mars 2010 (20)

lundi 29 mars 2010

L'état de l'état de droit en France - réunion Assemblée nationale, 16 février 2010

Il y a un an, à l'occasion de la sortie de leur livre "Avancer vers l'Etat de droit", édité sous la direction de Guy Millière, l'Institut Turgot avait organisé à l'Assemblée nationale une réunion dont Me Jean-Philippe Delsol, Me Jean-Philippe Feldman et Me Patrick Simon étaient les invités. Le thème de la réunion était "la présomption d'innocence", mais tous trois avaient passionné leur auditoire en lui offrant une sorte d'état des lieux des avancées et reculs de l'Etat de droit en France.

L'Institut Turgot a demandé à Jean-Philippe Delsol, Jean-Philippe Feldman et Patrick Simon de renouveler cette expérience et de se constituer ainsi en une sorte d'Observatoire annuel des droits et libertés individuels.

.

Il a été demandé à chacun des orateurs de présenter un bilan de l'actualité juridique de l'année écoulée dans son domaine de compétence et d'intérêt.

Lire la suite

dimanche 28 mars 2010

Sarkozy et la taxe carbone : les enjeux politiques de son abandon

Jean-Michel BelouveLa taxe carbone est donc enterrée, définitivement, quoi qu’en disent les membres de notre gouvernement.

Les conditions mises à son exhumation, accord européen unanime, taxe aux frontières de l’Union, ne sont qu’incantations.

Elles ne seront pas réunies de sitôt ! L’examen des tours et des détours qui ont conduit à l’abandon mérite réflexion. L’alibi de la menace climatique n’a pas pesé lourd dans les jeux politiques, ni même les considérations économiques. En fait, ce sont les combinaisons politiciennes d’alliance et d’intérêts des partis politiques qui ont pesé tout au long du projet.

Lire la suite

vendredi 26 mars 2010

Politique de la concurrence : attention aux effets pervers de la sévérité.

Frédéric Satet La décision spectaculaire de la cour d’appel de Paris de diviser par huit l’amende record de 575,4 millions d’euros prononcée par l’Autorité de la concurrence à l’encontre des entreprises du cartel de l’acier était sans doute sur toutes les lèvres des régulateurs mondiaux de la concurrence, réunis à Paris sous l’égide de l’OCDE.

Outre le sévère camouflet infligé au régulateur national, cet arrêt a en effet jeté un trouble beaucoup plus large sur la politique suivie par les régulateurs européens depuis deux décennies et révèle combien une analyse économique des effets réels des sanctions sur nos entreprises et sur l’économie dans son ensemble s’impose.

Lire la suite

mercredi 24 mars 2010

La tentation française de la sciento-politique

Drieu GodefridiL’enthousiasme que nourrissent, depuis une dizaine d’années, les gouvernements de la planète à l’égard du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) s’explique notamment par le supplément d’âme que celui-ci leur confère, en l’occurence la possibilité d’inscrire leur action, par delà les médiocres querelles partisanes, dans un projet international qui bénéficie de la caution de la science.

Parmi ces gouvernements, il en est un qui a su, par la constance de sa ferveur, accéder à l’exemplarité.

L’adhésion des autorités françaises à l’écologie transcende les partis et les clivages traditionnels, et n’est pas neuf.

Lire la suite

mardi 23 mars 2010

Retraites : la queue du chien

Marc de ScitivauxLes Français sont les gens les plus intelligents de la Terre, c’est bien connu (surtout en France). Et il faut une forte dose d’intelligence pour inventer depuis vingt ans les arguties permettant d’échapper à cette constatation simple: puisque la durée de vie s’est allongée considérablement, la durée du travail doit également s’allonger.

Partout dans le monde, des gens forcément beaucoup moins intelligents que nous –des Danois, hier, aux Espagnols aujourd’hui– en ont tiré une conclusion (certainement trop simpliste!): l’âge de la retraite est passé à 67 ans.

Les Français sont-ils schizophrènes? Interrogés sur la nécessité de réformer les retraites, ils répondent majoritairement oui –et c’est alors leur raison qui parle. Mais interrogés sur un possible allongement de la durée du travail qui les frapperait, ils répondent tout aussi majoritairement non –et là, c’est leurs "tripes" qui parlent.

Lire la suite

dimanche 21 mars 2010

Le retour de la menace mercantiliste

Henri Lepage lors d'unséminaire TurgotIl est au moins un point qui, au milieu de cette tourmente économique et financière, fait l'unanimité : il faut, à tout prix, éviter le retour des processus protectionnistes qui, dans les années 1930, furent directement responsables de l'aggravation de la crise et de sa transformation en Grande Dépression.

