces préoccupations dans un récent billet de l’IREF, dénonçant la même tentation protectionniste.

Toutefois, les choses sont un peu plus compliquées qu’il n’y paraît, et appellent quelques observations complémentaires

Lire la suite

mercredi 9 mai 2012

Pourquoi l’état intervient-il dans l’économie ?

Les économistes favorables à l'intervention de l'état la justifient souvent pour des raisons "politiquement présentables", telles que "la justice sociale", et autres sauvetages planétaires. 
Les économistes favorables à l'intervention de l'Etat la justifient souvent pour des raisons "politique présentables", telles que "la justice sociale" et autres sauvetages planétaires.
Mais, au fond, est-ce vraiment le désir de faire le bien qui motive la demande politique pour l'intervention publique ?

Lire la suite

lundi 7 mai 2012

L'élection de F. Hollande : les trois erreurs de Sarkozy

Alain DumaitEn démocratie, il n’est jamais facile de se faire réélire. A moins d’être capable de présenter un bilan indiscutable, en particulier en termes d’emplois et de croissance économique.

Aux Etats-Unis, ce fut le cas aussi bien de Ronald Reagan que de Bill Clinton. Et, en Grande Bretagne, de Margaret Thatcher.

Lire la suite

dimanche 6 mai 2012

BCE et réformes bancaires : dix illusions dangereuses

de_Smet2.jpgThomas Jefferson et Maximilien Robespierre avaient peu de choses en commun, mais ils étaient tous deux convaincus qu'il ne pouvait y avoir de démocratie lorsque les citoyens n'avaient rien à perdre.

Le premier faisait confiance aux propriétaires, et sa démocratie dure encore aujourd'hui. Le second a fait des riches des "exilés", et chacun connaît la fin.

Mais qu'en est-il lorsque nous n'avons plus que nos illusions à perdre?

Lire la suite

vendredi 4 mai 2012

L'appel de 21 économistes français contre le programme socialiste destructeur

WSJ2.jpgL'appel ci-dessous a été diffusé ce matin sur libres.org ainsi que sur Atlantico.fr. Une version anglaise est parue dans le Wall Street Journal de ce 4 mai 2012. Apparemment, aucune reprise sur les médias français !

Le programme de François Hollande et de ses amis socialistes procède de motivations démagogiques, mais qui sont illusoires et destructrices : augmenter le SMIC au lieu de libérer les énergies, punir les riches au lieu d'inciter tout le monde à l'effort productif, dépenser pour stimuler la croissance (en fait pour acheter des clientèles) au lieu d'utiliser au mieux les ressources.

Lire la suite

mercredi 2 mai 2012

La "règle d’or" : ce qu’elle doit être, ce qu’elle implique et ce qu’il faut en attendre

Le candidat François Hollande a dit qu'il n'en voulait pas. Philippe Jaunet, spécialiste de droit public, revient sur le dossier de "la règle d'or" pour nous proposer un document complet et inédit qui analyse comment il faudrait s'y prendre pour que cette réforme remplisse réellement son office.

Depuis 1974, la France n’a connu que des budgets en déficit, sans que l’État ne tienne compte des rares possibilités qu’il avait d’apurer ses dettes.

Les effets pervers de cette situation sont suffisamment connus pour qu’on s’y attarde trop longtemps : vivre à crédit, c’est transmettre la charge des dépenses actuelles aux générations futures, tout en plaçant la Nation à la merci de ses créanciers.  

Lire la suite