La mémoire collective a été durablement impressionnée par les événements de cette époque. Tout le monde se souvient, en effet, des ravages qui ont immédiatement suivi, au printemps 1930 — soit moins d'un an après le début de la récession qui a mené au grand crash boursier du mois d'octobre 1929 —, le vote par le Congrès américain du Smoot Hawley Act, la plus spectaculaire hausse de droits de douane jamais enregistrée dans l'histoire moderne des nations industrielles. Cette décision a immédiatement déclenché à travers le monde entier une chaîne de représailles commerciales dont les économies développées ont mis près de trente ans à se relever.

Lire la suite

samedi 20 mars 2010

Leçons Copenhaguoises

Dominique Garrigues Un peu de recul par rapport à l’événement ne messied pas à la réflexion. Depuis le 21 décembre, point final du happening climatique danois, la poussière est retombée. Que se passait-il au juste lorsque ces 45.000 personnes s’agitaient dans la capitale de la petite sirène ?

Se mettre d’accord à 192 est quasi impraticable ; il va bien falloir que les petites nations se regroupent pour peser par rapport aux colosses chinois, étatsunien et bientôt indien. Sinon, c’est l’oligarchie, et tous ceux qui n’en sont pas sont hors jeu. Donc une seule Amérique centrale, une ou deux amériques du sud, etc., et… une seule Europe…

Lire la suite

vendredi 19 mars 2010

Logement : droit opposable, droit au pillage !

Michel de PoncinsVoici de nouveau sur le devant de la scène le manque de logements et les associations en émoi à propos des expulsions éventuelles. Elles ignorent ou veulent ignorer que le manque récurent de logements est du aux politiques dirigistes depuis des décennies, politiques très accentuées depuis l'été 2007.

Elles agitent le droit au logement opposable, nouveauté de l'année 2007 ; il a constitué, en fait, un progrès majeur du socialisme vers lequel le pouvoir nouveau à l'époque se dirigeait à marche forcée. Il fera parler de lui pendant longtemps, tant le système est ingérable et contraire au droit de propriété. La loi « DALO » qui le mettait en oeuvre est entrée en application le 1er janvier 2008.

Lire la suite

jeudi 18 mars 2010

Dette : encore un instant, monsieur le bourreau !

Marc de Scitivaux Une faillite est prononcée quand les prêteurs s’arrêtent de financer les déficits (et pas quand on dépense plus que ce que l’on gagne).

Cette décision n’est pas motivée par le niveau de la dette ( après la guerre, la dette américaine était de 120% du PIB et vingt-cinq ans après, de 28%, sans inflation); mais par la conviction que la situation de l’individu, de l’entreprise ou de l’Etat, non seulement interdit de rembourser sa dette, mais conduit inexorablement à une croissance de celle-ci : en pourcentage des revenus pour un particulier, du chiffre d’affaires pour une entreprise, des ressources fiscales pour un Etat.

C’est donc ce qui vient d’arriver pour la Grèce et c’est pour cela qu’elle fait appel à des prêteurs désormais motivés par des raisons politiques plutôt qu’économiques.

En quoi la France est-elle différente de la Grèce ? En rien.

Lire la suite

mercredi 17 mars 2010

Remède à la morosité : hommage à Jacques Marseille

Le Professeur Jacques MarseilleJacques Marseille était historien : il observa la France contemporaine sans complaisance, avec le recul qu’impose la méthode historique.

Sa rigueur, toujours fondée sur l’observation des faits concrets, en fit un homme à part : son regard malicieux dissimulait un souci de la précision, du détail et du fond caractéristique des vrais savants.

Ce fut aussi un pédagogue, un maître aussi exigeant pour les autres que pour lui-même. Et un chroniqueur engagé, ce qualificatif flatteur que l’on associa justement à Raymond Aron. Ses chroniques, comme ses interventions télévisées, contribuaient depuis six ans au débat public autour de questions que peu acceptent d’aborder en face : son essai « La Guerre des deux France » (1) fut, à cet égard, une pièce maîtresse. Il illustra concrètement les travers de notre vie sociale et mit en évidence les actions qui pourraient curer certains de nos maux les plus graves.

Lire la suite

mardi 16 mars 2010

Interdire les CDS ? C'est complètement dingue...

Charles Gave"Ces pelés, ces galeux d’ou venaient tout le mal…"

Décidément ce bon monsieur de Lafontaine est bien utile pour commenter les crises financières à répétition que nous traversons. Il y a quelques mois j’avais utilisé la fable de la cigale et de la fourmi, aujourd’hui je voudrais me servir d’une autre fable, celle des animaux malades de la peste.

Le lecteur se souvient que dans cette fable, le royaume des animaux étant atteint par une épidémie de peste, le Roi (le Lion) décide que chacun doit s’accuser des crimes qu’il a commis, puisqu’il s’agit certainement d’une punition Divine consécutive a quelque forfait inconnu. Tous les grands s’accusent de crimes abominables, mais personne ne leur dit rien, car ils sont bien trop puissants, jusqu'à ce que les moutons avouent qu’ils ont tondu un pré dans lequel ils n’auraient jamais du aller. Ils sont immédiatement mis a mort.

Lire la suite

dimanche 14 mars 2010

Zone euro : l'analyse qui donne froid dans le dos

euros.jpg Ceci est sans doute l'une des meilleures études jamais publiées sur l'euro depuis sa création. Son auteur, Bernard Connolly, est un ancien haut fonctionnaire de la Commission européenne, dont il a été brutalement congédié, en 1997, après avoir publié un ouvrage magnifiquement prémonitoire (The Rotten Heart of Europe). Trait_html_691a601b.jpg

Jusqu'au début de la crise financière mondiale, l'Union monétaire européenne était peut-être l'exemple au monde le plus flagrant d'un système Madoff (Ponzi Scheme) à grande échelle.

Plusieurs pays de la zone euro (l’Espagne, la Grèce, le Portugal et l’Irlande), avaient des déficits courants élevés ou croissants, que ne justifiaient ni l’attrait d’une croissance rapide de la productivité ni celle de taux de rentabilité attendus sur les investissements. En fait, la croissance de la productivité ne cessait de diminuer, alors que les déficits y augmentaient.

Lire la suite

samedi 13 mars 2010

Un économiste analyse les ressorts de l'escroquerie réchauffiste.

François GuillaumatUne perle (signée Sebaneau) trouvée (et traduite) par notre ami François Guillaumat parmi les commentaires à un article paru sur le site américain Hillbuzz. Trait_html_691a601b.jpg

Le réchauffisme n'est qu'est qu'un développement tardif du socialisme, dont la définition même consiste à se couvrir de l'autorité supposée de la « science » pour violer les Droits naturels de la personne.

La différence est que, tandis que le socialisme originel fondait d'abord son pseudo-élitisme autoritaire et violent sur une "science de l'organisation" prétendument supérieure qui a été discréditée dans les sciences sociales, c'est de la bonne réputation des sciences de la nature que le réchauffisme a tenté d'abuser.

Lire la suite

vendredi 12 mars 2010

Loi Grenelle 2 : Comment se logera-t-on après 2012 ?

Jean-Michel BelouveLe parlement s’apprête à voter à une immense majorité la Loi Grenelle 2, monstre juridique où s’emmêlent contraintes de toutes sortes et gabegie d’argent public.

Parmi les dispositions les plus liberticides et dommageables pour la vie quotidienne figurent les mesures anti-étalement urbain. Le but est de raccourcir les temps de trajet quotidien en s’opposant à la propension qu’ont les français d’aller se loger à distance des centres urbains, là où le terrain est moins cher et où on peut satisfaire le rêve, commun à beaucoup d’entre nous, de la maison individuelle avec jardin.

Eh bien ce désir ne pourra plus guère se satisfaire qu’en faisant l’acquisition d’une propriété déjà bâtie aujourd’hui, car de terrains constructibles, on n’en trouvera plus qu’en zone urbanisée.

Lire la suite

mercredi 10 mars 2010

Le combat autour de Claude Allegre est un combat libéral

François Ewald, professeur au CNAMIl y a quelques jours, Anne Bauer, grand reporter aux Echos, n'y est pas allée de main morte dans sa recension du dernier livre de Claude Allègre, « L'Imposture climatique ». « L'ouvrage ressemble davantage à un pamphlet, où la mauvaise foi le dispute au simplisme, qu'à l'ouvrage d'un homme de science. »

La thèse du réchauffement climatique a tellement de défenseurs, et d'une telle autorité, qu'on ne comprend pas pourquoi Anne Bauer a jugé devoir monter si promptement au créneau.

Le lendemain, le même Claude Allègre avait droit, pour le même livre, à une page entière Monde. « Le cent-fautes de Claude Allègre », où le journaliste, Stéphane Foucart, cherche à le disqualifier comme autorité scientifique. « Il commet des erreurs. C'est donc lui l'imposteur. » Pas un mot sur la thèse.

Décidément, voilà un domaine, le climat, où l'on perd sa neutralité au profit de ses convictions militantes.

Lire la suite

lundi 8 mars 2010

Les états baltes, la Bulgarie et la Grèce

hanke2.JPG Tous les yeux sont fixés sur la Grèce, épicentre du plus récent des séismes financiers.

Ces dernières semaines, les cours boursiers et obligataires de la Grèce ont plongé, alors que bondissaient les prix des Swaps sur défaillance de crédit (CDS). Les difficultés de la Grèce ont également mis sous pression l'euro – la monnaie dont se servent la Grèce et quinze autres membres de l'Union monétaire européenne. La crise a mis sur la sellette le gouvernement récemment élu (en octobre 2009) du Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) et son Premier ministre George Papandreou. Le Premier ministre Papandreou -- qui est également président de l'Internationale socialiste et dont le père et le grand-père ont aussi été Premier ministres de la Grèce – a de l’expérience et, généralement, des mœurs tempérées. Mais la crise met à l’épreuve sa patience même.

Lire la suite

samedi 6 mars 2010

Constructions inondables : les responsabilités de l'hyper-réglementation

Vicent BénardLa tempête qui a provoqué les inondations de l'arc Atlantique était, en terme de vent, moins forte que celle de 1999.

Mais cette tempête s'est conjuguée à des marées d'un coefficient fort, et le coeur dépressionnaire qui l'a accompagné à amplifié la montée des eaux, provoquant une submersion de nombreux ouvrages et leur ruine.

L'événement était donc "envisageable" mais pas nécessairement "prévisible", bien que la tempête ait été très correctement annoncée par Météo France.

Lire la suite

jeudi 4 mars 2010

Finances publiques : comment retrouver notre capacité à faire des choix politiques.

Jean-Claude Gruffat Le transfert massif de la dette privée, dans les grandes économies développées, du secteur privé, des particuliers, et des institutions financières vers les Etats est une des conséquences principales des politiques publiques qui ont permis d'éviter une nouvelle Grande Dépression.

Ce mouvement a considérablement détérioré la situation des finances publiques de pays tels que les Etats Unis ou la Grande Bretagne, avec des hausses significatives du ratio - imparfait mais universellement utilisé - dette/PIB de 40 à 54% aux Etats Unis, entre Septembre 2008 et 2009.

Le transfert massif de la dette privée, dans les grandes économies développées, du secteur privé, des particuliers, et des institutions financières vers les Etats est une des conséquences principales des politiques publiques qui ont permis d'éviter une nouvelle Grande Dépression.

Lire la suite

mardi 2 mars 2010

2012 : L’ONU réclame la gouvernance mondiale verte

Jean-Michel Belouve Il y a quinze jours, je vous ai parlé du projet d’Organisation Mondiale de l’Environnement_, ardemment promu par l’ONU, Greenpeace, le WWF et Nicolas Sarkozy, en attirant votre attention sur le fait qu’il s’agissait en fait d’un véritable gouvernement mondial aux pouvoirs supranationaux dans tout le domaine du développement durable.

Nous avons eu récemment la révélation de l’existence d’un document émanant du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), signé de son Directeur Exécutif (Achim Steiner), intitulé « Background paper for ministérial consultations». Il a été rédigé en vue de la onzième session spéciale du Conseil gouvernemental du Forum Ministériel Global de l’Environnement qui s’est tenu du 24 au 26 février dernier et n’a fait l’objet que d’une diffusion restreinte interne à l’ONU. Il a été mis en ligne par Fox News et commenté par son Rédacteur en Chef, George Russell. Le journaliste et écrivain James Delinpole en a tiré également un article intitulé « Welcome to the New World Order ». De quoi s’agit-il ?

Lire la suite

lundi 1 mars 2010

L'Etat et le risque grec : la lourde responsabilité de l'autorité réglementaire

Charles GaveEn Europe, depuis deux semaines, je viens de faire le tour d’un grand nombre de clients institutionnels du type compagnies d’assurance, banques, grandes maisons de gestion, caisses de retraites etc.…

Un certain nombre d’éléments frappants ressort de ces rencontres. Beaucoup de ces institutions n’avaient pas une idée très claire de l’étendue des problèmes de financement que certains Etats allaient rencontrer.

Quand l’on songe qu’il y a deux ans, la Grèce (dont les problèmes étaient connus par quiconque se donnaient un peu de mal) empruntait quasiment aux mêmes taux que l’Allemagne, on se demande où étaient les procédures de contrôle des risques a l’intérieur de ces institutions?

Lire la suite